Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/1er-janvier-priere-pour-la-paix
      1er janvier, prière pour la paix

1er janvier, prière pour la paix


HOMELIE DU 1er JANVIER 2012 :
SAINTE MARIE MERE DE DIEU

Chers frères et sœurs dans le Christ : bonne et sainte année 2012 à Saint-Maur et partout où vos pas vous conduiront. Je sais en effet que certains d’entre nous voyagent beaucoup. Je sais que certains sont très attachés à la ville de Saint-Maur. Quels que soient nos projets, nos situations de famille, nos désirs : « Que le Seigneur fasse briller sur vous son visage, qu’Il vous apporte la paix ! » (cf. Nombres 6,25)

1- Le visage du Seigneur est en effet un visage de paix. En ce 1er janvier l’Eglise nous invite, dans l’octave de Noël, huit jours après la célébration de la Nativité à nous tourner vers ce visage dans la contemplation. Il s’agit de contempler le visage du Seigneur Jésus. En portant nos regards vers Celui qui n’enlève rien, mais qui au contraire vient combler nos attentes et nos désirs d’amour. En cette solennité de Sainte Marie, Mère de Dieu, contemplons, comme elle et son époux Saint Joseph, patron de notre chapelle paroissiale, le Christ.

Je vous le disais déjà à Noël : la crèche que le diacre Saint François d’Assise au 12ème siècle a mise en scène au cours de la célébration de Noël dans le village de Greccio en Italie non seulement nous permet de graver dans nos mémoires ce qui s’est passé à la plénitude des temps, « lorsque les temps furent accomplis  » (cf. Galates 4,4), mais aussi nous invite à nous unir à ceux qui sont dans la crèche autour de l’Enfant Jésus, Dieu enfant.

L’Evangile de ce jour nous rappelle qu’avec Marie et Joseph, les bergers sont les premiers à être venus découvrir à Bethléem Jésus. Les bergers sont repartis immédiatement après avoir vu la merveille annoncer à leurs familles et proches l’Evangile - la Bonne Nouvelle - du Dieu qui s’est fait homme. Ils ont permis à ceux qu’ils ont rencontrés de passer de l’étonnement –« Comment : Dieu s’est fait homme ? »- à la foi.

La foi, en effet, naît de l’écoute (cf. Romains 10,17). La foi naît lorsque des témoins n’hésitent pas à rendre compte dans leur culture, avec leurs mots de la grâce que Dieu nous a faite : Il nous a donné son Fils en Jésus Christ.

Nous sommes les bergers de l’an 2012 appelés à trouver les mots pour exprimer notre propre foi qui touchera les cœurs et invitera nos proches à croire que Dieu est avec nous notre meilleur allié, notre grand Dieu et Sauveur, notre compagnon de route. Belle mission en effet à laquelle il nous faut nous atteler cette année encore !

2- Marie et Joseph son époux restent quant à eux auprès de l’Enfant pour le protéger bien sûr, le nourrir de soins et de nourriture comme on le fait pour tous les petits d’homme, mais aussi pour porter leurs regards sur Lui, le contempler et s’imprégner de ce visage unique. Car dès la crèche on peut dire du Christ Enfant :Voici le vrai visage de Dieu, voici l’homme ! Voici Dieu qui nous a tellement pris au sérieux qu’Il s’est totalement fondu dans sa créature pour lui redonner les traits de sa ressemblance oubliée depuis le péché d’Adam et Eve. C’est pourquoi l’évangéliste Saint Luc précise : « Marie, cependant, retenait tous ces événements dans son cœur. » (Luc 2,19).

La Sainte Mère de Dieu, comme disent nos frères orientaux la Théotokos, c’est-à-dire celle qui a enfanté Dieu, ne nous invite pas d’abord en ce jour à la contempler même si nous avons pour elle beaucoup de reconnaissance et d’affection. Ne nous dit-elle pas plutôt : contemplez, mes fils et mes filles, le Fils, mon fils ! Vous ne perdez pas votre temps. Car en contemplant le Christ, en cherchant à nous imprégner de Lui, nous avons la voie d’accès à Notre Père : « Qui m’a vu a vu le Père  » dira Jésus à ses apôtres (cf. Jean 14,9). C’est déjà vrai à la crèche.

Le livre des Nombres nous apprend que ce visage est porteur de paix. « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix, non pas à la manière du monde  » dira encore Jésus (cf. Jean 14,27). Paul VI a voulu en 1967 que le 1er janvier devienne une journée mondiale de prière pour la paix. Non pas comme une journée formelle, mais bien comme un engagement au seuil d’une année nouvelle à ce que nous soyons, comme dirait encore Saint François, « artisans de paix ».

La paix est en effet à faire en ce monde blessé qui n’hésite pas à continuer de croire de manière tout à fait aberrante au mauvais adage des anciens romains : « Si vis pacem, para bellum... » La belle manière chrétienne consiste, au contraire, à croire que la Paix naît de la contemplation du Christ, « Prince de paix » (cf. Isaïe 9,5). Nous croyons, et ce n’est pas une naïveté, que partout où des chrétiens prient, même s’ils peuvent être massacrés comme à la Toussaint 2010 dans l’une des cathédrales de Bagdad en Irak ou à Abuja au Nigéria à Noël 2011, ils font avancer la cause de la paix qui vient de Dieu.

Ne chanterons-nous pas tout à l’heure avant de communier : « Agneau de Dieu qui enlèves le péché du monde, donne-nous la paix. » Pour cela, frères et sœurs, il est urgent de prendre le chemin de la contemplation, de l’amour du Christ en portant longuement notre regard vers Lui dans la prière et la méditation quotidiennes.

3- Le pape Benoît XVI dans son message qu’il nous adresse pour ce 1er janvier nous invite à éduquer les jeunes à la justice et à la paix non parce que seuls les jeunes seraient concernés, mais comme il l’écrit parce que les jeunes par leur enthousiasme et leur idéal manifestent une attente particulièrement vive et visible en matière de paix. Tout au long de l’année 2011, beaucoup de jeunes ont manifesté un peu partout dans le monde cette aspiration à la paix et à la justice notamment dans les pays arabes.

Par ailleurs, même si les images manipulées des obsèques du dictateur nord coréen Kim Jong semblent contredire cette aspiration profonde en montrant des déploiements d’armes et de soldats prêts à partir au combat, le désir d’un monde pacifique et juste demeure. Il nous appartient dans nos relations, notre vie familiale, dans les choix politiques que nous aurons à faire en 2012 de manifester que « la paix n’est pas un bien déjà acquis, mais un objectif auquel, tous et chacun, nous devons aspirer. »

Frères et sœurs, je vais vous laisser sur ces propos de Benoît XVI. Donnons à la paix un visage comme nous le chantons souvent. Reflétons le visage du Christ dans toutes nos démarches et nos engagements, comme au cœur de notre vie familiale. Que la Vierge Marie nous vienne en aide : « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs maintenant et à l’heure de notre mort. »

« À vous tous, hommes et femmes qui avez à cœur la cause de la paix !
La paix n’est pas un bien déjà acquis, mais un objectif auquel, tous et chacun, nous devons aspirer. Regardons l’avenir avec une plus grande espérance, encourageons-nous les uns les autres dans notre cheminement, travaillons à donner à notre monde un visage plus humain et fraternel, et sentons-nous unis dans la responsabilité envers les jeunes générations présentes et futures, en particulier en les éduquant à être des personnes pacifiques et des artisans de paix. »
(Benoît XVI)

Père Stéphane AULARD

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Homélies antérieures



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

Rendez-vous

newsletter