Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Au-revoir-du-Pere-Stephane-Aulard
      "Au revoir" du Père Stéphane Aulard

"Au revoir" du Père Stéphane Aulard


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 21 septembre 2015
  • réagir
  • 0 vote

DISCOURS A LA MAIRIE DE SAINT-MAUR (2 septembre 2015)

Monsieur le Maire,
Mesdames et messieurs les élus,
Mesdames et messieurs présidents d’associations,
Messieurs les représentants du groupe de liaison entre les communautés religieuses de la ville,
Chers confrères,
Chers amis des paroisses de Saint-Maur,

Tout d’abord, j’aimerais dire que je me sens tout à fait à l’aise dans cette salle où je suis venu participer de nombreuses fois à des débats, rencontres, célébrations de vœux en début d’année.

Je tiens à remercier Monsieur le Maire pour l’accueil qu’il me réserve ce soir ici à l’occasion de mon départ –je préfèrerais dire mon « au-revoir »- de la ville de Saint-Maur où j’ai exercé mon ministère de prêtre auprès de la population plus spécialement sur les villages du Parc, de Champignol, de La Varenne durant dix ans et comme « responsable du secteur pastoral » que constitue cette ville durant onze années.

A travers moi, je sais que la commune sait dire aux catholiques de Saint-Maur qu’elle compte sur eux : leur capacité à tisser du lien social, à favoriser du vivre ensemble, comme on dit aujourd’hui. Je sais –et je l’ai vérifié tout au long de mon séjour ici- que les relations entre les paroisses catholiques et la ville sont bonnes et témoignent d’une laïcité positive, apaisée ; j’aurais envie de dire « normale » comme cela est le cas d’ailleurs dans la plupart des communes de France. En tous les cas de notre département. Je le sais car cela je l’observe aussi comme vicaire épiscopal travaillant auprès de Mgr Santier, l’évêque de Créteil, depuis cinq ans.

J’ai toujours trouvé auprès des élus et des services communaux écoute, disponibilité, attention quand il s’est agi d’intervenir sur les bâtiments communaux que sont plusieurs des églises de la ville. J’en profite pour saluer les trois maires qui m’ont toujours reçu, MM Beaumont, Plagnol et Berrios assistant aux installations des curés des paroisses, recevant nos évêques, Mgr Labille et maintenant Mgr Santier à l’occasion des visites pastorales, participant aux cérémonies civiles incluant une messe à l’occasion du 11 novembre, du 8 mai, pour rappeler la mémoire du Général de Gaulle. J’ai apprécié aussi les rencontres avec les différentes associations d’Anciens Combattants et avec le Souvenir Français présidé actuellement par M Bernard Vincens.

Je voudrais profiter de ce moment qui m’est donné pour insister sur un point : les relations avec la commune ne sont pas ici formelles ; elles n’obéissent pas non plus à des obligations résultant de l’application indispensable de la loi de séparation qui prévoit des rencontres ou au moins des relations officielles entre un maire et un ou plusieurs curés affectataires de la ville. Je tiens vraiment ce soir à vous remercier vous les élus et les personnes qui vous impliquez dans la vie quotidienne de Saint-Maur.

L’Eglise catholique a, comme vous le savez, une haute idée de l’engagement politique. Je me souviens de rencontres organisées avec des représentants de partis différents –certains sont ici ce soir et je les remercie- notamment sur la question de l’Europe : ces réunions vécues dans un climat serein m’ont semblé exemplaires.

L’Eglise incite les chrétiens à s’engager en politique. L’art politique si l’on peut dire est l’art de gérer –au sens fort de ce mot- le fait que des concitoyens habitent ensemble une même ville-. Le pape François a sur ce sujet des propos fort intéressants dans son exhortation apostolique « La joie de l’Evangile » et dans sa récente encyclique « Laudato si » qui connaît un succès retentissant, comme vous le savez, alors que nous sommes si proches de la conférence « Cop 21 » qui se déroulera à Paris.

J’ai beaucoup aimé l’engagement des chrétiens dans le milieu associatif de Saint-Maur en particulier auprès des personnes en difficulté : je pense à Créer, Approche, Insertion service. Je n’oublie pas nos propres associations, le Secours catholique et les conférences Saint Vincent de Paul présentes dans toutes les paroisses. On ne sera jamais assez pour écouter, prendre soin, relancer, aider les personnes en difficulté. Je pourrais multiplier les verbes. La ville de Saint-Maur est attentive de longue date aux associations dans lesquelles œuvrent de nombreux chrétiens –catholiques et protestants- qu’elles soient confessionnelles ou pas. Je me souviens de ce travail accompli il y a quelques années notamment avec Pascale Chevrier et Dominique Vedel pour favoriser des rencontres entre ces différentes associations et qui avait abouti à un petit annuaire pour favoriser l’entraide mutuelle entre ces associations caritatives.

Je tiens aussi à remercier chrétiens, habitants de notre ville pas toujours chrétiens ou pratiquants, élus qui au moment du débat sur le « Mariage pour tous »ont décidé de marcher ensemble pour exprimer leur opposition à ce projet de loi. Il m’a été parfois été reproché de « prendre parti ». Comme je l’avais dit à ce moment-là à un détracteur : « il était difficile qu’un prêtre convaincu des biens du mariage tant civil que religieux ne s’exprime pas en conscience ».

Je demande aux personnes qui m’en ont peut-être un peu voulu d’oublier les échanges vifs qui ont pu avoir lieu à ce moment-là entre nous. Je dis encore aux autres : bravo ! Notre service évangélique de l’humain comme on dit aujourd’hui dans l’Eglise ne choisit pas entre les émigrés et exilés malmenés, les blessés de la vie en particulier handicapés ou encore les familles que nous souhaitons encourager tout en étant évidemment aussi auprès des personnes qui connaissent des échecs et qui ont besoin d’assistance, de compassion, de respect.

La ville de Saint-Maur sait aussi encourager nos associations d’éducation de la jeunesse : l’aumônerie des lycées publics, les groupes scouts, l’Association familiale éducative (AFE) qui non seulement réunissent de nombreux jeunes mais leur offrent aussi des projets éducatifs de qualité. Comment ne pas citer ici la colonie de vacances de Petit Villard ?

J’ai encore apprécié le soutien apporté par la ville lors du centenaire des scoutismes catholique, protestant et juif, il y a quelques années, la mise à disposition de salles de sport pour des grandes célébrations où nos églises s’avéraient trop petites, le centenaire des paroisses en 2007 et évidemment le pèlerinage à Notre-Dame des Miracles qui a repris depuis l’an 2000 et qui attire tant de monde de Saint-Maur et des villes avoisinantes. Comment ne pas remercier ici les Associations familiales catholiques (AFC) qui l’ont relancé puis Philippe Lefèvre disparu trop tôt.

On pourrait dire que Notre-Dame des Miracles, c’est une dévotion catholique et c’est vrai. Mais, je vous assure qu’elle attire des foules, qu’elle suscite du recueillement, de la prière, des libérations, de la joie, et c’est bien l’essentiel. Merci aux actuels organisateurs du pèlerinage qui a lieu en décembre (cette année ce sera le samedi 12 décembre) :j’y viendrai avec des vincennois qui partiront de l’esplanade du Château.

Je ne peux pas terminer cette rétrospective et ce sincère remerciement à la ville et à vous tous ici présents sans évoquer la culture et ce que nous avons réussi à promouvoir avec le Conservatoire (à travers M Eric Lebrun), la ville (en particulier M Kaspi) et la paroisse ND du Rosaire lorsqu’un nouvel orgue fut installé en novembre 2009 sur la tribune de cette église. Je pense que la saison d’orgue a déjà démarré et je trouve à la fois audacieux et nécessaire cette ambition de mettre à la portée du plus grand nombre la musique et en particulier la musique sacrée. Nous disposons à Saint-Maur d’instruments de qualité, d’organistes talentueux. Je vous souhaite de continuer à travailler main dans la main sur ce terrain et pourquoi pas sur d’autres aspects culturels où Eglise et pouvoirs publics peuvent se rencontrer.

Je profite de cette occasion qui nous réunit pour vous signaler que Dominique, Françoise et Aurélien Prévot préparent un livre d’histoire de qualité sur la paroisse Notre-Dame du Rosaire. Il se trouve que la première partie de l’ouvrage retrace l’histoire de la vie religieuse à Saint-Maur depuis les temps les plus anciens. Nous savons déjà que la société d’histoire et d’archéologie de Saint-Maur présidée par M Bernard Javault soutient ce projet. Je ne doute pas que la ville témoigne son intérêt pour une telle entreprise.

Pour conclure, je ne peux manquer de mentionner une réussite à Saint-Maur qui réunit beaucoup de partenaires en particulier Monsieur le rabbin Jonathan Guez, M Michel Dluto président de la communauté juive de La Varenne, la communauté de l’Eglise protestante unie de France et son pasteur M Jean-Pierre Zang, les amis musulmans de Bonneuil et le secrétaire du groupe sans lequel nous ne ferions rien : M Jean-Pierre Bigel. J’ai beaucoup aimé nos rencontres régulières, nos conférences pendant dix ans, notre fraternité qui faisait dire à beaucoup quand on nous voyait ici dans cette salle réunis autour d’une table pour un débat : « C’est beau de vous voir vous saluer et même vous embrasser : on voit que ce n’est pas factice ! ». Des amitiés se sont nouées et je vous assure que j’espère vraiment pouvoir vivre de nouveau cela à Vincennes et Saint-Mandé dans les années qui viennent.

Merci aux autorités municipales de permettre ces conférences ici ce dont personne ne se plaint au contraire ! Un vœu : que la mémoire de l’abbé Emile Morel soit honorée un jour prochain lui qui au cours de la dernière guerre s’engagea si courageusement auprès des enfants de l’orphelinat juif de La Varenne ce qui ne peut pas s’oublier. Puis-je vous dire, M le Maire et vous M Dluto que je compte sur vous pour que sa qualité de « juste » lui soit enfin reconnue ?

Chers amis, je tiens à vous remercier tous ce soir pour votre présence amicale. Nous avons besoin de temps comme celui-ci pour nous saluer, nous remercier et nous décider à poursuivre le chemin de la reconnaissance mutuelle, du compagnonnage, de l’amitié. Allons, osons dire le mot de la fraternité si peu souvent évoquée et approfondie alors qu’elle figure sur le fronton de chaque mairie et que juifs et chrétiens nous nous souvenons du Psaume 132 (133), verset 1 :

« Oui, il est bon, il est doux pour des frères de vivre ensemble et d’être unis ! »

Père Stéphane AULARD

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Evénements



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter