Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Didier
      Didier Vincens, ordonné Diacre permanent

Didier Vincens, ordonné Diacre permanent

En 2003, le Père Michel Roger, notre ancien curé, est venu à la maison. A la fin
du repas, il nous a dit qu’il était missionné par notre Eglise pour m’interpeller en vue du diaconat permanent.
Avec Agnès, nous avons pris le temps d’y réfléchir...
Le 7 mai, c’est au creux de notre amour que nous recevrons le don de mon ordination. Le « Oui, je l’accepte » d’Agnès et mon « Oui, je le veux » s’enracineront dans le « Oui » de notre mariage.

Rosaire-Info a rencontré Didier qui sera ordonné diacre permanent le samedi 7 mai.


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 8 mai 2011
  • réagir
  • 0 vote

Rosaire-Info : Didier, quelles sont les étapes qui t’ont mené jusqu’au diaconat ?


Didier Vincens : En 2003, le Père Michel Roger, notre ancien curé, est venu à la maison. A la fin du repas, il nous a dit qu’il était missionné par notre Eglise pour m’interpeller en vue du diaconat permanent.
Avec Agnès, nous avons pris le temps d’y réfléchir, de laisser cet appel descendre tranquillement en nous. Il faut dire que nous avions d’autres projets, surtout celui d’accueillir un nouvel enfant. Au bout de deux ans, nous avons rejoint deux autres couples et un célibataire qui avaient été aussi interpelés dans le diocèse de Créteil, ce qui a permis une année supplémentaire de discernement, mais en équipe cette fois.
En 2006, la petite Zélie est venue rejoindre ses frère et soeurs Lucie, Pierre et Mathilde. La même année nous avons été admis à suivre un cycle de 4 années de formation au diaconat (+ 2 années complémentaires que nous sommes en train d’effectuer avec Agnès). Nous en avons informé nos enfants, et plus tard nos parents et l’équipe fraternelle de foyers avec qui nous partageons notre foi et notre vie de famille chaque mois.
L’Eglise a souhaité que nous soyons libres jusqu’au bout d’accepter ou de renoncer. C’est pourquoi la plus grande discrétion nous a été conseillée. Il ne s’agissait pas de garder pour nous ce don venu du Ciel, mais il nous était demandé de nous assurer que nous étions capables de l’accueillir, et d’attendre que l’évêque prenne la décision l’été dernier de m’appeler au diaconat permanent, après consultation de l’Eglise.

R-I : Comment as-tu vécu ce temps de préparation ?

D. V. : Comme un pèlerinage ! Avec des étapes (discernement, formation, admission, institutions, ordination), avec des sentiers pleins de lumière mais aussi quelques cols à passer, avec des doutes sur l’itinéraire, des découvertes,
des amis pour la route, et avec le Christ. D’ailleurs, l’Evangile qui sera proclamé lors de la messe d’ordination est celui du 3e dimanche de Pâques : les pèlerins d’Emmaüs.

- Ce texte me parle du Christ (sa pédagogie, sa proximité, la profondeur de sa Parole et de ses gestes).

- Il me parle de la diaconie (le service du prochain), que je serai appelé à vivre et à faire vivre autour de moi :
rejoindre, marcher avec, donner la parole et proposer la Parole, relire, partager, célébrer, témoigner.

- Ce texte me parle encore du chemin de Saint-Jacques que nous parcourons chaque été avec Agnès, les enfants et des anciens de la colonie de Petit-Villard (partis du Puy il y a quatre ans, nous arriverons au pays basque au mois d’août prochain).

- Ce texte me parle d’Agnès, mon épouse, ma compagne de route, dont l’amour m’aide à découvrir l’amour de Dieu.

- Et puis, il me parle aussi de moi : comment, chemin faisant, le Christ me rejoint dans ma vie d’homme, de mari, de père, de salarié, de chrétien. Comment l’approfondissement de sa Parole, au Centre Sèvres avec les
jésuites et à la formation interdiocésaine au diaconat, a éclairé le sacrement de l’Eucharistie et mes engagements paroissiaux.

R-I :Justement dans une vie bien remplie, y a-t-il la place pour le diaconat ?

D. V. : Au départ, cette question et bien d’autres se percutent : pourquoi moi ? C’est le « complexe de Zachée », commun à pas mal de ceux qui sont interpellés en vue du diaconat. Diacre, c’est faire quoi ? Nous avons la chance d’avoir déjà plusieurs diacres sur notre paroisse (Alain, Daniel, Gérard, Thierry). Ils témoignent que leur ministère tient autant à ce qu’ils font qu’à ce
qu’ils sont, grâce au sacrement reçu le jour de l’ordination, grâce à la prière de l’Eglise qu’ils partagent, grâce à la Parole qu’ils sont appelés à annoncer et à vivre, et aussi grâce aux personnes vers qui ils sont envoyés.
La question de l’emploi du temps, nous en avons souvent parlé avec Agnès, avec les enfants et avec l’équipe qui nous accompagne depuis bientôt trois ans. Aurai-je le temps ? Ma mission de diacre est de rendre le Christ serviteur présent dans ce qui fait déjà ma vie, au travail, en famille, dans mes engagements, et bien sûr en Eglise. La vocation à laquelle m’appelle l’Eglise n’est pas de me sortir de ma famille ou de me couper de mes amis. Mais de remplir de Dieu mon quotidien et d’accomplir la mission que je recevrai de l’évêque pour le service de la Parole, de la liturgie et de la charité.
Quel programme ! Je ne pourrai pas y arriver avec mes propres forces, mais avec la grâce de Dieu et avec l’aide de mes frères et soeurs en Christ. Alors je confie à votre prière cette ordination et le chemin d’Espérance qui suivra.

R-I : Et Agnès dans tout cela ?

D. V. : C’est bien au sein de la vocation au mariage que l’Eglise est venue m’appeler au diaconat permanent. C’est essentiel. Cette marche vers le sacrement que je vais recevoir nous a transformée, Agnès et moi. Un
chemin de conversion, de l’un par l’autre et par la grâce divine qui bouscule et qui agit discrètement.
Avec Agnès, nous comprenons que mon ordination diaconale sera à la fois un don de Dieu, un fruit de notre amour (et cet amour nous le recevons du Christ), et une chance de partager avec les autres la vie du Christ, la charité du Christ, la fraternité en Christ.
Je la remercie du fond du coeur pour sa confiance, pour son espérance. Qu’est-ce qui rime avec « espérance » ? Ah oui, merci pour sa patience !
Avec elle, je suis heureux. Avec elle à mes côtés, je suis heureux de suivre Jésus-Christ.

R-I : Vous vous êtes connus sur la paroisse...

D. V. : Oui, j’ai rencontré Agnès à la messe du dimanche soir animée par les 15-18 ans, à la colonie de Petit-Villard, au FRAT, à la gare de Champigny … mais je ne vais pas tout vous raconter quand même ! Il y a 23 ans, nous nous sommes promis de nous aimer tout au long de notre vie. On était loin d’imaginer la suite. On savait juste, grâce au Père Tiger qui nous avait préparés au mariage, que nous fondions notre vie sur un don de Dieu.
Le 7 mai, c’est au creux de notre amour que nous recevrons le don de mon ordination. Le « Oui, je l’accepte » d’Agnès et mon « Oui, je le veux » s’enracineront dans le « Oui » de notre mariage.
Puisque vous me faites évoquer Petit-Villard et les 15-18, je voudrais remercier la paroisse Notre- Dame du Rosaire. Je remercie tous les paroissiens rencontrés depuis l’enfance dans ce quartier de Saint-Maur, les mamans catéchistes, les scouts et leurs chefs, les colons et leurs moniteurs, les équipiers et les invités du parcours Alpha, les enseignants et les parents d’élèves de l’école le Rosaire,
les personnes rencontrées dans mes engagements, les amis anciens et nouveaux, les animateurs et les cuisiniers de la kermesse, les prêtres d’hier et
d’aujourd’hui, ma famille et mes enfants, mes parents et ceux d’Agnès.
La Foi, transmise du profond de ma famille, a germé au milieu de vous, grâce à vous. Ma vocation diaconale a grandi à votre contact. Vous avez éveillé en moi le désir de servir l’Eglise et les hommes par le diaconat.
Alors OUI, MERCI

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter