Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Entree-dans-l-annee-de-la-foi-en
      Entrée dans l’année de la foi en lien avec Marie

Entrée dans l’année de la foi en lien avec Marie


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 12 décembre 2012
  • réagir

HOMELIE POUR LA FÊTE DE L’IMMACULEE CONCEPTION
(8 décembre 2012 – Messe de clôture du pèlerinage ND des Miracles)

Nous sommes entrés le 11 octobre dernier dans grande démarche voulue par le pape Benoît XVI : l’Année de la Foi. Année où il souhaite que nous manifestions un enthousiasme renouvelé dans notre joie de croire ; un enthousiasme dont le signe sera notre désir de partager la foi autour de nous.

Et ce n’est pas un hasard si l’ouverture de l’Année de la Foi a coïncidé en effet avec l’ouverture d’un synode à Rome sur la nouvelle évangélisation. Un événement plus bref, simplement trois semaines, mais très en lien avec cette Année de la Foi ; un peu comme son illustration : le signe que votre foi est renforcée doit se traduire par le désir de la proposer autour de vous.

Dans son message pour ouvrir l’Année de la Foi, le texte « Porta fidei », le pape médite sur la beauté et la pureté de la foi de la Vierge Marie : il la donne en exemple.

Il nous est bon en cette fête du 8 décembre où nous fêtons l’Immaculée Conception d’entendre ce que dit Benoît XVI sur la foi de la Vierge Marie, car Marie peut effectivement nous accompagner tout au long de cette année.

Le pape l’évoque les quatre moments clés de son existence terrestre :

  • L’Annonciation : Par la foi, Marie a accueilli la parole de l’Ange dans l’obéissance de son dévouement.
  • La naissance : Avec joie et anxiété elle met au jour son fils unique.
  • Le ministère public de Jésus : Par la foi, elle suivit son fils le Seigneur dans sa prédication et demeura avec lui jusque sur le Golgotha.
  • Le temps de Pâques : Avec foi Marie goûta les fruits de la résurrection de Jésus et, conservant chaque souvenir dans son cœur elle les transmit aux Douze réunis avec elle au Cénacle pour recevoir l’Esprit Saint.


Oui, elle est belle à contempler la foi de Marie, à toutes les étapes de sa vie, elle dont le Concile Vatican II nous dit qu’elle est comme une image de l’Eglise.
C’était une intuition merveilleuse des pères conciliaires que de nous donner de comprendre que la figure même de l’Eglise : c’est la Vierge Immaculée.

Ainsi, l’Eglise pour comprendre sa mission est invitée à regarder la Vierge Marie :
Ainsi chaque chrétien pour grandir dans la foi est-il aussi invité à la contempler :

  • elle est la Vierge attentive qui écoute la Parole de Dieu. Le texte de l’Annonciation que nous venons d’entendre nous le rappelle. L’Eglise, et nous chrétiens, nous devons sans cesse nous référer à cette Parole de Dieu ;
  • elle est celle qui va donner son fils au monde. Quelle est la mission de l’Eglise si ce n’est donner le Christ à notre humanité qui ne le connaît pas encore. Chacun est ici renvoyé à son désir d’évangélisation ;
  • elle est celle qui prie avec les apôtres en attendant la Pentecôte. Où en sommes-nous dans nos vies chrétiennes de la place laissée à la prière ? à l’accueil de l’Esprit Saint ?
  • elle est à Cana, celle qui voit les souffrances de l’humanité et les présente à son fils, voilà aussi tout le ministère de la compassion vécue par l’Eglise. Au cours de ces derniers mois dans nos diocèses en France nous sommes mobilisés par la grande démarche Diaconia 2013 ; elle se conclura justement à Lourdes à la fête de l’Ascension au mois de mai prochain auprès de la Vierge Marie.


On pourrait multiplier les exemples qui montrent comment en contemplant Marie l’Eglise est renvoyée à sa mission au quotidien.
Comment chacun de nous peut y puiser des forces neuves pour que sa foi grandisse.

Alors, ce soir nous contemplons Marie dans le mystère de son Immaculée Conception.
Comme tous les mystères concernant la Vierge Marie c’est dans son lien au Christ que nous pouvons comprendre ce privilège accordé à la Vierge Marie.

Pourquoi Marie est elle reconnue comme l’Immaculée Conception, c’est-à-dire conçue sans péché ? Ce n’est pas un privilège intemporel ou accessoire ; c’est parce que sa mission de devenir la mère du sauveur impliquait une totale pureté, une absence absolue du péché.

C’est ce que tout à l’heure exprimera la prière de la Préface : « Tu as préservé Marie de toutes les séquelles du premier péché, et tu l’as comblée de grâce pour préparer à ton Fils une mère vraiment digne de Lui ». C’est la sainteté unique du Christ qui nécessite la sainteté de sa mère.

Que Marie soit l’Immaculée Conception c’est :

  • au sens négatif qu’elle est conçue sans péché ;
  • asens positif qu’elle est pleine de grâce.

Nous sommes là aussi renvoyés au texte de l’annonciation : «  je te salue comblée de grâce, le Seigneur est avec toi ».

C’est vrai, ce dogme publié en 1854, quatre ans avant les apparitions de Lourdes, a pu poser parfois des questions ; tout spécialement la question de la liberté de Marie.
Certains disant : si Marie est conçue sans péché, était-elle vraiment libre d’accepter ou de refuser la mission ? N’était-elle pas en quelque sorte programmée pour dire oui ?

Nous voyons dans l’Evangile de Luc qu’il n’en est rien. Marie entre dans un vrai dialogue avec l’ange. Un dialogue qui se conclut par un acte de foi, où toute la liberté de Marie s’exprime : «  Voici la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi, selon Ta parole  ».

Voilà une parole qui peut nous guider tout au long de cette Année de la Foi.
La foi ce n’est pas seulement croire que Dieu existe, la foi intègre la notion de confiance, d’abandon, de remise de nous-mêmes entre les mains du Seigneur.
Prenons conscience de la force de ces paroles : « que tout se passe pour moi, selon Ta parole ».

Posons cet acte de foi qu’agir selon la Parole du Seigneur - comme Marie - sera pour nous source de joie, source de bonheur, source de fécondité. Une fécondité que nous ne pouvons pas connaître à l’avance, qui nous sera peut-être même toujours cachée ; mais là n’est pas le plus important.

Un tel programme n’enlève pas la dimension de la souffrance ou de l’épreuve, mais donne d’avancer avec courage et audace. Souvenons-nous de Marie se hâtant pour visiter sa cousine Elisabeth : quel courage, quelle audace, quelle confiance !

Alors la question que nous pouvons nous poser aussi ce soir est de savoir :

  • - comment ce dogme de l’immaculée Conception nous rejoint-il aujourd’hui dans notre foi ?
  • - en quoi finalement est-il une bonne nouvelle pour nous, en quoi nous concerne-t-il ? C’est fondamentalement un message de foi qui est donné ; surtout une invitation à ne pas avoir peur.

En fait nous nous sommes habitués à notre condition de pécheurs, nous pensons que le péché fait en quelque sorte partie de notre condition humaine, qu’il est une fatalité.
Le péché, nous l’avons entendu dans la première lecture le livre de la Genèse : il engendre la peur, la méfiance, le mensonge. La foi elle, engendre, la confiance, l’amitié, l’unité.

Marie en son Immaculée Conception nous montre en réalité le vrai visage de l’humanité : une humanité qui doit avancer avec confiance.
C’est la mission de l’Eglise d’être dans notre monde le signe de cette confiance en Dieu.

A cette Vierge Immaculée confions en cette célébration toutes nos intentions.
Confions-lui les intentions des pèlerins qui sont venus prier en ce pèlerinage à Notre Dame des Miracles.
Confions-lui les intentions de nos familles et de nos diocèses ; de toute l’Eglise.


+ Mgr Jacques HABERT, Evêque de Séez

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Evénements



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

Rendez-vous

newsletter