Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Homelie-pour-l-installation-du
      Homélie pour l’installation du Père Pierre-Edouard Le Nail, curé de Saint (...)

Homélie pour l’installation du Père Pierre-Edouard Le Nail, curé de Saint François de Sales (Saint Maur des fossés)

le 23 septembre 2012


1- Frères et sœurs, paroissiens de Saint François de Sales, cher Pierre-Edouard, ce n’est pas le curé de Notre-Dame du Rosaire ou le responsable du secteur pastoral de Saint-Maur qui vient aujourd’hui présider cette messe comme il l’a fait au cours de ces deux dernières années –avec les autres prêtres et la plupart des diacres de Saint-Maur lors des difficultés de santé du Père Jean-Claude Julien- Non, aujourd’hui c’est un membre de l’équipe épiscopale de notre diocèse de Créteil – un vicaire épiscopal- qui vient officiellement installer au nom de notre évêque, Mgr Michel SANTIER, un nouveau curé. Soyez certains que Mgr SANTIER vous salue tous et encourage toute la communauté catholique d’Adamville et de la Pie au moment où un nouveau curé, le Père Pierre-Edouard LE NAIL lui est donné.

Il me semble que la liturgie de ce jour qui est bonne nouvelle nous enseigne à la fois ce qu’est un curé de paroisse et aussi ce qu’est une communauté chrétienne digne de ce nom. L’enseignement de l’Evangile nous invite toujours à une conversion de nos cœurs si nous voulons suivre le Christ comme nous l’entendions déjà la semaine dernière (cf. Mc 8,34).

2- Essayons de situer l’épisode évangélique d’aujourd’hui (Mc 9,30-37) : le Christ confie à ses disciples qu’il souffrira sa Passion, mourra de mort violente et ressuscitera. Il ne va pas au suicide, mais Il pressent parfaitement ce qui lui arrivera et Il y consent : Le Christ ne subira pas sa mort comme une injustice puisqu’Il donne sa vie et la livrera ultimement dans un immense acte d’amour, un don de lui-même, son sacrifice sur la croix.

Un curé de paroisse par sa prédication vient non seulement nous apprendre ce qu’il en est de Jésus Christ (sa vie, ses paroles et ses actes), mais il vient nous dire – parce qu’il est envoyé par l’évêque garant de la foi- le secret de notre famille avec patience et passion parce qu’il s’est attaché lui-même à Jésus, parce qu’il sait pour l’avoir expérimenté lui-même que le Seigneur est vivant, que son cheminement, le don de lui-même par amour, est notre grand horizon.

Votre curé est donc d’abord un disciple de Jésus qu’il a choisi de servir dans l’Eglise parce qu’il s’est attaché à la personne de Jésus. Il vous partagera pendant le temps de son ministère ici sa passion comme il l’a déjà fait partout où il est passé dans notre diocèse et ailleurs.

Ceux qui connaissent notre frère Pierre-Edouard connaissent sa grande disponibilité, son engagement pour ses paroissiens et dans le scoutisme notamment. Ils savent qu’il ne fait pas les choses à moitié. Il faut qu’ils sachent – il faut que vous sachiez- que Jésus Christ remplit sa vie, comme celle de votre précédent curé et les nombreux curés et prêtres qui ont servi votre paroisse auxquels nous pouvons penser aujourd’hui autrement que comme des noms simplement gravés dans le marbre.

J’aime redire que si l’Evangile était un livre idéologique de plus au service d’une dictature de plus, il aurait certainement gommé ce qui suit l’annonce de la Passion du Christ, c’est-à-dire la mesquinerie des apôtres et leur recherche de la gloire personnelle (« Ils se taisaient car sur la route, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand. »).

Or, non seulement cela n’est pas caché, mais en plus le Christ corrige avec pédagogie ses apôtres en leur délivrant une parole à connaître par cœur (après tout on apprend bien par cœur des recettes de cuisine ou des fables de La Fontaine) et une petite parabole.

La parole est la suivante : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous.  » Notre religion n’étouffe pas, contrairement à ce que beaucoup de nos contemporains pensent, le désir et l’ambition : être premier… Simplement, la voie proposée est originale puisque c’est la voie de l’humilité et du service. Le texte grec dit : « être le diacre de tous. » Les prêtres avant d’être prêtres sont diacres ! Etre diacre, c’est être serviteur.

Certes, le curé d’une paroisse est pasteur de sa communauté, il en prend soin (c’est l’étymologie du mot « curé »), il en a le souci constant. Ainsi dans vos quartiers vivants de la Pie et d’Adamville, il y a des personnes qui ont fait souche ici depuis fort longtemps ; il y a aussi des personnes nombreuses qui viennent de différents pays de l’Europe et d’autres continents.

Tous importent au curé de la paroisse parce que le berger ne choisit pas ses brebis, il n’a pas ses préférées, il ne s’attache pas à un petit groupe en oubliant les autres. C’est sans doute pour cette raison que le berger ne reste pas toujours dans sa paroisse pour que son regard ne s’émousse pas ! Cette attention à la diversité des milieux, des origines, des générations, des cultures est un véritable service.

La parabole de l’enfant placé au milieu des apôtres veut rappeler cela. L’enfant ne comptait guère à l’époque de Jésus parce qu’il s’agissait souvent d’une nouvelle bouche à nourrir et on ne prêtait pas aux petits l’attention qu’on leur prête souvent aujourd’hui. On a beaucoup progressé en ce domaine, mais il ne s’agit pas de transformer pour autant les enfants princes.

Si j’ose pousser la parabole un peu plus loin, je pourrais dire qu’aujourd’hui, au moment où le ministère pastoral de Pierre Edouard commence ici, il se tient au milieu de vous comme un enfant qui va apprendre à se faire saint-maurien et habitant de ce quartier grâce à vous et, en échange, vous recevrez de cet apôtre la parole du Seigneur, le goût de la prière et les sacrements. Il vous proposera avec l’Equipe d’animation paroissiale en particulier et l’Equipe pastorale de secteur des initiatives pour servir l’évangélisation et le service des frères puisque c’est cela notre mission.

3- Je vous ai dit tout à l’heure que les textes bibliques de ce jour nous enseignent à la fois ce qu’est un curé et aussi ce qu’est une communauté chrétienne digne de ce nom. En effet, un curé de paroisse n’existe pas en lui-même et sans sa paroisse, les services et les mouvements qui y sont implantés. Je pense évidemment ici au scoutisme : le groupe scout d’Adamville bien sûr que Pierre-Edouard, comme aumônier territorial, connaît déjà, mais on pourrait aussi parler de la Jeunesse d’Adamville, du Secours catholique implanté avenue Carnot, de la communauté portugaise, de l’Ensemble scolaire Jeanne d’Arc, entre autres. Vous êtes là d’ailleurs ce matin, je vous reconnais !

La lettre de Saint Jacques (la deuxième lecture) que nous lisons depuis plusieurs semaines ne nous ménage pas, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais, après tout dans une famille il faut se dire les choses en face et c’est ce que fait Saint Jacques avec sa communauté de jeunes chrétiens. Il est assez terrible d’entendre que les rivalités et les jalousies peuvent miner une vie de famille, une vie associative ou de mouvement, une vie paroissiale…, mais c’est souvent la réalité. Il faut donc trouver le remède à cela.

Le remède, me semble-t-il est dans l’ambition chrétienne qui lui est donnée par Dieu. La générosité, les efforts ne suffisent pas. Ecoutons Saint Jacques qui nous invite tous à accueillir la « sagesse qui vient de Dieu » : « elle est pleine de miséricorde et féconde en bienfaits, sans partialité et sans hypocrisie.  »(Jc 3,17) La suite de cette eucharistie va être la prière et l’action de grâce pour l’œuvre de Dieu déjà réalisée en Jésus Christ : beaucoup d’entre nous vont communier en recevant le Christ.

JPEGLaissez votre curé vous enseigner la prière et surtout prier avec vous. C’est là notre source. Le concile Vatican II le dit bien à propos de l’eucharistie qui est « source et sommet de la vie chrétienne  ». Le curé d’une paroisse, les prêtres qui collaborent avec lui –je pense ici au Père Jean-Pierre- célèbrent l’eucharistie comme le Seigneur nous l’a demandé pour vous offrir la générosité de Dieu, l’amour de Dieu. Cela compte beaucoup dans leur existence et ils veulent donc dans l’eucharistie vous inviter à communier de manière plus intense au Christ pour mieux communier à vos frères.

Avant de demander au Père Pierre-Edouard de dire seul la profession de foi et qu’il vous demande ensuite à votre tour comme lors de la veillée pascale ou d’un baptême d’affirmer votre foi, je veux vous dire que notre diocèse de Créteil vous invite tous à la célébration des bienfaits du Concile Vatican II que nous célèbrerons en communion avec le pape Benoît XVI et les diocèses du monde entier le dimanche 14 octobre après-midi à Créteil. Venez nombreux vous réjouir avec toute l’Eglise de vivre aujourd’hui en chrétiens catholiques. Vous ne serez pas déçus !

Cher frère Pierre-Edouard sois heureux ici à Saint-Maur et à Saint François de Sales comme enfant de Dieu et curé de cette paroisse. Amen.


Père Stéphane AULARD

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Homélies antérieures



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

Rendez-vous

newsletter