Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Jesus-n-a-jamais-parle-du-divorce
      Jésus n’a jamais parlé du divorce

Jésus n’a jamais parlé du divorce

Homélie du dimanche 7 octobre 2018


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 8 août 2018
  • réagir
  • 0 vote

Jésus n’a jamais parlé du divorce

Homélie du dimanche 7 octobre (27ème dimanche du temps) extraite du site http://royannais.blogspot.com sur l’EVANGILE - selon Saint Marc 10, 2-16*

Des pharisiens abordèrent Jésus et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? ».

Le verset introductif de notre péricope (Mc 10, 2-12) est on ne peut plus clair. Il s’agit de mettre Jésus à l’épreuve. La question posée n’intéresse pas pour elle-même, mais comme occasion de faire que Jésus se casse la figure. On peut, on doit, dans ces conditions, penser que la réponse de Jésus a peu de chance de constituer un enseignement sur le divorce, la possibilité pour un homme de renvoyer sa femme.

Il y a fort à parier, que Jésus va d’abord chercher à se sortir du piège, et pourquoi pas, à rendre la monnaie de leur pièce à ceux qui lui avait posé une chausse-trape.

Et c’est exactement ce qui se passe. Pour se sortir du piège, Jésus renvoie la question. La réponse lui donnera la marche à suivre. Il faut le dire, la réponse de Jésus est conditionnée par le piège et la manière de s’en sortir. Il est pour le moins imprudent d’y chercher, comme on le fait si souvent, un enseignement sur le divorce, et encore moins sur le mariage, puisque de celui-ci, il n’est pas question. Vous imaginez, pour parler du mariage, on commencerait par étudier les conditions du divorce ! Non pas comment éviter le divorce, mais dans quelles conditions y recourir.

La réponse de Jésus, comme il fallait s’y attendre est un piège, réponse du berger à la bergère. Il pousse l’exigence si loin que la question des interlocuteurs devient impossible. Si vous voulez parler des conditions du divorce, sachez qu’elles n’ont d’existence que due à votre dureté de cœur et, qu’à envisager les choses ainsi, on entre dans une logique d’adultère.

La question ne concerne d’ailleurs pas que les hommes, les mecs, mais aussi les femmes. Sale manie que cette phallocratie qui ne pense qu’aux mâles. Pensez aussi aux femmes. Et Jésus construit une réciprocité entre homme et femme, qui, certes est exigeante pour les femmes comme pour les hommes, mais laisse entendre que les femmes pourraient aussi plaquer leur mari, sorte de coup de semonce ou de pied-de-nez, puisqu’à l’époque, le nombre de femmes qui répudiaient leur mari devait être à peu près nul.

On doit encore ajouter que l’adultère dans les Ecritures est parabole de l’infidélité à Dieu, d’un comportement apostat. Ainsi, et autrement dit, non seulement votre cœur est dur, non seulement vous êtes adultères, mais vous n’êtes pas des Juifs fidèles à Dieu. Mettez-vous à la place des femmes, vous verrez ce que cela fait d’être répudié. Jeu, set et match.

La logique du chapitre 10 dans son ensemble doit être relevée. Entre logique du droit, celui de la répudiation, celui de la récompense parce qu’on a bien fait, et la logique de la gratuité, celle de l’amour, celle des enfants, celle de la guérison et de la grâce, il faut choisir. Si vous voulez parler du mariage en termes de droit et non en termes d’amour, il ne faut pas vous étonner que cela ne marche pas, que cela vous revienne sur le nez. C’est foutu d’avance.

Alors, quand l’Eglise parle du divorce à partir de ces versets, non seulement, elle fait un contresens, une erreur de lecture colossale, mais surtout elle démontre qu’elle pense comme les pharisiens, dans la logique du droit et non de l’amour. C’est l’Eglise, comme les disciples dans ce chapitre, qui est pharisienne. Qu’on se le tienne pour dit.

Ce n’est pas qu’on puisse faire n’importe quoi en matière matrimoniale, cette question n’est pas envisagée par le texte ; mais si l’on veut en parler correctement, si on veut en vivre correctement, que l’on commence à en parler du point de vue de la gratuité, de la grâce, de l’amour et de la justice, comme on parlerait de la vie avec Dieu, loin de la rétribution, au plus prêt de l’accueil sans limite et réciproque, sous le signe de la miséricorde, puisque Dieu est juste et amour.

Si l’on veut être disciple de Jésus, si l’on veut par sa vie de couple être témoins de l’amour de Dieu pour son peuple, alors, qu’on ne fasse du mariage pas une affaire de rétribution ou de droit. Que l’on parle de la vie avec Dieu et les autres sous le signe de l’amour, du pardon et de la justice, parce que c’est ainsi, la vie, une question d’amour et de pardon. Voilà l’enseignement de Jésus.

Homélie extraite du site http://royannais.blogspot.com/

*Vous retrouverez l’Evangile de ce dimanche et les commentaires de Marie-Noëlle Thabut en cliquant ici.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Homélies 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018

Documents joints


- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

décembre 2018 :

Rien pour ce mois

novembre 2018 | janvier 2019

newsletter