Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Journee-de-la-Paix
      Journée de la Paix

Journée de la Paix


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2010

SI TU VEUX CONSTRUIRE LA PAIX, PROTEGE LA CREATION

Le Pape Benoît XVI, à l’occasion du 1er janvier, fête liturgique de «  Sainte Marie Mère de Dieu », mais aussi traditionnelle journée de prière pour la paix depuis 43 ans, offre à l’Eglise comme ses prédécesseurs avant lui cette année encore une fort belle et importante méditation.

Il choisit de développer cette année ce qui est plus qu’un thème - la paix – en la mettant en perspective avec l’impérieuse nécessité de défendre la création. Certains diront : voilà que le Pape s’y met aussi en parlant d’écologie. Il en parle en effet, mais il reprend une réflexion déjà amorcée par Jean-Paul II il y a 20 ans.

Nous sortons d’une période où les médias nous ont abondamment abreuvés de commentaires au sujet du sommet des Nations à Copenhague, la capitale danoise. Il semble que « la montagne ait accouché d’une souris », d’après beaucoup de commentateurs. Il ne faut pourtant pas être grand clerc pour comprendre que les questions du dérèglement climatique ne vont pas être traitées si facilement et en si peu de temps.

On peut se réjouir de l’existence de ce sommet et on peut aussi espérer que maintenant le travail de concertation, d’études scientifiques, mais aussi de réformes justes souhaitées par le Pape va se réaliser. Il espère –il l’avait déjà dit dans sa dernière encyclique Caritas in veritate - une réforme de fond de l’Organisation des nations unies (ONU). Il dit bien sur ce sujet comme sur les mesures techniques à adopter en de nombreux domaines que l’Eglise n’a pas la solution, mais qu’elle énonce des principes auxquels beaucoup pourraient souscrire étant donné l’expertise en humanité de l’Eglise catholique implantée sur de nombreux continents et si souvent investie dans des actions de secours immédiat ou de développement des populations en partenariat avec les Etats et les Organisations non gouvernementales (ONG). Ceci est malheureusement souvent oublié ou minoré. On l’a vu dans l’affaire dite du « préservatif » lors du voyage du Pape en Afrique !

Benoît XVI, dans son message, développe une réflexion qui n’étonnera pas sur la Création comme don de Dieu fait à l’homme qui a charge de l’entretenir en prenant soin d’elle et en se considérant en alliance avec elle. Cet oubli du don de Dieu comme la perversion du lien entre l’homme et la Création est assurément quelque chose qui nous marque et exprime le péché. La Bible et notre expérience malheureusement sont là pour nous le rappeler sans cesse.

Pour autant le Pape n’est pas pessimiste. Il en appelle à la solidarité entre Nations en pensant aux générations futures. Il appelle les pays industrialisés à réviser leur comportement en étant conscients de leurs responsabilités historiques. Il appelle les pays émergents à mettre en place sans tarder des politiques environnementales efficaces : «  Ceci pourrait se réaliser plus facilement s’il y avait des calculs moins intéressés dans l’assistance, dans la transmission des connaissances et l’utilisation de technologies plus respectueuses de l’environnement. » (N° 8)

Tout en appelant à plus de solidarité entre elles les nations ou en suggérant la mise en place de recherches sur les énergies nouvelles, une saine gestion de l’eau ou des efforts pour éradiquer la faim qui atteint encore tant de populations, le Pape nous invite tous à modifier nos styles de vie si souvent dirigés par la loi de la consommation. Il nous appelle à adopter des comportements de sobriété seuls capables selon lui de nous entraîner vers un « développement intégral de l’homme » et de tous les hommes.

Tout en appelant fortement comme on l’a vu les Nations à travailler à une nouvelle solidarité, il nous provoque chacun à réviser nos habitudes développant le fameux principe de « subsidiarité » : «  Il est important que chacun s’engage à son propre niveau, travaillant afin que soit dépassée la suprématie des intérêts particuliers. » (N° 11)

Acceptons ensemble de travailler en ce sens pour rendre témoignage au Seigneur au milieu de nos frères. Ne nous désespérons pas et ne soyons pas blasés. Entrons au seuil de cette année nouvelle dans l’espérance que notre Dieu sans cesse nous communique. Soyons des témoins et artisans de paix contagieux !

Père Stéphane AULARD



Homélies antérieures



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

Rendez-vous

newsletter