Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/La-pentecote-acte-de-naissance-d
      La pentecôte, acte de naissance d’une Eglise qui sort de sa torpeur et de sa (...)

La pentecôte, acte de naissance d’une Eglise qui sort de sa torpeur et de sa peur.


HOMELIE DE PENTECÔTE
19 MAI 2013

1-Frères et sœurs en ce jour de Pentecôte, l’Eglise dans sa liturgie nous invite à faire mémoire d’un événement fondateur qui s’est déroulé à Jérusalem cinquante jours après la mort et la résurrection du Christ il y a plus de 2000 ans. Il s’agit de la venue de l’Esprit Saint sur les Apôtres enfermés dans la salle du Cénacle où, selon la tradition, le Seigneur avait le Jeudi Saint institué l’eucharistie après leur avoir lavé les pieds.

On peut dire que l’Eglise est née au pied de la Croix lorsque le Seigneur rendit son dernier souffle qui est bien davantage qu’une ultime expiration. Selon l’Evangile de Jean, lorsque le Christ mourut il « livra l’Esprit  » (« parédôken to pneuma  ») (cf. Jean 19,30) .Le Christ crucifié transmit à son Eglise en germe (Marie et Saint Jean au pied de la croix en sont les images) son Esprit.

Au cours des quarante jours qui suivirent la résurrection du Seigneur, Le Christ ressuscité rencontra ses Apôtres et Il leur confirma ce qu’Il leur avait déjà confié dans ses entretiens avec eux après la Cène. Nous venons d’entendre à l’instant un passage de Saint Jean où Il annonce très clairement la prochaine venue de l’Esprit Saint sur ce petit troupeau constitué des apôtres qui, pourtant, aux heures sombres de la Passion l’abandonnèrent : « Moi, je prierai le Père, et Il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : L’Esprit de vérité. » (cf. Jean 14,16) et, un peu plus loin : «  L’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et Il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. » (cf. Jean 14,26)

2-Or, cet enseignement et cette mémoire dont parle le Christ aux Apôtres est fondamental : il y a un enseignement qui fait vivre et une mémoire vive qui met en marche, qui saisit et qui permet d’accomplir des merveilles. Lorsque le Christ ressuscité rencontra ses disciples, Il souffla sur eux comme Dieu insuffla son haleine de vie sur l’être humain –selon la Genèse- pour qu’il vive (cf. Genèse 2,7). Le Christ ressuscité souffla donc sur ses Apôtres pour leur permettre de revivre après le traumatisme de sa mort et la trahison des Apôtres pourtant compagnons de route du Seigneur durant trois ans ! (cf. Jean 20,22).

La Pentecôte est comme l’acte de naissance d’une Eglise qui sort de sa torpeur, de sa peur. C’est sa mise au monde, c’est son engagement dans le monde. Désormais l’action des Apôtres, leur témoignage explicite (l’annonce de Jésus Seigneur) comme leur témoignage implicite (le service des hommes à l’image du Maître, le combat contre toutes les formes de mal, la guérison des cœurs et des corps) constituent le programme de l’Eglise fondée sur les Apôtres. Ce sont là les « merveilles » dont parle le récit de Pentecôte dans le livre des « Actes… des Apôtres » : nous en sommes les héritiers comme disciples ! (cf. Actes 2,11)

Frères et sœurs, la morosité est, vous le savez une spécialité française. Nous sommes, à ce qu’il paraît, le peuple européen le plus déprimé champion de l’usage des antidépresseurs, inquiet pour notre avenir, n’aimant plus l’Europe que nous avons pourtant fondée, en proie au doute sur nous-mêmes, ne sachant pas ce que deviendront nos enfants qui travailleront plus longtemps… Et nous chrétiens au milieu de ce peuple naguère officiellement « fille aînée de l’Eglise » qui a suscité tant de saints, de missionnaires et d’œuvres de charité, comment nous sentons-nous  ? Avons-nous l’enthousiasme de nos frères aînés et de tant de frères et sœurs chrétiens actuellement dans le monde et pourtant quelquefois opprimés, pauvres et parfois extrêmement minoritaires ?

3-Deux événements peuvent nous faire réfléchir et nous aider à ne pas sombrer dans la déprime généralisée ! C’est d’abord le très beau rassemblement qui a eu lieu la semaine dernière à Lourdes : « Diaconia : servons la fraternité ». 12000 personnes venant de tous les diocèses de France accompagnées par 80 évêques. Parmi ces personnes (une bonne douzaine venant de Saint-Maur et 180 du diocèse), 3000 étaient des personnes qui ne prennent jamais la parole et qui, comme les Apôtres, ont pris la parole : des gens en grande précarité, des SDF, des Roms, des malades, handicapés, immigrés, prisonniers (par vidéo interposée), divorcés parfois remariés, chômeurs… Le peuple des petits et on les a écoutés !

L’appel issu de ce rassemblement dit ceci : « Ensemble, osons le changement de regard sur les plus fragiles. Abandonnons un regard qui juge et humilie pour un regard qui libère. Nous n’avons pas de prochain clé en main. La proximité se construit chaque jour. Ensemble, osons le changement d’attitude au sein des communautés chrétiennes pour que les pauvres y tiennent toute leur place… » Voir l’article sur Diacona 2013 publié sur notre site web "lerosairesaintmaur.org"

En dialoguant avec l’une d’entre nous qui se trouve dans un grand dénuement récemment, j’ai entendu ce que Jésus a promis à ses Apôtres : la mémoire de ses paroles pour nous faire tenir dans l’épreuve et pour nous relancer toujours dans notre vie. Elle évoquait la jeune fille de l’Evangile à laquelle Jésus dit : « Lève-toi… ». Ou encore la pierre roulée du tombeau et pourtant si lourde, promesse d’avenir : « Non les portes ne sont pas pour moi toujours fermées… » Oui, l’Evangile et la prière sont de puissants leviers et lorsque nous nous y livrons nous sommes habités par l’Esprit Saint qui commence à nous relever et ouvre encore et toujours nos vies aux dimensions de notre Dieu !

L’autre événement qui est aussi une belle promesse c’est le rassemblement des 12000 jeunes de 13-15 ans de la région parisienne à Jambville en ce moment- même ! Le FRAT. Là encore, comme la semaine dernière, 10000 fois douze disciples de Jésus se réunissent non pas pour se compter, mais pour s’exposer à l’Esprit Saint ! Ils s’en souviendront, je vous l’assure de cette Eglise qui prie, qui chante, mais aussi qui échange, qui s’instruit et qui envoie. Cliquez ici pour retrouver le site du FRAT

On leur souhaite, et nous nous souhaitons joyeuse Pentecôte puisque l’Esprit Saint « affirme à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu, héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ  » (cf. Romains 8,16-17), en le suivant partout où Il se trouve : dans l’homme défiguré comme dans le jeune plein de promesse ; dans les couples qui se préparent au mariage sacramentel comme dans les personnes seules, dans nos compatriotes de toutes origines et religions comme dans nos frères chrétiens persécutés en différentes religions du monde que nous ne saurions oublier.

En cette « Année de la foi », notre foi est un puissant levier pour nous permettre de reconnaître le Christ vivant, l’Esprit Saint à l’œuvre et nous tourner vers le Père avec simplicité comme Jésus nous y invite encore et toujours. Amen.

Père Stéphane AULARD

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Homélies 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

Rendez-vous

newsletter