Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Lazare-et-le-mauvais-riche
      Lazare et le mauvais riche

Lazare et le mauvais riche


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 2 octobre 2010

Homélie du dimanche 26 septembre 2010, par le diacre Thierry Wion

LUC 16, 19-31

Chers frères et sœurs, l’évangile de Luc de ce dimanche peut déranger certains d’entre nous.

Et bien l’évangile de Luc, frères et sœurs, ne devraient pas en déranger certains, mais devrait tous nous déranger, ou du moins nous interpeller.

Car si nous nous situons sur une échelle mondiale et parfois cela fait du bien de pousser les frontières de la région parisienne - entre parenthèse la région la plus riche de France - et bien, frères et sœurs, le plus pauvre d’entre nous aujourd’hui dans cette église est plus riche que près de la moitié de la planète. Plus de la moitié du globe vit en dessous du seuil de pauvreté.

Il serait facile de comprendre que Jésus semble dire que le riche est puni parce qu’il est riche et que le pauvre récompensé parce qu’il est pauvre. Au passage on notera que le pauvre à un nom, Lazare, et que le riche n’en a pas. Jésus renverse une fois de plus la situation en inversant l’importance de la personne par rapport à sa condition sociale.

Encore aujourd’hui notre curiosité est plus aiguisée par le palmarès des plus grosses fortunes de France, que par la liste des pauvres qui sont visités régulièrement par la conférence Saint Vincent de Paul de notre paroisse.

Je tiens à dire que nous fêterons demain le 350ème anniversaire de la mort de Saint Vincent de Paul qui fonda les Lazaristes, pour venir en aide aux plus déshérités de son temps.

Son action, son œuvre a eu un rayonnement national exceptionnel ainsi qu’une vraie fécondité spirituelle à l’étranger. Nous devons prendre et l’Evangile d’aujourd’hui nous y invite exemple sur ce grand Landais pour qui l’amour du prochain n’est pas un vague sentiment humanitaire, mais un service concret, toujours fondé sur la parole du Christ :


« Ce que vous faîtes au plus petit d’entre vous c’est à moi que vous l’avez fait. »

Voyez-vous, frères et sœurs, c’est assez simple . Il n’y a pas besoin d’écrire un roman. Une phrase du christ qui lorsqu’elle est vécue peut être heureusement terriblement efficace.

Cette phrase motive toutes les personnes qui participent à la conférence st Vincent de Paul, cette phrase appelle à l’action.

Si des mots, des phrases, peuvent parfois tuer, cette phrase du Christ peut sauver des vies et donne une occasion toute simple de devenir responsable et solidaire de nos frères.

Je vous invite maintenant à vous regarder intérieurement, de faire une très courte introspection de notre condition. Nous avons de quoi manger, nous avons de quoi nous vêtir et même si pour certains d’entre nous ce n’est pas l’opulence, nous ne sommes pas comme Lazare ou comme tous ceux que je vois à Paris tous les jours. Le matin, ils font les poubelles ou dorment emballés dans des cartons et le soir ils font la queue pour une soupe chaude et un peu de pain à l’armée du salut ou aux restos du cœur, ils se font lécher par leur chien.

Les Lazare d’aujourd’hui sont bien présents et à moins de trois kilomètres. Le pont de Créteil, le bois de Vincennes. Les bénévoles de la conférence St Vincent de Paul peuvent vous en parler. Il n’y a pas besoin de faire des milliers de kilomètres pour faire de l’humanitaire de proximité.

Attention de ne pas tomber dans l’humanitaire exceptionnel, ce que j’appellerai de l’humanitaire de riche. Ne prétextons pas une cause humanitaire pour faire du tourisme humanitaire.

Pausons-nous honnêtement la question aujourd’hui dans cette église pourquoi le riche est-il condamné. Frères et sœurs le riche n’est pas condamné pour sa richesse, nous savons que Jésus aime pour se faire comprendre raconter des histoires simples.

Le riche est condamné pour sa pauvreté, sa pauvreté de cœur. Sa richesse le rend sourd et aveugle, il ne voit même pas Lazare. Il ne pense qu’à lui.

Pourtant quand le riche implore la pitié, qu’il n’a lui-même jamais eu, il me devient presque sympathique, il devient humain. En ne demandant pas à rejoindre Lazare mais simplement que l’on allège un instant sa peine, il fait preuve d’humilité et on entrevoit une première conversion. Une deuxième preuve de conversion, il ne pense plus qu’à lui il demande que l’on prévienne ses frères, pour que sur terre ils puissent prendre leur précaution pour ne pas connaître le même sort.

Abraham ne veut pas, car si Lazare était revenu sur terre, bien sur que les frères auraient changé de vie. Comme peut-être aujourd’hui certains d’entre nous le feraient devant cette certitude. Nous faisons du bien, nous irons au paradis. L’expression gagner son paradis m’a toujours beaucoup amusé.

Si faire le bien n’a d’autre motivation que la peur de la punition, si nous faisons le bien que pour éviter l’enfer, cela ne sert à rien.

Quand Abraham répond au riche que ses frères n’ont qu’à écouter Moïse et les prophètes, nous aussi nous ferions bien d’écouter ce que les écritures et la parole du Christ veulent nous dire et cela de façon journalière.

Peut-être frères et sœurs le plus important est de bien comprendre que Jésus à l’image de Lazare attend des miettes, mais des miettes de notre temps pour qu’il puisse nous parler et que l’on puisse l’écouter.

Arrêtons de faire les riches, les hyper-bookés, les débordés, prenons le temps de l’écouter.

Nous sommes les frères du riche, nous sommes le riche, nous sommes aussi Lazare et notre Père qui sonde les reins et les cœurs nous aime tels que nous sommes et nous invite à la conversion plein d’espérance et d’amour.

L’amour de nos frères, l’agapè en grec, l’amour désintéressé, voila frères et sœurs ce qui doit nous motiver, nous qui sommes là aujourd’hui désireux de suivre le Christ. Etre attentif à nos frères, prendre du temps pour les écouter, pour les réconforter, pour partager, pour leur dire ou faire comprendre lorsqu’ils sont au bout du bout : le Seigneur t’aime et tu as du prix à ses yeux.

Ne passons pas à côté de l’amour car là est la vrai richesse et rappelons nous que tout ce qui nous est donné, nous vient de Dieu.

Demandons à notre Père pendant quelques instants de silence de nous rappeler nos richesses mais aussi nos pauvretés. Que le seigneur à travers l’eucharistie que nous allons recevoir nous donne la force de la conversion.

Avant de communier nous disons une phrase très belle je vous invite aujourd’hui à y mettre tout votre cœur :

Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir mais dis une seule parole et je serai guéri.

Donnons à cette petite phrase, frères et sœurs, toute son immense dimension et que cet appel vers Dieu nous amène la guérison de notre cœur et nous mène à suivre l’exemple des bénévoles de Saint Vincent de Paul et peut-être à les rejoindre pour aller toujours plus loin dans la relation avec tous nos frères malades, tous les petits, tous les Lazard et cela dans l’amour du Christ.

AMEN

Légende de la première image :
Lazare et le mauvais riche, enluminure du Codex Aureus d’Echternach.

  • Panneau supérieur : Lazare devant la porte de la maison du mauvais riche.
  • Panneau médian : Lazare est emporté au Paradis par deux anges ; Lazare dans le sein d’Abraham.
  • Panneau inférieur : Le mauvais riche est conduit en enfer par deux anges ; il y est torturé.



Homélies antérieures



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

Rendez-vous

newsletter