Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Le-bapteme-du-Seigneur
      Le baptême du Seigneur

Le baptême du Seigneur


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 11 janvier 2011
  • 0 vote

Homélie du 9 janvier 2011,

Notre Dame du Rosaire.


Cette semaine, mercredi soir, j’ai eu la chance d’aller au cirque !

Il y avait des lions, des chevaux, des trapézistes et des clowns, comme dans tous les cirques… mais ce n’était pas un spectacle de cirque tout à fait comme les autres… C’était le 3ème gala Handi-Cirque ! Et sur la célèbre piste en sciure du cirque PINDER, il y avait des dompteurs et des comédiens qui avaient préparé leur numéro, toujours secondés par les gens du cirque… mais ces comédiens ils avaient aussi un handicap. Et il fallait voir leur fierté à dompter les chevaux, à nous faire rire, ou à vaincre leur trac, pour démontrer à tous les spectateurs attentifs que le handicap n’est pas une fatalité… Même si lors de leurs témoignages, ils nous ont bien dit aussi leurs difficultés de chaque jour, sans doute plus compliquées par leur handicap.

Nous étions une trentaine de notre petit groupe de Saint-Maur, mais aussi avec beaucoup d’amis serrés sur les gradins… applaudissant, encourageant, riant… Que de bons moments partagés… que de moments magiques lorsque l’on ne sait plus qui est vraiment le handicapé… Toi ou moi ?

Et c’est un peu comme cette rencontre étonnante entre Jean-Baptiste et son cousin Jésus. Depuis leur petite enfance Jean & Jésus se connaissaient bien. Et ils ont du en faire des parties et des blagues quand leurs parents se retrouvaient. Et Jean voyant arriver Jésus refuse d’abord de baptiser Jésus. Mais Jésus insiste et lui demande de recevoir ce baptême dans le Jourdain… baptême de purification.

Comme d’autres diacres ou prêtres, et probablement tous les diacres et tous les prêtres, je veux vous dire que baptiser est pour moi, pour nous, une des plus belles célébrations de notre ministère. Et l’on retrouve bien dans ces quelques lignes de l’Évangile de Matthieu qui nous raconte le baptême de Jésus, tous les signes – les rites – de notre propre baptême, du baptême de nos enfants…

Le signe de la Purification qui est bien le sens du baptême dans l’eau du Jourdain que Jean-Baptiste proposait à ceux qui venaient le rencontrer dans le désert de Judée. C’est le rite de la renonciation au mal qui précède chaque baptême

Le signe de la Parole de Jean qui annonce l’arrivée imminente du Sauveur. Rappelez-vous cette prophétie de Jean, que nous avons entendue avant Noël : « A travers le désert une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route ». Sur les oreilles du baptisé et sur sa bouche, je trace un signe de croix en disant : « Effétah, c’est à dire : ouvre-toi ! Le Seigneur Jésus a fait entendre les sourds et parler les muets ; qu’il te donne d’écouter sa Parole, et de proclamer la foi pour la louange et la gloire de Dieu le Père. »

Le signe de l’eau. Sans eau il n’y aurait pas de vie. L’eau nourrit la vie. C’est pourquoi l’eau est le symbole, le signe du baptême. Cette plongée dans l’eau du baptême nous fait passer de la mort à la vie, à la résurrection du Christ avec lui. Aujourd’hui, on baptise rarement par immersion… c’est sans doute dommage… mais allez assister à un baptême par immersion de nos amis baptistes dans la Marne, de l’autre coté du pont de Champigny un samedi matin… Là je peux vous dire qu’il faut vraiment avoir la foi, surtout qu’au mois de mars ou d’avril l’eau de la Marne n’est pas vraiment très chaude !

Immersion dans le Jourdain de nos jours

Le signe de la rencontre avec Dieu. Cette colombe qui descend sur Jésus a inspiré notre imaginaire et été largement reproduite par tous les artistes qui ont immortalisé cette scène du baptême de Jésus. Mais cette colombe est bien le signe du lien particulier qui existe entre Dieu et son fils Jésus : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j’ai mis tout mon amour. » Tout comme le signe du Saint-Chrême. Cette huile parfumée que le baptisé reçoit sur le front signifie combien Dieu l’a choisi pour le revêtir de sa plus grande dignité. Elle est le symbole de l’intimité qui existe entre Dieu et le nouveau baptisé.

Le signe de l’accueil. Car Jean n’était pas seul dans le désert. Les versets qui précèdent le passage du texte de l’Evangile d’aujourd’hui, nous disent toute la foule qui se pressait pour aller se faire baptiser par Jean… Et Jésus a bien été baptisé au milieu de cette foule innombrable du Peuple de Dieu. Nous avons dans notre paroisse de Notre-Dame du Rosaire l’habitude d’accueillir les nouveaux baptisés lors de la messe de 11h00. Cet accueil touche les parents des enfants baptisés et leurs familles. Et ils tiennent beaucoup à cet accueil que vous leur réservez.

Et puis, plus personnellement, j’ai été aussi très ému de découvrir un jour que mes deux grands-mères avaient signé ensemble le registre de notre paroisse, le jour de mon baptême, ici en cette église de Notre-Dame du Rosaire. Elles ont été, toutes les deux, témoins de mon baptême, en plus de mon parrain et de ma marraine. C’est pour moi le signe de cette foi que l’on se transmet comme un cadeau précieux de génération en génération… C’est cela la foi de l’Eglise qui irrigue notre foi personnelle, pour surmonter tous ces moments de doutes et de renoncement.

Car notre vie de baptisé « n’est pas un long fleuve tranquille ». Chacun d’entre nous, il faut bien le reconnaitre, nous avons tous nos moments de doute, tous nos moments d’obscurité… Comme ces petits chemins bretons où l’on passe de la pleine lumière aux sous-bois obscurs entre deux murets de pierre debout. Mais le plus important, c’est de faire confiance à cette foi reçue, à cette foi de l’Eglise qui va irriguer ma propre Foi.

Bien souvent notre foi reçue le jour de notre baptême est bien chancelante et il nous faut la consolider chaque jour.

Comme un jeune enfant qui apprend à parler, nous devons apprendre à nos enfants la langue de l’Amour de Dieu… sinon comment pourraient-ils l’apprendre ? C’est notre rôle à tous de prendre le temps de leur parler de cette langue de la tolérance, de la Paix, du pardon, du service, de l’accueil, de la solidarité, de la liberté, de la prière, cette langue de l’Amour de Dieu. Même si certains jours, ce n’est pas toujours facile, et nous le savons bien. Et puis c’est aussi les années du Caté, où l’on découvre plus en profondeur qui est Jésus.

Pour nous adultes, c’est aussi participer régulièrement à la messe du dimanche pour nourrir notre foi. Ce peut être aussi d’avoir envie de découvrir, d’avoir une réponse à des questions que nous nous posons depuis si longtemps, sans avoir osé en parler. Nous avons la chance d’avoir ici à Saint-Maur la proposition des soirées Alpha. Nous vous avons déjà présenté ces soirées débats, un mardi soir pendant 6 semaines… Une chance à ne pas laisser passer… cela commence cette semaine… Et en plus on vous invite à diner !...

Pouvoir vivre sa Foi, est une chance que n’ont plus beaucoup de croyants dans le Monde… Pensons à tous ceux qui meurent aujourd’hui, simplement parce qu’ils sont croyants !

Alain Smith
Diacre



Homélies antérieures



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter