Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Les-combats-du-Careme,1016
      Les combats du Carême

Les combats du Carême

Homélie du mercredi des cendres (22 février 2012)


Frères et soeurs, la prière d’ouverture de la messe de ce jour est à la fois très dense et apparemment décalée par rapport à notre mode de vie et nos pratiques en cours ici en France et plus largement dans le monde occidental. Réentendons-la une fois encore :

« Accorde-nous, Seigneur, de savoir commencer saintement, par une journée de jeûne, notre entraînement au combat spirituel : que nos privations nous rendent plus forts pour lutter contre l’esprit du mal. Par Jésus Christ... »

1- Avons-nous jeûné et de quoi aujourd’hui ? Pourquoi jeûner aujourd’hui, durant ce carême et le Vendredi Saint ? Qu’est-ce que ce combat spirituel aux allures sportives ou guerrières que certains épinglent dans d’autres religions ? Qu’est-ce que l’esprit du mal pour nous ? Croyons-nous qu’il est à l’œuvre dans notre monde et en nous-mêmes ou est-ce que cela nous paraît être un enfantillage dépassé ? Je pourrais multiplier les questions... que pose cette oraison de Carême.

Ces questions, je me les pose tout comme je n’ignore pas les autres questions que nous pouvons porter actuellement :
Pourquoi la précarité et la pauvreté croissante ?
Le rêve européen-t-il un avenir ?
La persécution des chrétiens s’accroît-elle dans le monde et risque-t-elle de nous atteindre ici ?
Les prochaines élections en France vont-elles être l’occasion de faire le point sur la société que nous voulons ? (Cf. l’ouvrage de Mgr André VINGT-TROIS : « Quelle société voulons-nous ?  » faisant suite à la Lettre du conseil permanent des évêques de France du 3 octobre 2011 : «  Elections : un vote pour quelle société ? »)
Ou encore, pourquoi la vie quotidienne des familles et les couples est-elle si compliquée en particulier dans notre région parisienne ?
Pourquoi la maladie frappe-t-elle si injustement endeuillant parfois sans égard des parents ou des amis ?

Bref, cette oraison est-elle si décalée que cela des préoccupations que je viens d’énumérer et que nous n’avons pas déposées à la porte de l’église en y entrant pour les reprendre tout à l’heure après avoir sacrifié à un rite que beaucoup de nos contemporains ignorent totalement !



2- L’entraînement dont il est question dans cette oraison me paraît à mettre en lien avec le combat spirituel auquel fait sans cesse référence Saint Paul dans ses écrits (Cf. 1 Corinthiens 9,24 ss.). Il utilise souvent l’image du combat sportif sans doute parce qu’il a entendu parler de la passion toute grecque pour les jeux et olympiades sportives fort prisés au 1er siècle dans ces contrées où l’amène sa passion d’évangélisateur !

Pourtant le carême qui s’ouvre devant nous n’est pas une compétition qui permettra au terme de classer les meilleurs d’entre nous dans la catégorie charitables, priants et jeûneurs !

Nous n’avons pas à nous ausculter ou à nous comparer sinon nous tomberions dans la critique extrêmement vive que Saint Matthieu porte contre ceux qu’il appelle les « hypocrites » (Cf. Matthieu 6,2.5.16) qui se donnent en spectacle, en se faisant remarquer des autres pour être en fin de compte célébrés comme des héros de la charité, de la prière ou du jeûne par leurs contemporains. On l’aura compris ceci est vraiment contraire à ce que Dieu attend de nous.

Alors à quoi bon mener un « combat spirituel » durant quarante jours comme un entraînement utile pour toute notre vie marquée par de nombreux autres combats à mener ? Sans doute d’abord parce que toute la Bible et notre tradition spirituelle le recommandent en référence au Seigneur Jésus lui-même.

Précisons encore que la pratique de l’aumône (le don charitable, solidaire, comme nous disons aujourd’hui) de la prière ou du jeûne constituent dans l’expérience religieuse d’Israël comme autant d’efforts réputés bons pour s’approcher de Dieu et de son prochain. Ces pratiques sont comprises comme des efforts de la personne humaine qui veut s’ajuster à Dieu, d’où l’expression : « Si vous voulez vivre comme des justes... » (Cf. Matthieu 6,1). Ces pratiques sont bien religieuses : l’aumône n’est donc pas un simple acte de solidarité du type « charity business » pas plus que le jeûne n’est une cure de désintoxication visant à purifier notre corps.

Mais, on pourrait aussi dire que la prière n’a pas pour but de nous éloigner du prochain pour nous réfugier en Dieu. La « religion juste » dont il est question ici est une totalité : aumône pour nous rendre proche de l’autre qui a besoin de notre aide ; prière pour nous approcher du Dieu intime et Père comme nous le révèle Jésus ; jeûne pour nous retrouver en nous désencombrant de ce qui nous asservit puisque nous sommes si souvent déjà comblés et même saturés.

Vous le sentez bien, frères et sœurs, le carême nous entraîne pour gagner en vérité, pour nous resituer face à Dieu et face à notre prochain, pour nous libérer du superflu qui a tellement tendance à s’imposer comme soi-disant nécessaire, pratique, moderne ! Chacun d’entre nous pourra sans doute après avoir reçu le signe des cendres méditer sur l’aumône qu’il pourrait pratiquer, la prière qu’il pourrait consentir, le jeûne qu’il pourrait décider durant ce carême.

Les cendres sont un signe de pénitence et de deuil dans la tradition juive : pour faire pénitence, il faut discerner ce qui nous abîme, ce qui nous encombre, ce qui ne nous établit pas dans la paix et l’amour du prochain. La cendre et le jeûne si souvent liés aux rites de deuil dans l’expérience religieuse d’Israël se retrouvent aussi dans le grand rite de pénitence communautaire du Jour des expiations (que nous connaissons sous son appellation hébraïque : Yom Kippour).

Notre célébration d’aujourd’hui est certainement à mettre en lien avec cette fête juive : pénitence et mortifications sont au service de notre conversion, c’est-à-dire de notre retournement vers le Seigneur avec toute l’Eglise qui se prépare à célébrer Pâques le 7 avril au soir et le 8 au matin. Oui, couchons-nous sur la cendre ce soir mais pour mieux nous entraîner à servir Dieu et notre prochain comme des ressuscités que nous sommes déjà, c’est-à-dire des hommes et des femmes debout !



3- J’aimerais maintenant attirer votre attention sur trois rendez-vous qui nous sont proposés par l’Equipe pastorale du secteur de Saint-Maur et par l’équipe d’animation paroissiale de Notre-Dame du Rosaire durant ce Carême comme autant de moments à vivre entre frères pour nous encourager, nous porter les uns les autres et grandir dans la foi au Christ.

1. Il s’agit tout d’abord de la distribution du journal l’1visible dont je vous ai parlé plusieurs fois et que nous avons distribué largement lors de nos assemblées de Noël. Nous avons affiné le projet avec l’Equipe d’animation paroissiale et un groupe de personnes désireuses de s’impliquer dans la distribution de ce journal d’information chrétienne gratuit.

Je vous annonce que quatre équipes se sont constituées et attendent que vous les rejoigniez pour aller à la rencontre des saint-mauriens partant à leur travail en empruntant l’une des quatre gares RER de notre ville le jeudi 15 mars prochain entre 7 heures et 8 heures 30. Cette action d’évangélisation va nous compromettre puisque nous essuierons peut-être des refus. Elle va nous permettre aussi d’entrer en dialogue avec des personnes qui résident ici et qui ont le droit d’entendre parler du Christ, de l’Eglise et de ce que vivent les chrétiens.

Voilà un bel entraînement à mettre en place pour une action limitée qui fera l’objet d’une relecture ensuite. Rosaire Info vous précisera prochainement les contacts à prendre pour faire partie d’une équipe.

2. Le secteur pastoral de Saint-Maur vous propose le mardi 27 mars au soir une soirée d’information et de partage avec ceux qui sont engagés ici dans des actions caritatives et solidaires. Cette rencontre nous permettra certainement de découvrir ceux qui s’engagent ; peut-être de rejoindre leur association ou leur groupe existant à Saint-Maur.

Nous prendrons aussi le temps de partager avec des personnes bénéficiant d’une aide ou d’un soutien dans le cadre de ces associations. Nous continuerons ainsi de faire place à la dynamique « Diaconia – Servons la fraternité » qui vous a été présentée notamment dans l’éditorial de Rosaire info du mois de février.

Nous cherchons, à travers cette initiative, à mettre au coeur de la vie de notre Eglise la charité qui se donne de la peine et la charité qui est amour mutuel. Soyons attentifs à ce qui se vit dans nos quartiers comme entraide et comme partage fraternel au travers de ces associations.

3. Notre paroisse sera invitée enfin le samedi 24 mars à la journée du pardon : belle journée pour prendre le temps de nous jeter dans les bras de Dieu notre Père qui est miséricordieux. Temps personnel et aussi événement paroissial puisque jeunes et adultes sont conviés à déposer leurs fardeaux aux pieds du Seigneur en vivant le sacrement de pénitence et de réconciliation. De notre assemblée de ce jour jusqu’au 24 mars, c’est bien la même démarche pénitentielle et confiante qui nous est donc proposée.

Mais, pour l’heure entrons sereinement et joyeusement - cette joie profonde dont nous a parlé le Seigneur Jésus - dans ce temps de célébration des cendres :

« Regarde, tes actes et ta vie pourraient ne te sembler être que des cendres insignifiantes : feu consumé dont il ne reste que ce rien. Que n’es-tu chaud ou froid toi qui chosisis si souvent la tiédeur des cendres... Accueille donc ce temps de carême non comme une accusation que Dieu ton Seigneur porterait contre toi, mais bien comme le souffle de son Esprit Saint faisant renaître en toi le feu qui couve sous les cendres. »

Entrons donc dans ce dynamisme que le Seigneur seul sait mettre à l’oeuvre en nos vies puisqu’Il nous aime et nous le redit aujourd’hui encore !

Père Stéphane AULARD



Vous pourrez trouver des réponses aux questions que vous vous posez à propos du Carême sur les sites :
http://www.eglise.catholique.fr/foi...
http://qe.catholique.org/le-careme/...,
www.portstnicolas.org

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Homélies antérieures



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter