Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Ne-resistons-pas-a-Sa-misericorde
      Ne résistons pas à Sa miséricorde

Ne résistons pas à Sa miséricorde


HOMELIE POUR LA COMMEMORATION DES DEFUNTS
(2 NOVEMBRE 2013)

1-Au lendemain de la fête de la Toussaint, nous nous sommes réunis pour faire mémoire de nos défunts : c’est en vérité un beau « devoir de mémoire », comme l’on dit aujourd’hui, de garder présent à notre cœur et notre mémoire le souvenir de nos parents, de nos proches, mais aussi de nos maîtres, éducateurs, voisins, collègues, amis, prêtres ou religieuses qui ont compté pour nous.

Ils nous ont appris le sens de la vie ; ils nous ont éduqués, c’est-à-dire, selon l’étymologie de ce mot « conduits ». Ils sont désormais « défunts » : ce qui signifie, qu’ils ont accompli leur vie. Nous ne les oublions pas comme nous n’oublions pas les grandes et belles figures de sainteté que l’Eglise nous montre en exemple.

Bref, qu’il s’agisse des défunts ou des saints, c’est bien de la « communion des saints » dont il s’agit. Autrement dit de cet article de foi du Credo des chrétiens selon lequel un lien mystérieux unit les fidèles sur la terre, les fidèles dont les âmes sont en train d’être purifiées et les fidèles déjà parvenus dans le sein de Dieu.

Je ne vous dresse pas ici une cartographie de l’Eglise sur terre, du purgatoire et du paradis, car vous l’avez compris, il s’agit de bien plus que d’une géographie spirituelle, mais bien de la destinée de notre vie à chacun, de notre vie humaine, de notre vie liée à notre Créateur et à notre Sauveur.

Tout cela est sérieux sans être grave ou triste puisqu’il s’agit du sens de notre vie : son orientation profonde comme sa signification ultime.

2 - Vous avouerez que nous pouvons consacrer une journée à cette méditation par an. Nous pouvons aussi faire davantage : prier pour nos défunts ; prier avec nos défunts dans cette heureuse communion des saints.

Notre prière aimante est un acte d’amour envers ceux qui sont morts et puisqu’il s’agit de la prière c’est aussi nécessairement un acte d’amour envers le Seigneur : chaque prière simple, chaque messe, nous fait progresser dans l’espérance dont saint Pierre parle dans son épître : «  Béni soit Dieu… Il nous a fait renaître grâce à la résurrection de Jésus Christ pour une vivante espérance… » C’est qu’en effet, la résurrection du Christ ouvre les portes de l’espérance, inscrit cette vertu théologale en nous.

L’espérance nous fait lever les yeux vers le ciel, vers l’au-delà de nous-mêmes, vers le plus grand que nous-même qui n’est pas pour autant un sommet inaccessible, mais bien l’horizon et la fin ultimes de nos existences. Oui, l’espérance est notre héritage sur cette terre déjà transfigurée par la Résurrection du Seigneur Jésus : nous y croyons et elle devient un puissant moteur pour la vie que nous avons à mener de générations en générations.

Plus simplement après l’épreuve du deuil. Il ne s’agit pas de renoncer à la vie : il s’agit d’entrer toujours plus avant dans la vie éternelle qui n’est pas seulement la vie au-delà de cette terre, mais bien la vie en Jésus Christ ressuscité devenu mon compagnon de route, mon meilleur ami, mon maître qui m’apprend ce que vivre et aimer veulent dire.

J’ai toujours en mémoire ces paroles de Jésus Christ dans l’Evangile de Jean : «  La vie éternelle, c’est de Te connaître, Toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que Tu as envoyé, Jésus Christ. » (Jean 17,3) Quand Jésus prononça-t-Il ces superbes paroles ? Juste avant son arrestation et sa Passion… Et il s’agit de sa prière d’offrande à son Père. N’hésitons pas à prier Dieu notre Père avec foi pour gagner en espérance !

3-Le passage d’Évangile que j’ai choisi de vous faire entendre est emprunté à l’Évangile selon Saint Matthieu (chapitre 11). Pourquoi ? Pour deux raisons :

  • Le Seigneur Jésus nous invite à entrer dans la simplicité des tout-petits, c’est-à-dire des enfants. Nous sommes les enfants de Dieu et nous sommes souvent fort compliqués. Devant la grandeur de Dieu, on ne peut que plier le genou certes, mais il me semble que le Seigneur veut surtout nous manifester sa grande miséricorde, son cœur aimant grand ouvert et sa toute-puissance d’aimer. Nous résistons à cela et c’est sans doute pour cette raison que nous prenons parfois des chemins de traverse, nous éloignons de Lui, divaguons comme des brebis perdues. Dans cette eucharistie, redevenons des enfants de Dieu au cœur de pauvre, au cœur de simple (cf. Mt 5,3).
  • Autre raison : le deuil, la perte d’un être cher, surtout lorsque cela est inattendu nous épuisent et semblent nous vider de toute vitalité : le Seigneur veut nous consoler et nous recharger. Le repos auquel Il nous invite est bienfaisant. Il s’apparente à une de ces cures dont nous sommes parfois friands : laissons-nous remodeler par Lui comme dans ce magnifique duo de la statuaire de la cathédrale de Chartres où l’on voit un jeune homme reposer sur les genoux de Celui que l’on devine être le Seigneur : ils se ressemblent dans une éternelle et sereine jeunesse. Nous sommes la promesse de Dieu : nous venons de Lui et allons vers Lui. Notre vie est un long compagnonnage pour entrer dans cette ressemblance du Père amoureux de l’homme, du Fils médecin de l’homme et de l’Esprit Saint intime souffle de l’homme. Entrons dès maintenant dans le repos de Dieu : son amitié, sa douceur, sa miséricorde, sa présence, sa sérénité : sa paix. Confions aussi nos défunts à ce repos : «  requiem aeternam dona eis Domine  ! »

Amen.

Père Stéphane AULARD

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Homélies 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

Rendez-vous

newsletter