Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Nouvel-article
      Homélie pour les obsèques de MONSIEUR JEAN-LOUIS BEAUMONT

Homélie pour les obsèques de MONSIEUR JEAN-LOUIS BEAUMONT


1- Nous sommes réunis aujourd’hui dans cette église Notre-Dame du Rosaire bien connue de M. Beaumont pour présenter sa vie au Seigneur. Les témoignages de ses trois enfants et neuf petits-enfants entendus au début de notre célébration sont éloquents car ils évoquent l’homme public qu’il fut : entreprenant et doué. Son œuvre fut remarquable en bien des domaines et la présence de chacun de vous ici cet après-midi est un signe amical pour sa famille et rappelle le travail qu’il accomplit au plan médical, universitaire et politique bien sûr.

Je pense que M. Beaumont, c’était d’abord pour les saint-mauriens, Monsieur le Maire. Le mot « maire » (je crois qu’il y a beaucoup de maires présents ici aujourd’hui à commencer par le maire actuel de Saint-Maur, M Plagnol) est un mot qui ne manque pas de panache. Comme beaucoup de substantifs de notre langue, il a été ciselé au 12ème siècle. Il vient de « magnus » en latin et de son comparatif « major »… « Plus grand que » en français. Il est vrai qu’un maire est comme on le dit « le premier magistrat de sa ville ». Sa grandeur, son autorité tiennent à sa fonction reconnue de tous et dont on attend toujours beaucoup.

Je n’oublie pas que chez les chrétiens, la grandeur – à laquelle nous aspirons tous plus ou moins confusément- selon notre Maître et Seigneur, Jésus Christ repose sur l’esprit de service et doit normalement se développer dans un amour conçu comme le don de soi :
« Celui qui veut devenir grand sera le serviteur de tous… » (cf. Marc 10,44-45)
« Pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime… » (cf. Jean 15,13).

M. Beaumont a servi et voulu bien servir sa ville de Saint-Maur durant 31 années et aussi notre département du Val de Marne autour de son université et de la faculté de médecine sans oublier le monde hospitalier. Nous ne pouvons l’oublier et je vous propose que notre célébration se fasse action de grâce, remerciement pour ce dynamisme et le travail accompli qui, selon notre foi, participent à l’œuvre de création continuée que Dieu nous a assignée comme tâche essentielle à sa suite.

2- Nous avons entendu plusieurs passages bibliques à l’instant que Madame Beaumont et sa famille ont choisi de nous faire entendre.

Un extrait de la première lettre aux Corinthiens (1 Co 12,31-13,7) : passage fameux que l’on entend souvent dans la liturgie catholique lors des mariages. Au centre l’amour comme une urgence, comme une responsabilité et non pas d’abord comme un affect ou un élan plus ou moins romantique et vite anéanti. Vous entendez ce refrain : « S’il me manque l’amour…, cela ne sert à rien…, je ne suis rien… » Vous connaissez peut-être ce propos de Saint Jean de la Croix, mystique du 16ème siècle qui, dans ses poèmes d’ombre et de lumière, a cette parole qu’il faudrait citer en espagnol : « Au soir de notre vie, nous serons jugés sur l’amour. » Tout est dit ici du jugement de Dieu, de sa prévenance paternelle, de son désir profond : que nous vivions d’amour remettant sans cesse notre métier sur l’ouvrage dans une grande geste créatrice. Saint Paul n’hésite pas à qualifier cet amour patience, don de soi, livré.

Dans le parcours humain de M. Beaumont, comme époux et père comme dans toutes ses activités déjà évoquées, je vous invite à retenir ce qui vous a paru relever de cet amour-service. Nous allons célébrer l’eucharistie qui est union au Christ amour. Nous allons mettre sur l’orbite de la rédemption déjà accomplie par le Christ la vie de l’un d’entre nous et certains d’entre nous vont même communier au grand œuvre de Dieu qui le premier nous aima et aujourd’hui nous le redit pour nourrir notre vie et notre destin commun de son être.

Nous avons entendu un passage d’Evangile célèbre entre tous : les béatitudes (Matthieu 5,1-12). Bien des penseurs, hommes politiques, artistes et sans doute maires ont souvent dit que c’était là leur passage d’Evangile préféré… C’était le passage préféré de M Beaumont. Sans doute parce qu’il parle de « bonheur ». Nous y aspirons tous et ici à Saint-Maur la vie le long des bords de Marne quand on a le temps de s’y promener peut paraître douce, sereine et en tous les cas rejoint notre aspiration au bonheur comme une tranquillité.

L’Evangile qui est bonne nouvelle le sait, mais nous invite toujours à faire un pas de plus : tu veux être heureux, eh bien moi Jésus Christ je te propose la pauvreté et la pureté de cœur qui ne sont pas ce que tu crois : un « moins être », mais au contraire une opération à cœur ouvert… Je n’oublie pas que M Beaumont fut cardiologue. Ce cœur ouvert, c’est le cœur à cœur avec Dieu dans l’intimité de la conscience et dans le recueillement secret. La pauvreté de cœur pour les personnes intelligentes et en vue, c’est la capacité de rester ouvert aux plus petits pour les aider à grandir. La pauvreté de cœur, c’est le choix de soutenir parfois des causes à rebours de l’esprit du temps. M Beaumont s’était engagé au moment du grand débat sur l’interruption volontaire de grossesse et sa foi en l’homme et en Dieu l’avait bien sûr inspiré. Nous en avions parlé ensemble.

3- Monsieur Beaumont, aujourd’hui, et c’est par là que je veux maintenant conclure mon propos : laissez-vous conduire par le Seigneur Bon Berger. Contemplez son regard lumineux et plein de tendresse. N’ayez pas peur de son jugement purificateur. Et nous qui sommes ici dans la diversité des fonctions, des états de vie, des origines, des religions et courants de pensée, voulez-vous, comme me le disait Madame Beaumont que notre communauté se sente concernée, en ce sens qu’elle mette de côté ses oppositions parfois légitimes pour ne chercher qu’à renouveler son désir de vivre ensemble dans le respect et la tolérance qui sont des valeurs républicaines, mais pourquoi pas aussi dans l’amour de charité qui nous porte à nous dépasser pour nous accueillir fraternellement grâce à Dieu.

Amen.

Père Stéphane AULARD

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Homélies 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter