Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
http://lerosairesaintmaur.org/Ordination-Diaconale-de-Didier,1027
      Ordination Diaconale de Didier Vincens : homélie de Mgr Michel (...)

Ordination Diaconale de Didier Vincens : homélie de Mgr Michel Santier

  • p1200728 - (mp3 - 1.2 Mo) Télécharger

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 15 mai 2011
  • réagir
  • 0 vote

Dimanche 7 Mai 2011
Notre Dame du Rosaire – Saint Maur des fossés
Ordination Diaconale de Didier Vincens
HOMELIE de Monseigneur Michel SANTIER


« Marcher selon la vérité du Seigneur qui s’est fait le serviteur de tous ».

Cette phrase de Saint Polycarpe, reprise par le Concile Vatican II, Didier, est citée en dessous du faire-part de votre ordination, dessinée par Agnès.

MP3Marcher ensemble comme les disciples d’Emmaüs, marcher en couple et en famille avec les enfants et des amis, vous le vivez chaque été sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle.

Dans une lettre, Didier me précise ce texte, et me parle d’Agnès,
« ma compagne de route, dont l’amour m’a fait découvrir l’amour de Dieu ».

Lorsque Jésus ressuscité rejoint les disciples d’Emmaüs, il ne commence pas directement par parler longuement ; il les écoute, et leur demande :

« De quoi parliez-vous donc en chemin ? »

Il s’intéresse à eux d’abord, à ce qu’ils vivent. Il met ses pas dans leurs pas, comme il est venu dans l’Incarnation partager notre condition d’homme et nos routes humaines. Celui qui est le Verbe, la Parole faite chair, se met d’abord à l’écoute de ses disciples, il les rejoint sur leur route.

C’est cette même expérience que Didier vit :
« Le Christ m’a rejoint, me rejoint, dans ma vie d’homme, de père, de salarié, de chrétien, de citoyen ».

Les disciples sont encore marqués par les évènements de la Passion et la mort de Jésus. Ils n’en saisissent pas le sens ; ils sont tristes et découragés ; ils retournent chez eux, l’aventure est finie, ils sont incapables d’ouvrir les yeux et de reconnaître celui qui marche à leurs côtés.

Jésus va ouvrir leur cœur à l’intelligence des Ecritures, commençant par la Loi de Moïse et des prophètes ; il leur explique ce qui le concernait.

Cette ouverture à l’intelligence des Ecritures, pour Didier et Agnès, s’est effectuée à travers les formations au Centre Sèvres et les 5 années de formation interdiocésaine au diaconat à Orsay.

« Les quatre années de formation - selon Didier - ont été vécues comme en pèlerinage, avec des étapes, des carrefours, des compagnons de marche, des doutes sur l’itinéraire, des cols à passer, des découvertes, des croix qui jalonnent le chemin, mais aussi des grâces, ou plutôt, une somme de grâces. »

Toute vie chrétienne, tout ministère, est une expérience pascale, une union avec Jésus dans sa mort et sa résurrection.

Mais les disciples ont dû vivre un passage. Ils ont demandé à Jésus de rester avec eux, comme on demande à des amis avec qui on se sent bien, de prolonger la soirée.

En fait, Jésus leur a donné le signe, le sacrement de sa présence permanente avec nous : l’Eucharistie.

Elle est le lieu où vos yeux, comme ceux des disciples, s’ouvrent sur la rencontre vivante avec Jésus Ressuscité. Elle est aussi l’école de la Charité, du service, car dans la fraction du pain, Jésus ne donne pas seulement une part de lui-même, il se donne à nous tout entier, pour que, à notre tour, nous fassions de notre vie un don, pour nos frères.

Si le prêtre préside à l’Eucharistie, le diacre y tient la place de Jésus serviteur, car comme il l’a dit à ses disciples : « je suis au milieu de vous comme celui qui sert ».

Par le don de l’Esprit-Saint, à travers le rite de l’imposition des mains, Didier va être configuré à Jésus serviteur, pour révéler à ceux qui sont découragés, aux plus pauvres, comme à ceux qui portent le poids des responsabilités, et à tout homme, la présence de Jésus Ressuscité, qui marche à leurs côtés sur les routes.

Ayant reconnu Jésus à la fraction du pain, ils n’ont plus besoin de le voir ; Il est là pour toujours avec eux. Ils retournent à Jérusalem et partagent avec les Apôtres, avec la Communauté Eglise, la Bonne Nouvelle, comment ils l’ont reconnu.

Le Ressuscité, lorsqu’il se manifeste au cœur de nos vies, lorsqu’il nous appelle, nous envoie en mission.

L’ordination diaconale est à la fois pour Didier et pour nous, une rencontre, une expérience de Dieu en Jésus Ressuscité et un envoi en mission.

Cette mission de service évangélique de l’humain, Didier, avec son épouse Agnès, la vivra au service des familles.

Lorsque des jeunes me posent la question :
« Croyez-vous pour nous qu’un amour durable soit possible ? »,
nous sommes bien en face d’un des besoins les plus fondamentaux de la société : soutenir et encourager les familles pour qu’elles vivent leur vocation.

La famille demeure la cellule de base de la société dans laquelle les enfants, et les jeunes peuvent se construire, elle est le premier lieu de l’expérience de l’amour de Dieu pour les enfants à travers l’amour de leurs parents, comme l’exprime Didier :
« C’est au sein de la vocation au mariage que l’Eglise est venue m’interpeller à me mettre en route vers le diaconat. Mon rôle restera d’aider Agnès et les enfants à se réaliser et s’épanouir ».

Mais en tant que diacre, avec Agnès, il ne donnera pas seulement un témoignage personnel mais un témoignage d’Eglise.

Au cœur des jeunes, comme de jeunes adultes, nous percevons aujourd’hui, au milieu d’une indifférence religieuse, de grandes attentes spirituelles, des besoins de formations, d’approfondissement de la Parole de Dieu.

Vous serez des aînés dans la foi, envers tous ceux qui cherchent à donner un sens à leur vie, ceux qui sont des recommençants dans l’aventure de la foi.

Vous prendrez des initiatives de première annonce de la foi, de chemin de prière, de relecture de leur vie à la lumière des Evangiles.

C’est volontairement que je parle au pluriel car vous avez un charisme de communion et de joie lorsque vous animez ensemble des rencontres, et cela porte du fruit dans la vie de ceux qui y participent.

L’engagement personnel, le don de l’ordination et la mission qui va recevoir Didier, ne font pas de lui quelqu’un qui monopoliserait le service. Il nous rappellera à tous que Jésus se tient au milieu de nous comme celui qui sert.

Le chemin du service fait partie intégrante de l’expérience humaine et chrétienne, et nous voyons aujourd’hui que ce chemin est source d’épanouissement de bonheur.

Empruntons tous ce même chemin avec Didier et Agnès, et leurs enfants.


+ Michel SANTIER
Evêque de Créteil



Les photos (ou extraits de photo) sont de Claude Billon. Vous pouvez voir toutes les photos sur le répertoire créé pour cette occasion

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Homélies antérieures



- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

newsletter