Paroisse Notre-Dame du Rosaire, Saint-Maur des Fossés
https://lerosairesaintmaur.org/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=68

Adultes



Le label "Eglise verte"

 

2 septembre 2019

À la suite de l’encyclique Laudato si’ du pape François (juin 2015), « pour la sauvegarde de la maison commune » (l’encyclique sur le site du Vatican), et à l’occasion des 10 ans du temps pour la création, les Églises chrétiennes en France ont développé un label écologique pour les paroisses et les églises locales, à l’image des labels déjà existants dans plusieurs autres pays. Ce label est porté par la Conférence des évêques de France, la Fédération protestante de France et l’assemblée des évêques orthodoxes de France.

Nous entendons très souvent parler des problèmes environnementaux (réchauffement climatique, développement durable, transition écologique…), mais avons-nous pris conscience que cela concerne en premier lieu la foi chrétienne ? Dans son encyclique, le pape François rappelle la sagesse des écrits bibliques : « Yahweh Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et le garder » (Gn 2, 15). Le pape nous appelle vivement à réagir quand il dit : « J’adresse une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète. » (LS14) ; « la terre notre maison commune, semble se transformer toujours d’avantage en un immense dépotoir » (LS21).

À la paroisse Notre-Dame-du-Rosaire, conscients de notre vocation de gardiens de la Création, nous avons décidé de lancer une démarche Église verte et avons constitué une équipe de six personnes pour la mettre en œuvre. À partir de l’écodiagnostic proposé par l’équipe nationale Église verte, nous avons sélectionné plusieurs actions concrètes. Alors, si vous souhaitez participer avec nous à la sauvegarde de la maison commune à Notre-Dame-du-Rosaire, venez nous rejoindre.








Bibliographie sur le sujet

Calculez votre empreinte écologique :

L’équipe est en mesure de fournir à ceux qui lui en font la demande, une liste d’acteurs locaux engagés dans l’économie solidaire.



 


Regards de l’Église sur l’Europe

 

23 mai 2019

Que dit l’Église catholique sur l’Europe ? A l’approche des élections européennes, voici les déclarations de l’Église catholique et des conférences épiscopales européennes sur certains thèmes communs : les migrants, l’économie, la défense, la construction européenne, l’aide au développement. Pour les connaître, cliquez ici

Documents épiscopat : Quelle Europe voulons-nous pour demain ? Cliquez ici

Ce que dit la COMECE ( Commission des Episcopats de la Communauté européenne) sur l’Europe : cliquez ici

Élections européennes 2019

Du 23 au 26 mai 2019 , les citoyens de toute l’Europe élisent leurs représentants au Parlement européen. Des députés dont la tâche sera de bâtir, ces 5 prochaines années, les textes de lois appliqués par les Etats de l’Union européenne. En France, le vote aura lieu le dimanche 26 mai. Quels seront les enjeux de ce scrutin pour l’Europe ? Comment l’Eglise catholique souhaite-t-elle y prendre part ? Cliquez ici



 


Film "Dieu n’est pas mort"

 

30 août 2019

Mardi 18 juin 2019 à 20h30, à la Maison paroissiale de ND du Rosaire (11 avenue Joffre, Saint Maur), l’AFC de Saint-Maur projettera le film "Dieu n’est pas mort" d’Harold Cronk. Entrée libre.

Une séance de questions-débat animé par le Père Jérôme Gavois suivra.

Synopsis et détails :
Le professeur de philosophie Radisson, citant de nombreux grands auteurs, demande à ses étudiants d’attester par écrit que Dieu est mort. L’un d’entre eux, Josh, s’y refuse. Son professeur le met alors au défi de prouver le contraire à lui et à ses camarades. Un défi qui ne sera pas sans conséquences…



 


Attaques au Sri Lanka

 

2 mai 2019

Nous sommes horrifiés. Ce dimanche de Pâques, trois églises et quatre hôtels ont été la cible d’attaques terroristes. Une tragédie qui a fait 253 morts et des centaines de blessés. Depuis la fin de la guerre civile en 2009, qui avait ravagé le pays pendant plus de 25 ans et fait 70 000 morts et le 140 000 disparus, le Sri Lanka n’avait pas connu d’attaque de cette ampleur.

"Tout le pays est en état de choc, surpris par cette attaque brutale contre des innocents. C’est quelque chose qui ne peut se comprendre ou s’expliquer. C’est de la violence à l’état pur. C’est une tragédie", nous a confié Mgr Devsritha Valence Mendis, évêque de Chilaw, à l’ouest du pays. Pour lui, les auteurs des attentats ont voulu atteindre le plus grand nombre possible de personnes. Remplies de fidèles célébrant la Résurrection, ont été visées :

  • l’église Saint Antoine de Kochchikade, à Colombo,
  • l’église Saint Sébastien de Negombo, dans la banlieue de la capitale,
  • l’église de Sion à Batticaloa, à l’est du pays

Dans une atmosphère de grande douleur et de chagrin, ont eu lieu la semaine dernière les funérailles. Parents et amis pleuraient la perte soudaine de leurs proches. Le cardinal Ranjith, archevêque de Colombo, leur a livré un message de consolation, tout en invitant à écarter l’idée de représailles violentes.

L’évêque de Chilaw qualifie ces attentats de « crime contre l’humanité » : il tient à exprimer en ce moment si difficile la proximité des chrétiens de son pays avec tous ceux qui, « partout dans le monde, souffrent pour l’amour de la foi », insistant sur la nécessité de « faire face à cette situation avec foi et courage ».

Au Sri Lanka, un pays majoritairement bouddhiste, le christianisme est une religion minoritaire représentant à peine 9% de la population du pays, mais, dans un pays marqué par un long conflit entre Cinghalais bouddhistes et Tamouls hindous, les chrétiens, présents dans les deux ethnies, constituent un pont entre communautés.

En réponse à ces attentats, nous vous invitons à vous unir dans la prière pour les victimes et à témoigner de votre soutien aux chrétiens du Sri Lanka, artisans de paix dans leur pays et pourtant si durement attaqués, où l’Église s’efforce de manière intensive d’empêcher que la douleur n’engendre une spirale de la violence. C’est l’objectif en faveur duquel s’engagent nos partenaires de projets.

Tiphaine Bienvenue
Responsable développement de l’AED

"Merci beaucoup pour votre solidarité avec nous en ce moment de grande tristesse. Les catholiques et les hommes de bonne volonté de notre nation sont en deuil au plus profond de leur cœur. C’est vraiment une situation incroyable.Vos prières sont très appréciées par la communauté catholique en ce moment de chagrin et de peine immense. Que Dieu vous bénisse."
Mgr Harold Anthony Perera, évêque de Kurunegala, Sri Lanka



 


Nous sommes dans les derniers temps de la...

 

30 août 2019

Nous sommes dans les derniers temps de la déclaration de nos impôts sur le revenu.

Si vous êtes imposable au titre de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), la fiscalité vous offre la possibilité d’affecter une partie de votre impôt à une cause qui vous tient à cœur. Vous pouvez par exemple faire un don à l’église. Pour plus de renseignements, un flyer est disponible à la sortie de l’église.



 


« Grandir dans la vérité, grandir dans l’espérance »

 

18 mars 2019

Message du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France

Chers frères et sœurs baptisés, fidèles de l’Église catholique présente en France,

Réunis comme tous les mois, évêques membres du Conseil permanent, nous souhaitons vous adresser un message au début de ce temps de carême qui est un temps de conversion. Le jour du mercredi des Cendres, en nous marquant le célébrant nous a dit : « Convertis-toi et crois à l’Évangile. »

Nous sommes, ensemble, très affectés et troublés par les révélations faites au sujet des actes parfois criminels commis par des ministres ordonnés ou des consacrés sur des mineurs ou même des adultes dans l’Église universelle et chez nous aussi. Ces comportements immoraux nous scandalisent et atteignent notre confiance dans l’Église, dans ceux et celles qui pourtant ont consacré leur vie à Dieu. Des personnes victimes, souvent membres de nos communautés, ont révélé ce qu’elles ont subi et leur profonde blessure qu’elle soit psychologique, spirituelle ou corporelle. Nous les remercions d’avoir osé parler. Grâce à leur témoignage, une profonde prise de conscience s’est réalisée. Une grande opération-vérité s’est ouverte. Dans notre foi, la parole du Christ « La vérité vous rendra libres » (Jn 8,32) est à l’œuvre. C’est douloureux car le mal est profond. Avec le Pape François, nous disons qu’il s’agit d’abus de pouvoir, de conscience et d’abus sexuels.

Nous savions que l’Église est sainte de la sainteté de Dieu, mais qu’en elle se trouvent aussi des hommes et des femmes pécheurs, appelés pourtant par Dieu à être cette communauté qui, dans le temps de l’histoire, porte l’espérance des hommes et rend témoignage à sa bonté. Il est à l’origine de toute vie et par son Fils Jésus Il nous sauve du mensonge de nos vies et nous libère du poids du péché, de celui de la violence faite aux autres. Nous avons confiance en Lui et en son Église.

La fête de l’appel des catéchumènes, ce premier dimanche de carême, nous a fait vivre la fécondité de l’Église. Elle a accompagné l’œuvre de l’Esprit dans le cœur d’hommes et de femmes qui ont reconnu sa présence et se sont tournés vers elle pour être accompagnés dans leur expérience nouvelle. Les communautés chrétiennes les ont accueillis et guidés. De nombreux prêtres, des diacres, des consacrés, des fidèles laïcs leur ont donné le meilleur d’eux-mêmes, c’est-à-dire la Parole de Dieu, le témoignage sur Jésus, la vie en communauté, le souci des petits et des pauvres et encore la manière de trouver Dieu dans la prière du cœur et dans l’assemblée chrétienne !

Le message de Pâques déjà nous éclaire : « Ne craignez pas, c’est moi. La Paix soit avec vous ! ». Nous ne sommes pas abandonnés, nous sommes purifiés. Nous sommes remis devant notre vocation de baptisés !

Poursuivons notre mission de porteurs d’espérance. Nous allons continuer notre effort de conversion dans les domaines où certains ont péché. Nous allons poursuivre notre écoute des personnes victimes et travailler avec elles. Nous aurons besoin de chacun pour être des acteurs de vérité, pour apporter ses compétences pour rendre notre Église plus sainte dans la vie de tous ses membres et dans sa manière de vivre.

Oui, chers Frères et Sœurs, le Seigneur nous aime. Il nous renouvelle dans notre mission de baptisés. Entendons son appel : « Vous donc vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (Mt 5, 48).

Bon Carême, bonne montée vers Pâques à la suite du Christ-Sauveur.

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France

  • Mgr Georges PONTIER, Archevêque de Marseille, président de la CEF
  • Mgr Pierre-Marie CARRÉ, Archevêque de Montpellier, vice-président de la CEF
  • Mgr Pascal DELANNOY, Évêque de Saint-Denis, vice-président de la CEF
  • Mgr Michel AUPETIT, Archevêque de Paris
  • Mgr Jean-Pierre BATUT, Évêque de Blois
  • Mgr François FONLUPT, Évêque de Rodez
  • Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise
  • Mgr Philippe MOUSSET, Évêque de Périgueux
  • Mgr Benoît RIVIÈRE, Évêque d’Autun
  • Mgr Pascal WINTZER, Archevêque de Poitiers


 


Sauvons la maison commune, l’appel de Laudato si’

 

17 mars 2019

L’Antenne de Créteil des Semaines sociales de France et l’Apostolat des laïcs du diocèse de Créteil organisent, à la demande de Mgr Santier, le samedi 6 avril 2019 de 13h30 à 18h, un forum à destination des mouvements : "Sauvons la maison commune, l’appel de Laudato si". Les quelques 80 mouvements du diocèse seront plus particulièrement invités à participer, et le forum sera ouvert à tous.

L’objectif de cette rencontre est de sensibiliser les participants au message de Laudato si’, d’approfondir ensemble ce texte fondateur, mais aussi de faire réfléchir, à partir d’expériences vécues, de témoignages, d’envies, à sa déclinaison dans notre quotidien, celui de nos familles, de nos paroisses, de nos équipes, de nos mouvements.

Le déroulement prévisionnel est le suivant :

  • 13 h 30 : Accueil ;
  • 14 h -14 h 45 : Conférence ;
  • 15 h -15 h 45 et 16 h -16 h 45 : 2 ateliers au choix (45 minutes chacun) parmi 7 ou 8 ;
  • 17 h : Célébration eucharistique présidée par Monseigneur Santier.

Les ateliers sont organisés autour des 7 thématiques développées dans « Nouveaux modes de vie ? L’appel de Laudato si’ » du Conseil Famille et Société de la Conférence des évêques de France, à laquelle nous avons ajouté la transmission :

  • Mieux vivre le temps ;
  • Mieux consommer ;
  • Mieux utiliser l’argent ;
  • Mieux produire ;
  • Mieux habiter l’espace ;
  • Mieux répondre aux besoins sociaux ;
  • Mieux accueillir les migrants ;
  • Mieux transmettre.

https://www.infocatho.fr/6-avril-2019-de-14h-a-18h-sauvons-la-maison-commune-lappel-de-laudato-si-a-creteil-94/

Le diocèse est en cours de conception de ces ateliers et est à la recherche de personnes motivées et volontaires pour participer à la conception et/ou à l’animation, notamment pour les ateliers « mieux consommer », « mieux habiter l’espace », « mieux produire » et « mieux utiliser l’argent ».

Les personnes intéressées peuvent contacter Amélie Eymard directement :



 


Engagement : chance ou défi ?

 

2 mai 2019

Soirée débat le 9 avril

Soirée débat le 9 avril de 20h30 à 22h30, organisée par le secteur paroissial de Saint Maur.

ENGAGEMENT : chance ou défi

Avec la participation de Jean-Guilhem Xerri, ancien président de l’association "Aux captifs la libération"

Témoignages :

  • les "Jeunes pour la paix" de Charenton
  • l’Association Caracol du Perreux
  • la section Handisport de la VGA Saint Maur

Lycée Teilhard de Chardin
2 place d’Armes,
Saint Maur des fossés



 


Pèlerinage du diocèse à Lourdes

 

25 mars 2019

Du vendredi 26 avril au mercredi 1er mai 2019, pèlerinage à Lourdes accompagné par Monseigneur Michel SANTIER.

"Heureux vous les pauvres car le Royaume de Dieu est à vous"

Date limite d’inscription : le 25 mars

Pour retrouver le tract complet de ce pèlerinage, cliquez ici et ici.



 


Hospitalité Madeleine Delbrêl

 

11 février 2019

L’Hospitalité est chargée par notre Evêque d’accompagner les personnes malades, handicapées ou âgées lors du pèlerinage diocésaine à Lourdes. Chaque année, une quarantaine de personnes est ainsi prise en charge par 80 hospitaliers. Votre générosité aidera ces personnes à partir. Vous pouvez aussi rejoindre le groupe des hospitaliers ou participer tout simplement au pèlerinage. Celui-ci aura lieu du 26 avril au 1er mai prochain.

Cliquez ici pour avoir le document si vous avez du mal à lire le texte ci-dessous



 


Les films de l’AFC de Saint Maur

 

21 mars 2019

L’Association Familile de Saint-Maur vous invite à la projection de films à la maison paroissiale 11 avenue Joffre :

-* mardi 19 mars 2019 à 20h30 : "Tout mais pas ça" (d ’Edoardo Falcone)
en présence du père Arnault Berrone (aumônier militaire)
Entrée libre

Tommaso, la cinquantaine, est un chirurgien reconnu. Avec son épouse Carla, ils ont élevé leur fille Bianca et leur fils Andrea dans un esprit laïciste. Or voilà qu’Andrea annonce son intention de devenir prêtre. C’en est trop ! Tommaso décide d’enquêter afin d’en savoir plus sur ce prêtre particulier qui a retourné Andrea, bien décidé à le « libérer » de son influence.

-* mardi 18 juin 2019 à 20h30 : "Dieu n’est pas mort" (d’Harold Cronk).
Le professeur de philosophie Radisson, citant de nombreux grands auteurs, demande à ses étudiants d’attester par écrit que Dieu est mort. L’un d’entre eux, Josh, s’y refuse. Son professeur le met alors au défi de prouver le contraire à lui et à ses camarades. Un défi qui ne sera pas sans conséquences…



 


Recherche bénévoles pour le Duplex

 

23 janvier 2019

Le Duplex, maison de jeunes à saint Maur (cliquez ici pour plus d’informations), cherche des bénévoles pour transmettre, aider les jeunes, servir...dans une ambiance familiale.

Venez comme vous êtes !

Du lundi au vendredi :

  • 16h30 - 19h00 : aide aux devoirs, ateliers, jeux
  • 11h00 - 14h00 : accueil déjeuner lycéens

Contacts :



 


DÉCOUVRIR LA PENSÉE SOCIALE DE L’ÉGLISE

 

17 janvier 2019

Samedis 26 janvier, 16 février et 23 mars 2019
Maison paroissiale de NDR, 11 avenue Joffre

Une formation diocésaine accessible à tous, pour relever les défis du monde moderne.

Objectifs  :

  • Découvrir la pensée sociale de l’Église à travers les écritures et les textes du magistère,
  • Réfléchir sur les situations concrètes à la lumière de la pensée sociale,
  • Comprendre et analyser avec le « voir, juger, agir »

Programme :

1ère rencontre : L’historique de la pensée sociale de l’Église,
2ème rencontre : Nouveaux modes de vie ? L’appel de Laudato si,
3ème rencontre : Nouveaux modes de travail, nouvelles relations au travail

Cliquer ici pour obtenir le programme et la fiche d’inscription

https://catholiques-val-de-marne.cef.fr/agir/s-initier-se-former/formations



 


Le DENIER, c’est prendre soin les uns des autres

 

10 décembre 2018 2018

Avez-vous pensé cette année à envoyer votre participation au denier ?

Si vous vous posez encore des questions sur son utilité, imaginez ce que serait l’Eglise sans prêtres (puisque ne pouvant vivre seulement d’air et d’eau fraîche), sans églises (pas de chauffage, pas de réparations, pas d’électricité, donc bâtiments à l’abandon progressif), etc.... Elle ne serait plus en mesure de prendre soin de ses fidèles.

"Participer au DENIER, c’est prendre soin les uns des autres"

Dans le diocèse de Créteil, on était fin octobre à -4.7% par rapport à l’an dernier ! Alors, on compte sur vous pour la dernière ligne droite.

Moi aussi je donne !



 


Film : la persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde

 

19 novembre 2018 2018

Mardi 27 novembre 2018
à 20h30
Maison paroissiale de Notre-Dame du Rosaire
11 avenue Joffre, Saint Maur

L’Association Familile de Saint-Maur vous invite à la projection du film de Raphaël Delpard en présence du réalisateur

La persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde

Questions-débats en fin de séance. Entre libre.

Une éradication sournoise et violente...

210 millions de femmes, d’hommes et d’enfants, dans 50 pays, sont persécutés en raison de leur foi.

Imaginez si, sur les 508 millions d’habitants d’Europe, les Français, les Italiens, les Allemands et les Belges étaient chaque jour en butte aux pires maltraitances : bastonnade, lapidation, tortures en tous genres, viols, emprisonnement, discrimination, assassinat. Sur simple dénonciation, pouvant à tout moment être accusés de blasphème. Et cela, dans le silence assourdissant des Etats et des Commissions des droits de l’homme, de l’ONU et de l’Union Européenne ;

Le film entend montrer ce que recouvre le terme générique de "persécutions" avec l’aide de témoins ; comprendre pourquoi, au XXIème siècle, on tue des chrétiens ; mettre à jour la faillite des Etats, la disparition de la liberté religieuse et de conscience, promise en 1948 avec la Déclaration universelle des droits de l’homme. Il tente aussi d’y voir plus clair avec la charia négatrice de la liberté religieuse, pourtant acceptée comme référence au sein des organisations internationales.

Prenez 90 minutes de votre temps, et venez découvrir l’ethnocide qui se déroule à un jet de pierre de notre conscience. car si rien n’est fait pour arrêter le flot destructeur, plus tard, que restera-t-il des chrétiens en dehors des lieux sanctuarisés ? Si un tel malheur arrivait, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.



 


Vivre en chrétiens dans le monde

 

16 octobre 2018 2018

Les Semaines Sociales de France vous invitent à la clôture des Rencontres du christianisme social :

"Vivre en chrétiens dans le monde"

avec Enzo Bianchi, fondateur et ancien prieur du Monastère Bose.
Evènement gratuit et ouvert à tous

Dimanche 4 novembre 2018 à 15h..
Cathédrale de Créteil.

en savoir plus



 


Session d’art floral liturgique

 

16 octobre 2018 2018

Vendredi 16 et samedi 17 novembre 2018.

Inscriptions au plus tard le 30 octobre 2018.

Contact : Danielle Gibier. 01 43 97 32 34



 


Conférence-débat : Qu’est ce qu’être un homme ou une femme aujourd’hui ?

 

8 octobre 2018 2018

La Fédération Départementale des AFC du Val de Marne (tract en pièce jointe) vous invite à sa soirée départementale le :

samedi 13 octobre 2018
à La Varenne Saint Hilaire (94210) :

  • -messe à 18h30 à l’église Saint Hilaire 105 Bd de la Marne,
  • apéritif offert à la sortie de la messe,
  • ensuite dans le local paroissial, 42 rue Saint Hilaire, dîner tiré du sac, et
  • à 20h30 conférence-débat avec Jeanne Larghero , écrivain, professeur de philosophe :

"Qu’est ce qu’être un homme ou une femme aujourd’hui"

Elle parlera de la difficulté de se reconnaître homme ou femme aujourd’hui. Elle nous aidera également à réfléchir à l’importance d’aider nos enfants dans ce domaine.

Venez nombreux et n’hésitez pas à transmettre cette invitation à vos amis ou relations.

Entrée libre



 


Cet été, devenez bénévole ASA

 

25 juin 2018 2018

L’opération Août Secours Aimentaire reprend du service ! ASA94 est une opération du conseil de la Solidarité du diocèse de Créteil.

Cette année encore, il faut des bénévoles nombreux pour accueillir et nourrir les plus démunis du Val de Marne. L’opération ASA prend le relais des associations qui agissent tout au long de l’année et font une pause bien méritée au cours de cette période estivale.

Vous voulez, vous pouvez donner de votre temps, ne serait-ce que quelques jours en août ? On a besoin de vous !

Prenez contact avec Bernard Baudry
asa94 chez laposte.net

Plus de détails en cliquant ici et ici



 


Film "Le grand miracle" le 14 mai

 

2 mai 2018 2018

A l’initiative de l’AFC de Saint-Maur, le film "Le grand miracle", réalisé par Bruce Morris, sera projeté le :

Mardi 14 mai 2018 à 20h30
Maison paroissiale Notre-Dame du Rosaire (salle du sous-sol)
11 avenue Joffre 94100 Saint-Maur

avec la participation du père Jean-Luc Mairot, curé de la paroisse Notre-Dame du Rosaire à Saint-Maur .

Entrée gratuite

http://Afc-saintmaur.free

"Trois personnes se retrouvent mystérieusement conduites par leur ange gardien pour assister à une cérémonie dans une grande église. Pour la première fois, il leur est donné de voir ce qui d’ordinaire se cache derrière les apparences d’une liturgie qui leur est pourtant familière... Un dessin-animé initiatique à destination des familles chrétiennes.!"



 


Votez pour la rénovation de l’église du Rosaire

 

3 avril 2018 2018 par Daniel

Sur le site internet de la mairie de Saint-Maur, dans la rubrique "boîte à idées", quelqu’un a proposé la rénovation de l’extérieur de l’église Notre-Dame du Rosaire et sa mise en valeur :

Rénover la façade extérieure de l’église du Rosaire au Centre de la place des Marronniers constituant la 3 ème place d’île de France par sa superficie et installer un éclairage de LED intégré dans le sol pour éclairer la façade de l’église et la mise en valeur du patrimoine de la ville

Il faut voter pour ou contre cette proposition en se connectant sur https://www.saint-maur.com/j-ai-une-idee-88.html. Cette opération vous prendra très peu de temps, pour un résultat (futur) qui pourra être super.

N.B. : l’église ayant été construite au 19ème siècle, elle appartient à la ville qui a donc en charge son entretien.



 


Soirée "finance solidaire" mardi 10 avril

 

2 mai 2018 2018

Vous vous posez des questions sur l’utilité e votre épargne ?

Placer ses économies en conformité avec les valeurs de l’Evangile, garder son argent disponible et contribuer à un développement économique durable et équitable, c’est possible.

Vous êtes invités à la présentation-débat :

EPARGNE ET FINANCE SOLIDAIRES
Maison paroissiale du Rosaire (11 avenue Joffre à Saint Maur)
Mardi 10 avril à 19h15

avec Laurent Chéreau de la SIDI, et un Saint-Maurien, actionnaire de la SIDI et témoin des projets soutenus par le CCFD et la SIDI en Ouganda.

Nous poursuivrons le débat au cours d’un dîner partagé.

Apportez un plat salé ou sucré.
Boissons offertes

Cliquez ici pour obtenir le tract de cette annonce



 


Nouveau film de l’AFC : "Lettres au Père Jacob"

 

3 avril 2018 2018

Les AFC de Saint Maur vous proposent ,le mardi 20 mars 2018 à 20h 30 à la maison paroissiale Notre-Dame du Rosaire ( salle du sous-sol ) 11 av Joffre 94100 St Maur, de découvrir le film « Lettres au Père Jacob » ( Réalisé en 2016 par Klaus Häro) ) avec la participation du père Pierre Édouard le Nail, curé de la paroisse Saint-François-de-Sales à Saint-Maur.
Entrée gratuite

Synopsis

Condamnée à perpétuité pour meurtre, Leila est mystérieusement libérée après seulement douze ans.

Envoyée auprès d’un vieux prêtre aveugle et isolé pour être sa nouvelle assistante, elle devra répondre à l’abondant courrier qu’il reçoit chaque jour. Indifférente à tout cela, Leila va tenter de profiter de la cécité de son hôte…

Klaus Haro, réalisateur : « La vie d’un individu peut à première vue paraitre minuscule, dénuée d’intérêt, mais si on s’approche on découvre des drames et des richesses. Il nous faut alors admettre notre fragilité et comprendre que chaque être a une valeur intrinsèque. Cette valeur vient de celui qui nous a créées, de Dieu.



 


Pèlerinage des Mères de Familles

 

3 avril 2018 2018

A l’approche de Pâques, nous proposons un pèlerinage pour les mères de famille les 24 et 25 mars prochain. POURQUOI ? Pour prendre du temps avec d’autres mamans, du temps pour soi et du temps pour Dieu à l’approche de Pâques.

Le thème de ce pèlerinage est :

« Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Luc 18, 35-43

Nous pourrons en débattre lors de notre marche vers Saint Sulpice de Favières (91), en écoutant notre témoin Michel Hilger.
Le Père Jean-Luc Védrine viendra compléter nos connaissances avec un temps d’enseignement.

Une soirée de louange et de réconciliation est proposée le soir.

Il reste quelques places. N’hésitez donc pas à venir, et à en parlez autour de vous !
Merci de privilégier les inscriptions en ligne afin de gagner du temps.

Cliquez ici pour avoir la fiche d’inscription et plus de détails



 


On a tous des questions sur Dieu (Parcours Alpha classic)

 

15 janvier 2018 2018

Un p’tit déj’, ça peut changer une vie !

Le parcours Alpha classic redémarre !!

On a tous une question à poser à Dieu.
On a tous des questions sur Dieu.
]

« Pourquoi tu ne dis rien ? T’es où ? Est-ce que tu m’aimes ? »
« Est-ce qu’il y a une vie après la mort ? Jésus a-t-il vraiment existé ? »
« Pourquoi je suis toujours célibataire ? »
« Comment as-tu fait l’univers aussi beau ? »
« Est-ce qu’un jour je serai heureux ? »

Le Parcours Alpha, c’est une occasion d’en parler, autour d’un petit-déjeuner convivial. La parole y est libre, l’ ambiance est amicale. Des topos, une discussion, beaucoup de détente. Venez parler du sens de la vie, découvrir ou redécouvrir le christianisme !

À partir du 14 janvier 2018, chaque dimanche de 9h30 à 11h jusqu’au 25 mars 2018, vous êtes invités pour le Petit Déj’, au 11 avenue Joffre à Saint-Maur des Fossés, pour partager sur le sens de la vie. Les enfants sont pris en charge pendant le parcours. Ceux qui le souhaitent sont invités à participer au choeur des enfants de la paroisse.

Inscrivez-vous sur alpha.saintmaur chez gmail.com ou au 09 54 88 25 92

*Le parcours Alpha a été bâti pour ceux pour qui l’arrivée directe dans la messe du dimanche est une marche trop haute à franchir d’un coup et qui ont besoin qu’on réponde à leurs questions de façon conviviale. J’ai bien aimé dimanche dernier l’image du pédiluve (parcours Alpha) qui est utilisé avant le petit bain (messe des enfants du catéchisme) ou le grand bain (la messe paroissiale).



 


Les fims projetés par l’AFC

 

8 janvier 2018 2018

Les Associations Familiales Catholiques (AFC) de Saint-Maur des Fossés vous invitent à la projection de films chrétiens, soit à la maison paroissiale paroissiale de l’église Notre-Dame -du-Rosaire (salle du sous-sol), 11 avenue Joffre (Saint-Maur), soit dans la salle paroissiale de l’église Saint-Hilaire ,42 rue Saint Hilaire (La Varenne).

Le programme des prochains mois est :

  • 21 novembre : "il était une foi"
  • 6 février 2018 : "Tu ne tueras point"
  • 20 mars 2018 : "Lettre au père Jacob"
  • 14 mai 2018 : "Le grand miracle"

Vous trouverez le programme détaillé en cliquant ici.

Libre participation aux frais.



 


Alpha-couples 2018, c’est parti !

 

16 février 2018 2018

PRENDRE SOIN DE SON COUPLE

Les 5 paroisses de Saint-Maur des Fossés vous invitent avec joie au parcours Alpha couple qui débute en Janvier 2018. Prendre soin de son couple, lui offrir du temps … en dînant en tête-à-tête aux chandelles.

Alpha Couple…. Qu’est-ce que c’est ?
C’est un parcours fondé sur une vision chrétienne de l’amour humain. Il offre aux couples des moyens concrets de renforcer leur lien et de faire grandir leur amour.

Comment ça se passe ?
Le parcours se compose de 7 dîners en tête à tête, aux chandelles. Un exposé thématique est présenté à chaque soirée. Il n’y a aucun échange en groupe, mais des partages et des exercices pratiques au sein du couple, en toute intimité. Le tout dans une ambiance chaleureuse et musicale !

Quel public est concerné ?
Le parcours Alpha couple s’adresse à tous les couples de tout âge, mariés ou vivant ensemble depuis au moins deux ans, chrétiens ou non : le vôtre, celui de vos proches, celui de vos amis et qui souhaitent renforcer leur amour. Sont concernés ceux qui vont bien et ceux qui traversent des difficultés passagères.

Combien ça coûte ?
Une participation aux frais des repas de 12 euros par personne sera demandée, selon les possibilités.

Réservez votre premier dîner avec votre conjoint :
le jeudi 11 janvier 2018 à 20h00
à la Maison paroissiale - 11 avenue Joffre à Saint-Maur des Fossés

Des chrétiens de Saint-Maur des Fossés se préparent à vous recevoir, à vous mijoter des petits plats, à vous présenter des exposés vivants en fonction des 7 soirées Alpha couple : les jeudi 11/01, 18/01, 01/02, 15/02, 08/03, 15/03 et 05/04. Un dîner festif de clôture ponctuera le parcours 2018 (mardi 15/05).

Des questions ? Comment s’inscrire ?
C’est très simple :



 


"Maisons d’Evangile", une dynamique missionnaire

 

2 novembre 2017 2017

Parce que la parole de Dieu fait vivre et que toute vie peut être éclairée par l’Evangile, les chrétiens ne peuvent garder pas garder ce trésor pour eux. Ainsi, de nombreux diocésains ont ouvert leurs"Maisons d’Evangile" .

Cette nouvelle initiative d’évangélisation permet aux baptisés de témoigner leur foi en invitant leurs proches, peu familiers de l’Eglise, à partager leur vie à partir d’un texte d’Evangile. Partout dans le diocèse, des "Maisons d’Evangile" s’ouvrent en famille, entre amis et collègues, dans les hôpitaux, les établissements scolaires ou les communautés religieuses, entre adultes ou avec des enfants et des jeunes… Beaucoup témoignent déjà des fruits reçus (à découvrir sur la page facebook des « Maisons d’Evangile – l’évangile à la maison »). "Maisons d’Evangile" est une proposition souple et adaptable, avec des outils et une équipe à votre service.

Comment ? Autour d’une table à la maison, avec les amis, la famille ou les copains, ou bien au restaurant avec les collègues, on lit un texte et on partage en quoi cela nous touche, nous parle, nous révèle Dieu, Son amour et Son projet pour les hommes. Tout le monde peut dire quelque chose ! On peut se réunir une seule fois ou plus. C’est très souple. Il suffit d’oser inviter !

Vous hésitez encore à vous lancer dans cette dynamique missionnaire ? Osez répondre à l’appel du Christ : « Va trouvez mes frères et partage-leur la parole ! »

Lancement à Notre-Dame du Rosaire de cette initiative
le 31 mai 2017 à 20h30.

Pour tout renseignement complémentaire :




Pour plus de détails, cliquez ici

Visitez aussi le site :
http://catholiques-val-de-marne.cef.fr/vivre/le-synode-diocesain/maisons-d-evangile



 


Journée Mondiale des missions

 

2 novembre 2017 2017

La Journée Mondiale des missions aura lieu du 15 au 22 octobre. Elle aura pour thème

« Ensemble, osons la mission ! ».

La semaine missionnaire mondiale répond à un triple objectif :

  • S’informer sur la vie des chrétiens à travers le monde ;
  • Prier pour la mission ;
  • Participer financièrement au fonds missionnaire mondial pour soutenir l’Evangélisation dans le monde.

A cette occasion, la quête sera faite aux messes du 14 et du 15 octobre.



 


Et si cette année vous n’attendiez pas décembre ?

 

27 juin 2017 2017

Un grand merci à ceux qui savent déjà qu’une paroisse ne vit pas seulement d’eau fraiche et qui participent aux dépenses indispensables (rénovation, entretien, salaires, ...) par un don au denier du culte.

La plus grande partie des dons arrive en fin d’année, mais les dépenses se font au fil des mois. Ce serait tellement mieux si cette année votre contribution pouvait arriver maintenant ou cet été, du moins pour ceux qui le peuvent. Cela simplifierait grandement la gestion de la paroisse et éviterait des ulcères à l’estomac (ou pire) à ceux qui s’en occupent !

Donc un très grand merci à ceux qui n’attendront pas décembre pour participer au denier du culte !



 


Prier à Montligeon pour vos défunts qui sont loin

 

3 mai 2017 2017

Dimanche 11 juin, pélérinage au sanctuaire Notre-Dame de Montligeon, présidé par le père N. Mabanza, responsable du Secrétariat de Montligeon en Afrique

Nombreux sont les chrétiens résidant en France métropolitaine qui ont perdu un être cher, parent ou ami, loin de l’hexagone. C’est particulièrement le cas pour les ultramarins, les français d’origine africaine, sud-américaine ou asiatique, ou pour les étrangers vivant en France.

Pour permettre chacun de prier pour ses défunts qui sont loin, le sanctuaire Notre Dame de Montligeon souhaite proposer cette année un grand Pèlerinage des Peuples. Celui-ci aura lieu le II juin prochain et sera présidé par le père Nazaire Mabanza, responsable du secrétariat de Montligeon en Afrique. Le programme sera le suivant :

  • 10H15 : Préparation spirituelle I confessions
  • 11h00 : Messe pour les défunts qui sont loin
  • 12h30 : Déjeuner ou pique-nique
  • 14h30 : Procession du Saint Sacrement
  • 15h00 : Enseignement
  • 15h45 : Vêpres et salut du Saint Sacrement

Cliquez ici pour voir l’annonce du "Pélérinage des peuples"



 


Pèlerinage des pères de famille

 

14 septembre 2017 2017

du vendredi 30 juin soir au dimanche 2 juillet 2017 après-midi
sur le plateau de Brie, en Seine-et-Marne.

Partir en pèlerinage, c’est s’offrir une vraie coupure au début de l’été, un temps privilégié de marche (entre 30 et 40 km), de partage, et de prière entre pères (et grands-pères).

Pour confier à Dieu nos familles et nos projets, dans une belle dynamique de pèlerinage. Pour mettre en lumière notre vocation de père, d’époux, et de serviteur de notre famille.

Cette année, nous aurons la joie de marcher un temps avec Mgr Nahmias, évêque de Meaux, et avec Mgr Santier, évêque de Créteil.

Renseignements et inscriptions : www.ppf-idf.fr

Contacts sur Saint-Maur :



 


Fondation Jérôme Lejeune

 

26 juin 2017 2017

La Fondation Jérôme Lejeune, organise, avec l’AFC de Saint Maur, une soirée exceptionnelle dédiée au professeur Jérôme Lejeune « Une conscience pour la science d’aujourd’hui » le :

Mardi 6 juin 2017 à 20h30
Maison Paroissiale Notre Dame Du Rosaire (Salle Sous-Sol)
11 avenue Joffre 94100 Saint Maur des Fossés

Ière Partie : Projection du film sur Jérôme LEJEUNE « Aux plus petits d’entre les miens » (réalisé par François Lespès).

IIème Partie : Débat en présence de Mr Nicolas Sévillia, secrétaire général de la Fondation Jérôme Lejeune.

Entrée gratuite-Libre participation au bénéfice de la fondation Jérôme Lejeune

afc94saintmaur chez afc-france.org



 


Retrouver le sens du politique

 

3 février 2017 2017

"Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique" : texte du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, 14 octobre 2016

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France a publié, le 14 octobre 2016, un texte intitulé : « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». Une longue réflexion qui fait suite à l’appel au discernement, publié lui le 20 juin 2016, en vue des élections de 2017. « Si nous parlons aujourd’hui, explique le Conseil permanent de l’épiscopat français dans l’introduction du document, c’est parce que nous aimons notre pays, et que nous sommes préoccupés par sa situation ». Car, poursuit le Conseil permanent, « il faudrait être sourds ou aveugles pour ne pas nous rendre compte de la lassitude, des frustrations, parfois des peurs et même de la colère… » qui habitent une part importante de nos concitoyens. Comme il faudrait être « indifférents ou insensibles » devant les situations de précarité et d’exclusion que de nombreuses personnes vivent dans notre pays.

Si ce n’est pas la première fois que les évêques Français abordent la question de la politique, c’est, cette fois-ci, à « un travail de refondation » auquel ils entendent participer en posant en premier lieu « un regard lucide sur la situation ». Une situation française où « le vivre ensemble est fragilisé, fracturé, attaqué », et où « les notions traditionnelles et fondamentales de Nation, Patrie, République sont bousculées… ».

En une dizaine de chapitres donc, le document du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France analyse cette situation critique du pays et appelle à redonner du sens à la politique et à « repenser le contrat social ». Le texte défend également la place des religions dans la société à travers « une laïcité ouverte ». « Chacun, à son niveau, est responsable de la vie et de l’avenir de notre société. Cela demandera toujours courage et audace. Des qualités qui n’ont jamais déserté le coeur de notre pays », écrivent dans leur conclusion les évêques de France.

Sommaire
Introduction
1. Retrouver le politique
2. Une société en tension
3. Ambivalences et paradoxes
4. Un contrat social à repenser
5. Différence culturelle et intégration
6. L’éducation face à des identités fragiles et revendiquées
7. La question du sens
8. Une crise de la parole
9. Pour une juste compréhension de la laïcité
10. Un pays en attente, riche de tant de possibles
Conclusion

Retrouver le texte en cliquant ici
ou en allant sur le site :
http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Documentation-catholique/Eglise-en-France/Une-urgence-pourles- eveques-de-France-retrouver-le-sens-du-politique-2016-10-17-1200796842



 


WEEK-END PARENTS SEULS, séparés, divorcés, célibataires

 

18 mai 2017 2017

« Venez a moi vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau et moi je vous soulagerai. »

6-7-8 mai 2017 à Paray-le-Monial

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES :

Ou ?
Hotel du Prieure
8 Avenue Jean-Paul II
7 1600 Paray-le-Monial

Quand ?
Du samedi 6 mai 2017 a 14h au lundi 8 mai a 14h

Qu’apporter ?
Pique-nique pour le repas du samedi soir.

Quel tarif ?
Frais d’inscription : 35.00€
repas + hébergement chambre de 3 : 83.00€ /personne repas + hébergernent chambre de 2 : 105.00€ I personne repas + hébergernent chambre seule : 137.00€/personne
Les questions financières ne doivent pas vous empêcher de participer au week-end. N’hésitez pas a nous contacter.

Retraite sans enfants.

CONTACT :
Pour s’inscrire,envoyer sur papier libre avant le 7 avril 2017
vos nom, prénom, adresse, téléphone et mail à :

Amour & Vérité est une mission de Ia Communauté de !’Emmanuel au service de l’évangélisation de Ia famille.Elle propose aux couples, à ceux qui se préparent au mariage, aux parents seuls et aux jeunes une formation humaine et spirituelle. Amour& Vérité est membre du Conseil National de Ia Pastorale Familiale.

amouretverite.emmanuel.info



 


Vivre en Eglise, une formation diocésaine accessible à tous

 

1er mai 2017 2017

Vivre en Eglise

Une formation diocésaine accessible à tous, qui s’adresse aux catéchistes, aux accompagnateurs de catéchumènes, aux animateurs d’aumônerie ou de groupes de jeunes, aux membres des équipes liturgiques, des équipe d’accueil, de prière, aux animateurs de groupes et de mouvements, et à toute personne désirant approfondir agir et foi en Eglise.

Objectifs  :

  • Prendre sa place de baptisé, appelé à porter « ensemble » la mission dans toutes ses dimensions
  • Enraciner son engagement dans l’Eglise de Créteil

Programme  :

  • L’Eglise, peuple de baptisés, appelés à vivre, croire, célébrer
  • L’Eglise, sacrement du Salut,
  • L’Eglise universelle, l’Eglise particulière ; mieux connaître l’Eglise en Val-de-Marne
  • Vivre la Communion dans la diversité, vivre la mission en envoyé

Une formation ancrée dans la Parole de Dieu et les textes de Vatican II, une pédagogie alternant enseignement, partage d’expérience, prière…

A chaque rencontre  :

  • un temps de prière, des exposés,
  • des temps de réflexion en petits groupes,

Intervenants :
Père Dominique Henry, Père Jean- Pierre Gay, Père Jean-Pierre Roche, et des témoins.

Calendrier :

  • Samedi 4 mars 2017 9h30 – 17h00
  • Samedi 25 mars 2017 9h30 – 17h00
  • Samedi 22 avril 2017 9h30 – 17h00
  • et une soirée rencontre avec notre Evêque : Mardi 23 mai 2017 à 19h30 à St Pierre du Lac

Pour vous inscrire, récupérez la fiche d’inscription en cliquant ici.
La fiche d’inscription devra parvenir avant le 20 février 2017.



 


Pour que dure l’année de la Miséricorde

 

7 janvier 2017 2017

Le Pape François souligne qu’aucun d’entre nous ne peut poser de conditions à la miséricorde et trace les contours de la vie future de l’Eglise afin qu’elle puisse toujours être l’instrument de miséricorde envers tous, sans exclure personne.

"La miséricorde ne peut être une parenthèse dans la vie de l’Eglise, mais elle en constitue l’existence même, qui rend manifeste et tangible la vérité profonde de l’Evangile. Tout se révèle dans la miséricorde ; tout se résout dans l’amour miséricordieux du Père.

Rien de ce qu’un pêcheur qui se repent place devant la miséricorde de Dieu ne peut demeurer sans l’étreinte de son pardon. C’est pourquoi aucun d’entre nous ne peut poser de conditions à la miséricorde. Elle demeure sans cesse un acte gratuit du Père céleste, un amour inconditionnel et immérité. Nous ne pouvons donc pas nous opposer à l’entière liberté de l’amour par lequel Dieu entre dans la vie de chacun.

La miséricorde est cette action concrète de l’amour qui, en pardonnant, transforme et change la vie. C’est ainsi que se manifeste son mystère divin. Dieu est miséricordieux ; sa miséricorde demeure pour l’éternité ; de génération en génération, elle embrasse toute personne qui met en lui sa confiance, la transforme en lui donnant sa propre vie...

A l’heure où s’achève le Jubilé de la miséricorde, il est temps de regarder en avant et de comprendre comment continuer avec fidélité, joie et enthousiasme, à faire l’expérience de la richesse de la miséricorde divine. Nos communautés pourront rester vivantes et dynamiques dans la mission de la nouvelle évangélisation dans la mesure où la "conversion pastorale" que nous sommes appelés à vivre sera imprégnée chaque jour de la force rénovatrice de la miséricorde. Ne mettons pas de limites à son action ; n’attristons pas l’Esprit qui indique toujours des chemins nouveaux pour annoncer à tous l’Evangile du salut."



 


FORUM WAHOU ou la Bonne Nouvelle du corps "témoin de l’amour".


 

5 mars 2017 2017

Avec simplicité et profondeur, la dernière exhortation apostolique du Pape François nous parle d’amour, de sexualité, de la "joie de l’amour".

Pour découvrir de quel amour nous sommes aimés et comment par notre corps lui-même Dieu nous appelle à construire sur du Roc, la Pastorale des familles du diocèse de Créteil propose deux jours d’enseignements, de témoignages, d’ateliers et de prière, dans un langage clair et actuel. Ça s’appelle le Forum Wahou ! Avec entre autres le Père Cédric Burgun, Philippe Marsset, Père Stéphane Aulard, le Cler…

Pour tous ! Jeunes adultes, parents, grands-parents, professionnels de la santé, catéchistes, chefs scouts, éducateurs, laïcs ou prêtres...

Ce forum aura lieu le Samedi 4 et dimanche 5 mars 2017 au lycée Notre-Dame des Missions à Charenton.





Inscriptions : https://www.weezevent.com/forumwahou

QR code :

Cliquez ici pour retrouver le flyer de cet évènement



 


Prévention de l’avortement

 

29 novembre 2016 2016

On nous communique :

"Chaque année, en France, près de 215 000 femmes mettent un terme à leur grossesse. L’avortement a des conséquences indéniables : 42 % des femmes ayant avorté avant l’âge de 25 ans vivent une dépression. La moitié des femmes mineures ayant avorté souffrent d’idées suicidaires.

Selon un sondage IFOP de 2016, 89 % des Françaises reconnaissent que « l’avortement laisse des traces psychologiques difficiles à vivre pour les femmes » et 72 % d’entre elles estiment que « la société devrait davantage aider les femmes à éviter le recours à l’IVG ».

Le Centre européen pour le droit et la justice vient de publier "Droit et prévention de l’avortement en Europe" (zenit). Il souhaite par ce livre donner une fondation à la fois factuelle, juridique et politique pour mettre en œuvre une politique de prévention de l’avortement.

À cette fin, il lance un appel aux élus et aux responsables politiques pour qu’ils s’engagent volontairement dans une démarche de prévention de l’avortement sous l’angle d’une politique de santé publique, en particulier auprès des jeunes. Le texte de l’appel se trouve site : Eclj.org "



 


Quelques chiffres sur l’Eglise catholique dans le monde

 

12 octobre 2016 2016 par Daniel

Population mondiale

Au 31 décembre 2013, la population mondiale s’élevait à 7.093.798.000 personnes, avec une augmentation de 70.421.000 par rapport à l’année précédente.

Nombre de catholiques

A la même date du 31 décembre 2013, le nombre des catholiques était de 1. 253 .926. 00, avec une augmentation totale de 25.305.000 par rapport à l’année précédente.

Habitants et catholiques par prêtre

Le nombre des catholiques par prêtre a augmenté globalement de 54 unités, atteignant le chiffre de 3.019. On enregistre cette année aussi des augmentations en Amérique (+115), en Europe (+21) et en Océanie (+38) alors que des diminutions caractérisent l’Asie et l’Afrique (-17).

Le nombre d’habitants par prêtre a augmenté cette année encore de 180 unités , atteignant le total de 13. 752. La répartition par continent enregistre, comme les années précédentes,des augmentations en Amérique(+ 132), en Europe (+49) et en Océanie (+ 147) et des diminutions en Afrique (-506) et en Asie (-360).

Prêtres

Le nombre total des prêtres dans le monde a augmenté de 1.035 par rapport à l’année précédente, atteignant le chiffre de 415.348. Le continent où l’on constate encore une diminution consistante est une nouvelle fois l’Europe (-2.283) tandis que des augmentations concernent l’Afrique (+ 1.693), l’Amérique (+188)et l’Asie (+ 1.440).

Diacres permanents

Le nombre des diacres permanents dans le monde a augmenté de 1.091 et arrive au total de 43.195. L’augmentation la plus forte concerne encore une fois l’Amérique (+684) et l’Europe (+373), continents auxquels s’ajoutent cette année l’Afrique (+8), l’Asie (+8) et l’Océanie (+18).

Pour plus d’informations, téléchargez le document complet en cliquant ici



 


Alpha Couple à Saint-Maur, c’est parti !

 

7 janvier 2017 2017

Les inscriptions sont terminées !!
Si vous voulez, vous aussi," prendre soin de votre couple" en suivant le parcours Alpha couple, il vous faudra attendre la session de janvier 2018.

************************************

Prendre soin de son couple, lui offrir du temps … en dînant en tête-à-tête aux chandelles. Le parcours Alpha couple s’adresse à tous les couples : le vôtre, ou celui de personnes que vous connaissez, que vous aimez bien, et qui ont envie de faire grandir leur amour : mariés ou pas, chrétiens ou non, de tout âge.

PRENDRE SOIN DE SON COUPLE

Les 5 paroisses de Saint-Maur vous invitent avec joie au parcours Alpha couple qui débute en Janvier 2017

Alpha Couple…. Qu’est-ce que c’est ?
C’est un parcours de 7 dîners, fondé sur une vision chrétienne de l’amour humain. Il offre aux couples des moyens concrets de renforcer leur lien et de faire grandir leur amour.

Comment ça se passe ?
Le parcours se compose de 7 dîners en tête à tête, aux chandelles.
Un exposé thématique est présenté par soirée ; il n’y a aucun échange en groupe, mais des partages et des exercices pratiques au sein du couple, en toute intimité. Le tout dans une ambiance chaleureuse et musicale !

C’est pour qui ?
Pour les couples mariés ou vivant ensemble depuis au moins deux ans, chrétiens ou non. Pour tous les couples : plutôt ceux qui vont bien et aussi ceux qui rencontrent des difficultés passagères.

Combien ça coûte ?
Il est demandé une participation aux frais des repas de 10 à 12 euros par personne, selon les possibilités.

Réservez votre premier dîner avec votre conjoint :
le mardi 19 janvier 2017 à 20h00
à la Maison paroissiale - 11 avenue Joffre à Saint-Maur

Des chrétiens de Saint-Maur se préparent à vous recevoir, à vous mijoter des petits plats, à vous présenter des exposés vivants sur le thème de chacune des 7 soirées Alpha couple.

Des questions ? Comment s’inscrire ?
C’est très simple.





Site national : www.parcoursalpha.fr/couple
Des invitations sont disponibles dans chaque paroisse.



 


Equipe d’Animation Paroissiale : compte-rendu de la réunion de fin d’année

 

5 juillet 2016 2016

Changements dans l’équipe
Martine Tandonnet, Valérie Lagrée et Renaud de Barberac quittent l’EAP à la fin de leur mandat et partent vers d’autres responsabilités ; qu’ils soient chaleureusement remerciés pour leur travail effectué au service de la paroisse. Après l’arrivée de Cécile Marque ce printemps, Lucette Dedde et Arnaud Troizier rejoignent Hervé Blanchard, Danièle Hulin et Bruno Lagrée dans l’équipe de l’EAP.

Bilan de l’année écoulée
Nous avons eu la joie de voir que de nombreuses propositions portent du fruit depuis de longues années (comme le KT, la vente de charité, Petit Villard, alpha, la Journée du Pardon, le pèlerinage Notre-Dame des miracles, les servants d’autel, les confirmations....), et que de nouvelles initiatives ont vu le jour comme l’organisation du pèlerinage à Montligeon à l’occasion de la journée de rentrée, l’arrivée de Rosaire-hebdo et l’adoration permanente du mercredi matin au vendredi soir.
Tout cela a été possible grâce à l’implication forte de beaucoup de paroissiens bénévoles qui sont une vraie richesse pour la paroisse.

Pour l’année qui vient
L’EAP envisage de choisir un fil conducteur plus lisible que cette année pour l’an prochain. On cherchera à conforter la prise de contact avec les nouveaux arrivants à Saint Maur pour les inviter à être des membres actifs de la paroisse. Au calendrier habituel de la paroisse se rajoutera la participation à la journée du 16 octobre qui fêtera les 50 ans du diocèse et verra la promulgation des orientations du synode.

Le père Cédric étant nommé à Saint-Hilaire à la Varenne à partir de septembre, la paroisse accueillera un prêtre étudiant et le père Védrine.



 


L’année de la miséricorde

 

24 mai 2016 2016

Du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016, l’Eglise catholique célébre une Année Sainte extraordinaire (voir l’article mis en ligne dans la rubrique "adultes"). Ce « Jubilé de la Miséricorde » a débuté par l’ouverture de la Porte Sainte à la basilique Saint-Pierre de Rome, à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception (8 décembre) et se terminera par la solennité du Christ Roi. Elle promeut dans le monde entier l’ouverture extraordinaire des églises pour inviter à l’adoration du Saint-Sacrement et la célébration du sacrement de réconciliation. Le thème de cette année sainte est tiré de la lettre de Saint Paul aux Ephésiens : « Dieu riche en Miséricorde » (Ephésiens 2,4).

Dans notre paroisse, l’ouverture de l’année sainte a été célébrée le 8 décembre 2015 à l’église Notre-Dame du Rosaire.

Toute notre année liturgique sera placée sous le signe de la Miséricorde jusqu’à la fin de l’automne prochain. Vous aurez bientôt des informations plus précises sur ce qui est prévu.

Pour plus d’informations sur l’année sainte, consultez le site de l’Eglise catholique en France en cliquant ici

Rendez grâce au Seigneur
(psaume 118)
"Rendez grâce au Seigneur car il est bon, car éternelle est sa miséricorde !
Qu’elle le dise, la maison d’Israël : éternelle est sa miséricorde !
Qu’elle le dise, la maison d’Aaron : éternelle est sa miséricorde !
Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur : éternelle est sa miséricorde !
Mieux vaut s’abriter dans le Seigneur que se fier en l’homme ; mieux vaut s’abriter dns le Seigneur que se fier aux puissants...
Ma force et mon chant, c’est le Seigneur, il fut pour moi le salut."

"L’âme n’a rien pour sa défense si ce n’est ma miséricorde"
Extrait du Journal de Sainte Faustine Kowalska (1905-1938)
"Ma fille, dis que je suis l’amour et la miséricorde en personne. Quand une âme s’approche de moi avec confiance, je la comble d’une telle quantité de grâce qu’elle ne peut la contenir en elle et la rayonne sur les autres âmes.
Les âmes qui répandent le culte de ma miséricorde, je les protège dans toute leur vie comme une tendre mère protège son enfant qu’elle allaite encore, et au moment de leur mort je ne serai pas pour elle un Juge mais un Sauveur miséricordieux.
En cette dernière heure, l’âme n’a rien pour sa défense si ce n’est ma miséricorde. Heureuse l’âme qui s’est plongée toute la vie dans la source de la miséricorde car la justice ne la rattrapera pas.
Comme la méfiance envers ma bonté me blesse douloureusement ! Les péchés de manque de confiance sont ceux qui me blessent de la façon la plus douloureuse."

Extrait du message du Pape François :

Jésus-Christ est le visage de la miséricorde du Père. Le mystère de la foi chrétienne est là tout entier. Devenue vivante et visible, elle atteint son sommet en Jésus de Nazareth... Nous avons toujours besoin de contempler le mystère de la miséricorde. Elle est source de joie, de sérénité et de paix. Elle est la condition de notre salut. Miséricorde est le mot qui révèle le mystère de la Sainte Trinité. La miséricorde, c’est l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. La miséricorde, c’est la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur le frère qu’il rencontre sur le chemin de la vie. La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché.

Il y a des moments où nous sommes appelés de façon encore plus pressante, à fixer notre regard sur la miséricorde, afin de devenir nous aussi signe efficace de l’agir du Père. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu ce Jubilé Extraordinaire de la Miséricorde, comme un temps favorable pour l’Eglise, afin que le témoignage rendu par les croyants soit plus fort et plus efficace.

L’Année Sainte s’est ouvertele 8 décembre 2015, solennité de l’Immaculée Conception.... C’est le 20 novembre 2016, en la solennité liturgique du Christ, Roi de l’Univers, que sera conclue l’Année jubilaire. En refermant la Porte Sainte ce jour-là, nous serons animés de sentiments de gratitude et d’action de grâce envers la Sainte Trinité qui nous aura donné de vivre ce temps extraordinaire de grâce.

Cliquez ici pour avoir le message dans sa totalité ou bien suivez ce lien :
https://w2.vatican.va/content/francesco/fr/bulls/documents/papa-francesco_bolla_20150411_misericordiae-vultus.html



 


Vivre une pause en famille dimanche prochain

 

20 juin 2016 2016

Le pèlerinage des Familles à Notre-Dame de l’Annonciade invite les familles, toutes les familles (avec les jeunes, les grands-parents, les jeunes couples, les parents élevant seuls leurs enfants, les couples en espérance d’enfants et leurs proches arrentifs à cette souffrance) à se ressourcer, jouer, prier et confier leurs intentions à la Vierge marie.

Rendez-vous le dimanche 12 juin 2016
de 10h00 à 17h30,
parc du monastère de l’Annonciade à Thiais

Renseignements et inscriptions :



 


Pèlerinage des pères de familles d’Ile de France

 

5 juillet 2016 2016

Frères Pèlerins, la 8ème édition du Pèlerinage des Pères de Famille en Île de France
aura lieu les 2 et 3 juillet 2016 (rdv le 1 au soir) de la Collégiale Saint Martin de Champeaux à Melun.

Cette année, le thème est : « Miséricordieux comme le Père ».

A la fin du pèlerinage il sera proposé de passer, en famille, la porte Sainte qui se trouve à Melun.

Deux parcours sont proposés (un court de 30 km , un long de 40km), n’hésitez à vous renseigner auprès de Guillaume GARNIER 06.61.96.70.09 ou sur le site du pèlerinage : http://www.ppf-idf.afc-melun.org/home

Il vous est offert la possibilité de vous inscrire en ligne et de choisir votre mode de règlement (ATTENTION date limite d’inscription vendredi 26 juin 2015 à 23h55 !).



 


Peut-on parler de Jésus aux musulmans ?

 

6 avril 2016 2016 par Daniel

Mercredi 6 avril à 20h30 aura lieu à la maison paroissiale de Notre-Dame du Rosaire (11 avenue Joffre à Saint Maur) une conférence :

Peut-on parler de Jésus aux musulmans ?
Témoignage de Mohamed Christophe Bilek
Fondateur de l’accueil des musulmans convertis au christianisme

organisée par l’Association Familiale Catholique de Saint Maur
http://afc.saintmaur.free.fr



 


ALPHA Couples à Saint Maur, c’est reparti !

 

23 janvier 2016 2016

Proposition des cinq paroisses de Saint Maur :

Prendre soin de son couple... tout en dînant en tête-à-tête aux chandelles, dans la plus grande confidentialité. Le parcours s’adresse à tous les couples qui ont envie de faire grandir leur amour : mariés ou pas, chrétiens ou non, de tous les âges ;

7 dîners chaleureux en 2016, les mardis soirs, de 20h15 à 22h30, à la maison paroissiale, 11 avenue Joffre à Saint Maur :

  • 19 janvier 2016
  • 2 février
  • 16 février
  • 8 mars
  • 15 mars
  • 29 mars
  • 12 avril

Contact :
Virginie et Eric Caverne
alphacouple94100 chez gmail.com

Pour plus de détails, cliquez ici.



 


Oratorio dansé JONAS, création à Saint Hilaire

 

26 octobre 2015 2015

Dans le cadre des 7èmes rencontres-cathédrale, l’Oratorio dansé JONAS, création musicale d’Olivier KASPAR sur un livret de Marion Navone et avec la chorégraphie d’Eva Motreff, sera donné le :

samedi 7 novembre à 20h30
à l’église Saint Hilaire de la Varenne

"JONAS, ou l’ouverture aux nations" sera donné avec la participation des élèves des conservatoires de Saint Maur et Créteil. Le prix des places est de 12 euros. Vous trouverez plus d’informations et le bulletin d’inscription en cliquant ici.

Si vous n’êtes pas disponible le 7 novembre, cet oratorio sera aussi donné le 8 novembre à 15h à l’église Saint-Esprit à Choisy-le-Roi et le 14 novembre à 20h30 à la cathédrale de Créteil.



 


Film "M et le 3ème secret"

 

28 novembre 2015 2015

L’association des familles catholiques de Saint Maur organise le jeudi 19 novembre à 20h00 au cinéma Le Lido la projection du film "M et le 3ème secret", en présence du réalisateur Pierre Baenérias.

4 ans d’enquête,
un tournage dans 13 pays,
pour lever le voile sur le secret de Fatima

Synopsis et détails

Depuis 2000 ans, une femme entre toutes les femmes bouleverse le monde et ses habitants. C’est sans doute la femme la plus populaire de la planète. Elle est à l’origine des plus grands rassemblements mondiaux, réalise des prodiges par milliers, interpelle depuis des siècles des scientifiques incontestés, multiplie ces derniers temps ses apparitions, délivre des secrets à des enfants analphabètes, fait pleurer des icônes et transmet des messages apocalyptiques à qui veut bien les entendre. Son nom : Marie. Filiation : les trois religions du livre. Une femme juive priée par des musulmans. Une déesse pour les Hindous, la mère de Dieu pour les Chrétiens, un ultime recours pour des non croyants.

Ce film va proposer pour la première fois de lever le voile sur les différentes interventions de ce personnage historique et biblique dont les écritures annoncent qu’il prendra part au combat final de la fin des temps. Pour cela, un secret bien gardé par le Vatican : le troisième secret de Fatima. Des décennies de silence, de refus, de supputations. Et si le Vatican n’avait pas tout dit, lors de la révélation officielle en l’an 2000 de ce message délivré 83 ans plus tôt par la Vierge. Ce sera l’objet de ce film. Une enquête inédite pour découvrir, aux quatre coins du monde, les multiples visages de cette mère qui, depuis 2000 ans, rassure, console, guérit et interpelle…



 


Fête en famille pour découvrir la nouvelle cathédrale

 

26 octobre 2015 2015

Après la dédicace de la nouvelle cathédrale, le 20 septembre 2015…
… un évènement à bien noter dans vos agendas :

le 15 novembre 2015 (après-midi) :

fête en famille pour la découverte de la 1ère cathédrale du 21ème siècle ! une architecture unique et singulière…

Nous vous attendons pour vivre cela ensemble, en famille…

Plus d’informations vous seront données à la rentrée. D’ici cette date, nous vous souhaitons un bel été !

Anne Bladek
pour l’équipe de la Pastorale des famille
Pastorale des Familles et Service des Formations
Evêché de Créteil
2 avenue Paul Vallery Radot – 94000 Créteil



 


Devine qui vient dîner ce soir ?

 

10 septembre 2015 2015

Et si vous transformiez votre dîner en un moment de rencontre et de partage avec un groupe de 6 /7 jeunes (4ème ou 3ème), en les accueillant à votre table pour leur parler et les écouter le temps d’une soirée ?

L’appétit vient en mangeant et la convivialité vient en échangeant, mais l’aumônerie manque encore de couples accueillants, tous les 15 jours, de 20h à 22h le vendredi ou le mardi.

Pourquoi pas chez vous ? Si cela vous tente, j’attends vos invitations.

Frédérique MORLET



 


Echange avec Jean-Marie-Elie SETBON, auteur de "De la kippa à la croix"

 

19 juin 2015 2015 par Daniel

L’AFC de S-Maur vous convie à un échange, le mardi 23 juin 2015 à 20 h 30, dans les salles paroissiales de Notre Dame du Rosaire, 11, avenue Joffre à St-Maur, autour de Jean-Marie-Elie SETBON (auteur de De la kippa à la croix) sur le thème :

" Formation à l’intelligence et transmission , le rôle de la famille"

Jean-Marie Setbon s’adressera aux familles pour les conforter dans leur rôle d’éducateurs, à la lumière de la Bible et dans les enjeux extrêmes qui sont les nôtres aujourd’hui.

RER/A Le Parc de Saint -Maur.

Entrée libre.

Contact : afc94saintmaur chez afc-france.org ; 01 48 85 80 52

Association familiale catholique de Saint Maur :http://afc.saintmaur.free.fr



 


Déclaration de Mgr Santier après les attentats déjoués contre deux églises à Villejuif

 

27 avril 2015 2015

Déclaration de Mgr Michel Santier, évêque de Créteil aux catholiques de son diocèse après les attentats déjoués contre deux églises à Villejuif, mercredi 22 avril 2015

Mercredi matin, nous apprenions par une dépêche du ministère de l’intérieur qu’un jeune étudiant en informatique projetait de manière imminente un attentat, vraisemblablement contre une ou deux églises à Villejuif.

Depuis, les investigations ont permis d’établir son implication dans le meurtre d’une jeune maman, Aurélie Châtelain, arrivée la veille en vue de participer à un stage de formation professionnelle. Nous redisons notre sincère compassion à cette famille brisée, que je vous demande de porter dans vos prières.

Je tiens par ailleurs à remercier les services de l’État, qui ont permis de déjouer ces attentats.

Je sais bien que l’émotion déborde au-delà des catholiques pratiquants et que beaucoup de Français sont touchés dans ce qui fonde leur histoire et leur mémoire profonde.

Après la stupeur et l’incompréhension d’une telle nouvelle, je demande à tous les catholiques du Val-de-Marne de rester unis et de ne pas céder à la peur !
Nos églises doivent rester ouvertes !
Nos célébrations doivent continuer à célébrer notre Espérance !
Nos communautés doivent être vigilantes !

Régulièrement, nous découvrons par la télévision et la presse, les exactions dont sont victimes les Chrétiens d’Orient ! Touchés dans leur chair, privés de leurs biens, ils résistent et continuent de proclamer leur foi en un Dieu d’Amour, tissant des ponts entre les diverses communautés de croyants et d’incroyants.

Aujourd’hui, ces événements val-de-marnais aiguisent vivement notre conscience : Oui, « nous sommes tous des chrétiens d’Orient », parce que nous sommes tous, chrétiens !

Notre résistance, ici en Val-de-Marne ne se fera ni par les armes, ni par la psychose ! Nous résisterons par notre calme, notre discernement, notre capacité à croire en la fraternité entre tous les peuples, entre tous les croyants, de toutes les confessions chrétiennes et de toutes les religions ! C’est notre rempart contre la violence.
Sur la croix, le Christ a tué la haine, et fait de nous des messagers de Paix

Enracinés dans l’Evangile, portés par l’Espérance en Jésus-Christ, je vous invite donc à aller plus loin dans l’élan de fraternité.
Soyons nombreux dans nos églises, ce dimanche … et les dimanches suivants.

Michel Santier
Evêque de Créteil



 


Les Associations Familiales Catholiques du...

 

27 avril 2015 2015

Les Associations Familiales Catholiques du Val de Marne vous invitent le samedi 11 avril à leur conférence :

« Transmission ou inculture ? Au nom de quoi faut-il transmettre ? »

par FX Bellamy, jeune philosophe, enseignant, maire-adjoint de Versailles et auteur du livre « Les déshérités ou l’urgence de transmettre »

Samedi 11 avril 2015 à 20h30
à la crypte de Notre Dame de Vincennes,
82, rue Raymond du Temple
Métro Château de Vincennes, ligne 1
RER A Vincennes

Messe à 18h à l’église puis repas tiré du sac pour ceux qui le souhaitent

Entrée libre, AFC ou non

Pour retrouver la plaquette d’annonce, cliquez ici

Chantal DESMOULINS-LEBEAULT, Présidente
Fédération des Associations Familiales Catholiques du Val de Marne AFC 94
http://afc94.canalblog.com
http://www.facebook.com/afc.valdemarne



 


Denier de l’Eglise catholique

 

24 novembre 2014 2014

La collecte du Denier de l’Eglise permet de donner à toutes les personnes qui oeuvrent au service de l’Evangile, les moyens de vivre et d’agir au quotidien.

C’est notre responsabilité de chrétien baptisé de participer au Denier. L’important n’est pas le montant du don, mais la participation du plus grand nombre, même de manière modeste.

Nous avons jusqu’au 31 décembre pour participer.
Merci d’avance à chacune et chacun d’entre vous.

PS : En faisant votre chèque, penser à mettre l’ordre "Association diocésaine", car, si vous êtes imposable, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66% du montant de votre don, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.



 


Le caractère missionnaire de l’Église (Lumen gentium)

 

27 octobre 2014 2014

Pour fêter la béatification du Bienheureux Paul VI dimanche 19 octobre et son rôle central dans le concile Vatican II, et à l’occasion de la journée des missions et du lancement officiel du synode du diocèse de Créteil, relisons ensemble "lumière des peuples"


PAUL, ÉVÊQUE,
SERVITEUR DES SERVITEURS DE DIEU,
AVEC LES PÈRES DU SAINT CONCILE,
POUR QUE LE SOUVENIR S’EN MAINTIENNE À JAMAIS.


CONSTITUTION DOGMATIQUE SUR L’ÉGLISE
LUMEN GENTIUM

17. Le caractère missionnaire de l’Église

En effet tout comme il a été envoyé par le Père, le Fils lui-même a envoyé ses Apôtres (cf. Jn 20, 21) en disant : « Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la consommation des temps » (Mt 28, 18-20).

Ce solennel commandement du Christ d’annoncer la vérité du salut, l’Église l’a reçu des Apôtres pour en poursuivre l’accomplissement jusqu’aux extrémités de la terre (cf. Ac 1, 8). C’est pourquoi elle fait siennes les paroles de l’Apôtre : « Malheur à moi si je ne prêchais pas l’Évangile  » (1 Co 9, 16) : elle continue donc inlassablement à envoyer les hérauts de l’Évangile jusqu’à ce que les jeunes Églises soient pleinement établies et en état de poursuivre elles aussi l’œuvre de l’évangélisation.

L’Esprit Saint la pousse à coopérer à la réalisation totale du dessein de Dieu qui a fait du Christ le principe du salut pour le monde tout entier. En prêchant l’Évangile, l’Église dispose ceux qui l’entendent à croire et à confesser la foi, elle les prépare au baptême, les arrache à l’esclavage de l’erreur et les incorpore au Christ pour croître en lui par la charité jusqu’à ce que soit atteinte la plénitude.

Son activité a le résultat non seulement de ne pas se laisser perdre tout ce qu’il y a de germe de bien dans le cœur et la pensée des hommes ou de leurs rites propres et leur culture ; mais de le guérir, l’élever, l’achever pour la gloire de Dieu, la confusion du démon et le bonheur de l’homme. À tout disciple du Christ incombe pour sa part la charge de l’expansion de la foi [35].

Mais si le baptême peut être donné aux croyants par n’importe qui, c’est aux prêtres cependant qu’il revient de procurer l’édification du Corps par le sacrifice eucharistique en accomplissant les paroles de Dieu quand il dit par la voix du prophète : «  De l’Orient jusqu’au couchant, mon Nom est grand parmi les nations, et en tous lieux est offert à mon Nom un sacrifice et une offrande pure » (Ml 1, 11) [36].

Ainsi, l’Église unit prière et travail pour que le monde entier dans tout son être soit transformé en Peuple de Dieu, en Corps du Seigneur et temple du Saint-Esprit, et que soient rendus dans le Christ, chef de tous, au Créateur et Père de l’univers, tout honneur et toute gloire.


Références

[35] Cf. Benoît XV, épître apost. Maximum illud : AAS 11 (1919), p. 440, praesertim p. 451 s. – Pie XI, Encycl. Rerum Ecclesiae : AAS 18 (1926), p. 68-69. – Pie XII, encycl. Fidei donum, 21 avril 1957 : AAS 49 (1957), p. 236-237.

[36] Cf. Didachè, 14 : Funk I, p. 32. – Saint Justin, Dial. 41 : PG 6, 564. – Saint Irénée, Adv. Haer. IV, 17, 5 : PG 7, 1023 ; Harvey, 2, p. 199s. – Conc. de Trente, sess. 22, chap. 1 : Denz. 939 (1742).

Extrait du chapitre premier "Le mystère de l’Eglise" de la constitution dogmatique sur l’Eglise "LUMEN GENTIUM" :
http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19641121_lumen-gentium_fr.html



 


Appel des musulmans de France

 

2 octobre 2014 2014

Appel des musulmans de France
signé lundi 15 septembre, par toutes les fédérations et les grandes mosquées.

Nous, responsables musulmans de France, signataires du présent appel :

  • Nous condamnons fermement les exactions commises par l’organisation « Daesh »,
    connue sous l’appellation « Etat Islamique » (EIL), à l’encontre des civils en Irak et en Syrie parmi les chrétiens, les Yézidis, les kurdes, les turcomans, les musulmans chiites ou sunnites, les humanitaires, les journalistes et les reporters.
  • Nous considérons que cette organisation, en dépit de son appellation usurpée, n’a rien ni d’Etat ni d’islamique. Ses actions criminelles et barbares, dont les décapitations macabres des deux journalistes américains James Foley et Steven Sotloff et de l’humanitaire britannique David Haines, d’une cruauté et d’une violence insoutenables, sont en totale contradiction avec les principes élémentaires de la religion musulmane.
  • Nous saluons la réaction spontanée, responsable et unanime des musulmans de France et de leurs imams qui ont condamné fermement les actes abjects du groupe terroriste « Daesh ».
  • Nous saluons la position des autorités chrétiennes, qui tout en condamnant les exactions perpétrées contre les chrétiens d’Irak et de Syrie, refusent toute instrumentalisation de cette tragédie et soulignent que les musulmans sont également victimes de cette organisation terroriste.
  • Nous appelons tous les citoyens épris de paix et de justice quelle que soit leur religion ou leur conviction à afficher, aujourd’hui plus que jamais, leur unité face
    au terrorisme et à la barbarie et à œuvrer sans relâche pour que le dialogue et la solidarité entre eux puissent faire barrage aux adeptes de la prétendue « guerre des
    civilisations ».
  • Nous réitérons notre appel aux jeunes musulmans de France qui seraient tentés d’aller combattre aux côtés de ces terroristes, de prendre conscience de l’ampleur
    de la gravité des crimes dont ils pourraient se rendre complices, ainsi que de la lourde responsabilité, devant Dieu et devant l’Humanité, d’une telle complicité. Face à l’ampleur des crimes commis par « Daesh » et l’importance des moyens matériels dont elle dispose, nous appelons la communauté internationale à diligenter une enquête afin que soient déterminées les responsabilités des soutiens de cette organisation terroriste ainsi que l’origine de ses moyens.
  • Nous demandons aux musulmans de France d’apporter leur aide aux exilés, notamment à ceux présents en France, d’élever des prières, tous les vendredis, pour le repos des âmes de toutes les victimes et implorer le Très Miséricordieux afin qu’Il accorde Son Aide et Son Soutien à ceux qui souffrent des actes de cette organisation terroriste.

Signataires :

Comité de Coordination des Musulmans Turcs de France (CCMTF),
représenté par Monsieur Ahmet OGRAS, Président.

Fédération Française des Associations Islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles (FFAIACA),
représentée par Monsieur Cheikh Moussa TOURE, Président.

Fédération Nationale de la Grande Mosquée de Paris (FNGMP),

représentée par Monsieur le Recteur Dalil BOUBAKEUR, Président.

Foi et Pratique,
représentée par Monsieur Hamadi HAMMAMI.

Grande Mosquée d’Evry-Courcouronnes,
représentée par Monsieur le Recteur Khalil MERROUN.

Grande Mosquée de Lyon,
représentée par Monsieur le Recteur Kamel KABTANE.

Grande Mosquée de Saint-Denis de l’île de la Réunion,
représentée par Monsieur Aslam TIMOL

Rassemblement des Musulmans de France (RMF),
représenté par Monsieur Anouar KBIBECH, Président.

Union des Mosquées de France (UMF),
représentée par Monsieur Mohammed MOUSSAOUI, Président.

Union des Organisations Islamiques de France,
représentée par Monsieur Amar LASFAR, Président.



 


La restauration du califat ?

 

21 août 2014 2014

Déclaration du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux,
12.08.2014

Le monde entier a assisté, stupéfait, à ce qu’on appelle désormais « la restauration du califat » qui avait été aboli le 29 octobre 1923 par Kamal Atatürk, fondateur de la Turquie moderne.

La contestation de cette « restauration » par la majorité des institutions religieuses et politiques musulmanes n’a pas empêché les jihadistes de l’« Etat Islamique » de commettre et de continuer à commettre des actions criminelles indicibles.

Ce Conseil pontifical, tous ceux qui sont engagés dans le dialogue interreligieux, les adeptes de toutes les religions ainsi que les hommes et les femmes de bonne volonté, ne peuvent que dénoncer et condamner sans ambiguïté ces pratiques indignes de l’homme :

  • le massacre de personnes pour le seul motif de leur appartenance religieuse ;
  • la pratique exécrable de la décapitation, de la crucifixion et de la pendaison des cadavres dans les places publiques ;
  • le choix imposé aux chrétiens et aux yézidis entre la conversion à l’islam, le paiement d’un tribut (jizya) ou l’exode ;
  • l’expulsion forcée de dizaines de milliers de personnes, parmi lesquelles des enfants, des vieillards, des femmes enceintes et des malades ;
  • l’enlèvement de jeunes filles et de femmes appartenant aux communautés yézidie et chrétienne comme butin de guerre (sabaya) ;
  • l’imposition de la pratique barbare de l’infibulation ;
  • la destruction des lieux de culte et des mausolées chrétiens et musulmans ;
  • l’occupation forcée ou la désacralisation d’églises et de monastères ;
  • la retrait des crucifix et d’autres symboles religieux chrétiens ainsi que ceux d’autres communautés religieuses ;
  • la destruction du patrimoine religieux-culturel chrétien d’une valeur inestimable ;
  • la violence abjecte dans le but de terroriser les personnes pour les obliger à se rendre ou à fuir.

Aucune cause ne saurait justifier une telle barbarie et certainement pas une religion. Il s’agit d’une offense d’une extrême gravité envers l’humanité et envers Dieu qui en est le Créateur, comme l’a souvent rappelé le Pape François.

On ne peut oublier pourtant que chrétiens et musulmans ont pu vivre ensemble - il est vrai avec des hauts et des bas - au long des siècles, construisant une culture de la convivialité et une civilisation dont ils sont fiers. C’est d’ailleurs sur cette base que, ces dernières années, le dialogue entre chrétiens et musulmans a continué et s’est approfondi.

La situation dramatique des chrétiens, des yézidis et d’autres communautés religieuses et ethniques numériquement minoritaires en Irak exige une prise de position claire et courageuse de la part des responsables religieux, surtout musulmans, des personnes engagées dans le dialogue interreligieux et de toutes les personnes de bonne volonté. Tous doivent être unanimes dans la condamnation sans aucune ambiguïté de ces crimes et dénoncer l’invocation de la religion pour les justifier.

Autrement quelle crédibilité auront les religions, leurs adeptes et leurs chefs ? Quelle crédibilité pourrait avoir encore le dialogue interreligieux patiemment poursuivi ces dernières années ?

Les responsables religieux sont aussi appelés à exercer leur influence auprès des gouvernants pour la cessation de ces crimes, la punition de ceux qui les commettent et le rétablissement d’un état de droit sur tout le territoire, tout en assurant le retour des expulsés chez eux. En rappelant la nécessité d’une éthique dans la gestion des sociétés humaines, ces mêmes chefs religieux ne manqueront pas de souligner que le soutien, le financement et l’armement du terrorisme est moralement condamnable.

Ceci dit, le Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux est reconnaissant envers tous ceux et celles qui ont déjà élevé leurs voix pour dénoncer le terrorisme, surtout celui qui utilise la religion pour le justifier.

Unissons donc nos voix à celle du Pape François : « Que le Dieu de la paix suscite en tous un désir authentique de dialogue et de réconciliation. La violence ne se vainc pas par la violence. La violence se vainc par la paix ! ».

[01287-03.01] [Texte original : Français]



 


Appel pour le Proche-Orient

 

22 août 2014 2014

La Conférence des Évêques de France, le Secours Catholique Caritas-France et l’Œuvre d’Orient lancent un appel à la prière et à la générosité.

Proche-Orient : prier et agir sans tarder !

Comme d’autres minorités, nos frères du Proche-Orient, dont les pays sont déchirés par les guerres, crient au secours. Entendons-nous leur appel ? Qu’en faisons-nous ?

La Conférence des Ëvêques de France, bouleversée par les drames qui se déroulent sous nos yeux et dont ont été témoins directs plusieurs d’entre nous, appuie notamment les actions du Secours Catholique-Caritas France et de l’Œuvre d’Orient qui se sont tournés vers elle. Par leur présence sur le terrain, ces organisations d’Ëglise sont directement solidaires des chrétiens du Proche-Orient et des victimes des trois conflits majeurs qui secouent la région : Irak, Israël-Palestine et Syrie, avec son impact sur les pays limitrophes.

Depuis les tout premiers jours, des équipes Caritas, partenaires du Secours catholique-Caritas France, sont auprès des populations déplacées au nord de l’Irak, des victimes des bombardements à Gaza et des Syriens victimes du conflit dans le pays ou réfugiés en Jordanie et au Liban. L’Œuvre d’Orient soutient les actions des Jésuites dans la région de Homs en Syrie, et apporte une aide directe à des dispensaires ainsi qu’à des familles syriennes et irakiennes, grâce aux prêtres et institutions religieuses encore sur place.

Depuis trois ans, le Secours Catholique-Caritas France et l’Œuvre d’Orient ont chacun apporté des sommes très importantes pour financer des actions concrètes. Pour continuer et répondre aux besoins de plus en plus vitaux et de plus en plus urgents, votre soutien est indispensable. Merci pour vos dons et pour votre prière.

Mgr Georges Pontier

Archevêque de Marseille
Président de la Conférence des Évêques de France



 


Ensemble 2 générations

 

3 mai 2017 2017

L’association "Ensemble 2 générations" propose à des personnes âgées d’héberger un jeune (à partir de 18 ans) en échange d’une présence aidante et rassurante.

Plusieurs formules de logement sont possibles.

L’association assure un suivi régulier du binôme pendant la durée de cohabitation.

Contact de l’association "ensemble2générations" sur le Val de Marne :

Elisabeth Grigorieff



 


Affaire Vincent Lambert, choisir la fidélité palliative

 

28 juin 2014 2014

PARIS, 27 juin 2014 (Zenit.org)

Dans un communiqué publié le 26 juin 2014, Mgr Bernard Podvin, porte-parole des évêques de France, réagit à l’Affaire Vincent Lambert, plaidant pour « une fidélité palliative » : « ni acharnement, ni suicide assisté ».

Le Conseil d’État français a en effet autorisé l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert, un patient de 38 ans en état pauci-relationnel, le 24 juin dernier.

Saisie par les parents de Vincent Lambert, la Cour européenne des droits de l’homme a demandé à la France le 25 juin de « suspendre provisoirement l’exécution de l’arrêt du Conseil d’État » en attendant que la Cour se prononce sur la recevabilité et le bien-fondé de l’affaire.

***********************

Mille signes de Mgr Podvin

La vie est un don

Qu’est-donc cette idéologie qui cherche à amalgamer l’hydratation d’un frère souffrant à de l’acharnement ? Un trait de civilisation élémentaire n’est-il pas depuis toujours de prodiguer le verre d’eau à autrui, humecter ses lèvres, serait-il notre pire ennemi ? En quoi serait-il inconvenant de le faire à un proche en état « pauci-relationnel » ? Ce que l’on nomme « l’affaire Lambert » fait, hélas, dire de nombreuses aberrations. L’essentiel est d’être près de celui que l’on aime jusqu’au bout. Présence humble et aimante. Les mains vides en offrande d’une affection partagée. Le plus fragile serait-il devenu indigne d’être accompagné ? Le fait que les proches de Vincent se déchirent, le fait qu’une instance supérieure ne se suffise pas à en discerner et juger, tout cela doit rendre humble devant la complexité et la douleur. Ces limites humaines et institutionnelles attestent que la vie est toujours plus grande que ce que nous en disons. Elle est un don ! Ne vouloir ni acharnement, ni suicide assisté, consiste à choisir la voie étroite d’une fidélité palliative. Redisons-le avec la force de l’amour.



 


Sur FRANCE 2 : Madeleine Delbrêl

 

21 août 2014 2014

Le dimanche 13 juillet à 11h30, l’ émission de Fr 2 « le Jour du Seigneur » célébrera le 50ème anniversaire de la mort de Madeleine Delbrêl ; à cette occasion sera diffusé un documentaire sur cette grande figure spirituelle du 20ème siècle.



 


Le film "CHRISTEROS" sort au cinéma Le Lido le 11 juin

 

2 juin 2014 2014

Si vous voulez profiter de ce beau moment de cinéma, n’hésitez pas à y aller dès le 11 juin : dans certaines villes, il n’est resté qu’une semaine à l’affiche ! Les résultats décideront de la suite.

"Cristeros", le "Braveheart Mexicain", est une grande fresque historique, avec un casting prestigieux (Andy Garcia, Eva Longoria, Peter O’Toole et Oscar Isaac), sur une musique de James Horner (Avatar, Titanic et tant d‘autres), réalisée par Dean Wright (plusieurs fois oscarisé pour ses effets spéciaux, réalisateur d’une partie de Narnia et du Seigneur des Anneaux).

Qui savait que des dizaines de milliers de mexicains sont morts dans les années 20 pour avoir défendu la liberté de conscience ?

Le film "Cristeros" retrace l’histoire du peuple mexicain qui a subi les lois martiales et anti-cléricales du gouvernement issu de la révolution. Après plusieurs années de résistance pacifique (pétitions, manifestations, tractations, boycott économique, ...) et en réaction aux persécutions commises par l’armée fédérale, le peuple mexicain a pris les armes au cri de "Viva Cristo Rey !" (Vive le Christ-Roi).

Cette superproduction américaine (avec ses quelques travers : son genre "western" et sa vision parfois manichéenne) interpelle sur le totalitarisme, la défense de la liberté religieuse, l’opportunité du recours à la violence, la force de l’Esprit, le doute dans l’épreuve, la conversion, l’interventionnisme intéressé des Etats-Unis, les clivages et atermoiements au sein du clergé ...

Cette guerre civile a fait entre 90 000 et 250 000 morts dans l’indifférence quasi-générale du reste du monde. Jean-Paul II consacra l’héroïsme spirituel des Cristeros : 21 prêtres et laïcs canonisés en 2000, 13 autres élevés au rang de martyrs en 2004.

Loin des paillettes du festival de Cannes, ce film est distribué avec peu de moyens (le sujet est moins dans l’air du temps que La Vie d’Adèle ...) d’où l’importance du bouche à oreille et des réseaux sociaux pour faire la promotion de ce film historique qui peut toucher au delà des cercles cathos.

Viva Cristo Rey !

Pour soutenir la diffusion du film, n’hésitez pas à en parler très largement autour de vous à vos familles, collègues, amis, connaissances.



 


Conférence-débat interreligieuse

 

28 juin 2014 2014 par Daniel

L’association Cordoba est heureuse de vous convier le dimanche 22 juin à sa prochaine conférence-débat

« Les trois monothéismes : vrais et faux antagonismes » .

Cette conférence-débat sera suivie d’un concert de musique religieuse juive, chrétienne et musulmane, par un ensemble sous la direction de Gabriel Hagaï et Khaled Roumo.

Dimanche 22 juin à 18h, salle Jean-Paul Goude,
2 ter avenue Pasteur, à Saint-Mandé.
Contact :
Emeric Carré



 


Conférence : quels outils pour transmettre ?

 

15 mai 2014 2014

Conférence organisée par l’AFC (Associations familiales catholiques du Val de Marne) le jeudi 5 juin à 20h30 à la mairie de St-Maur-des-Fossés sur le thème "Comment éduquer mon enfant, quels outils pour transmettre ?"

Cliquez ici pour télécharger l’affiche



 


Invitations aux personnes séparées

 

16 mai 2014 2014

Peut-être avez-vous vécu une séparation ?

Peut-être que le repas du dimanche est un moment où vous souhaiteriez vous retrouver avec d’autres ?

Nous vous invitons à partager le repas du dimanche midi, une fois par mois, avec d’autres personnes de nos paroisses…

Cela pourra aussi être l’occasion de partager nos joies et nos difficultés…

Les paroisses de Saint-Maur et de Charenton, Joinville, Saint-Maurice et d’autres…adressent "aux personnes séparées" une

INVITATION

 Quand & où ?

  •  Dimanche 20 octobre : St Pierre à Charenton
  •  Dimanche 24 novembre : ND du Rosaire à Saint Maur
  •  Samedi 7 décembre : St Fr de Sales + pèlerinage à ND des Miracles
  •  Dimanche 19 janvier : St André à St Maurice
  •  Dimanche 9 février : St Charles à Joinville
  •  Dimanche 16 mars : Réco en diocèse à Thiais
  •  Dimanche 6 avril : St Hilaire à La Varenne
  •  Dimanche 4 mai : Ste Anne à Joinville
  •  Dimanche 15 juin : sortie conviviale en journée
  •  28 ou 29 juin : marche en diocèse (à confirmer)

Pour tout renseignement :








« Il faut dire à celles et ceux qui pourraient avoir le sentiment d’être en marge de l’Eglise qu’ils ont toute leur place au sein de celle-ci.
Comme Evêque, j’ai besoin de vous, je compte sur vous pour être les messagers de l’espérance et de la confiance. »

Mgr Michel SANTIER



 


"Moi, Philippe, prêtre, je ne peux pas passer mon chemin"

 

24 janvier 2014 2014

Tribune du cardinal Philippe Barbarin sur la Manif pour tous

Retrouvez ci-dessous la tribune du cardinal Philippe Barbarin parue le jeudi 23 janvier 2014, dans le journal La Croix..

[http://lyon.catholique.fr/?Moi-Philippe-pretre-je-ne-peux-pas]

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Mgr-Philippe-Barbarin-archeveque-de-Lyon-Moi-Philippe-pretre-je-ne-peux-pas-passer-mon-chemin-!-2014-01-23-1095341

Après une année de mobilisation, on entend ici ou là que le Mariage pour Tous aurait divisé les Français, et les catholiques en particulier. C’est vrai pour une part. Mais ce qui frappe aussi, ce sont les nouvelles convergences qui sont nées, parfois inattendues. Je n’oublierai pas, par exemple, le président du Conseil Régional du Culte Musulman, de Rhône-Alpes, répondant à la presse à mes côtés, le 13 janvier 2013 : « Non, il ne faut pas cette loi pour la France ! » Intérieurement, j’entendais : « Que votre oui soit oui ; que votre non soit non ! » Et je me disais : « Il sait dire non, lui, avec douceur et fermeté. »

Des dialogues ont été amorcés et approfondis, ce qui a permis de connaître et de comprendre comme jamais auparavant, la situation de personnes homosexuelles. Plusieurs d’entre elles m’ont encouragé à manifester.

Pour de nombreux chrétiens, ce fut l’occasion de mettre en œuvre la dernière consigne de Jésus : « Vous serez mes témoins. » Parmi les témoignages, j’en retiens trois : la pétition de 700 000 signataires « oubliée » par le Conseil Economique Social et Environnemental, les foules innombrables qui ont envahi les rues de Paris et les places de nos villes de Province en 2013, puis l’émergence forte, respectueuse et silencieuse des veilleurs.

Chez les « Anti-Mariage pour Tous », on observe toutefois désormais deux groupes qui s’opposent : les « Jusqu’au-boutistes », capables d’organiser une manifestation nommée « jour de colère » avec l’envie d’en découdre, et les « A-quoi-bonistes » qui considèrent que la grande bataille du mariage étant perdue, il faut passer à autre chose, comme si le vote de la loi invalidait désormais tout débat.

Il s’agit là, à mon avis, de chemins étrangers à ce que nous indique l’Evangile. Le Seigneur ne nous demande pas une obligation de résultats… Nous n’avons pas été envoyés pour gagner, mais pour témoigner car, au soir de notre vie, nous ne serons pas jugés sur nos victoires mais sur l’amour, et selon un seul critère, essentiel, celui de notre attitude vis-à-vis des plus petits.

Faut-il continuer à prier, parler, agir et à se manifester ? « Oui », et ce au nom même de l’Evangile du jugement dernier que l’on pourrait prolonger ainsi : « J’ai été privé d’un de mes parents dès ma naissance, et vous ne vous êtes pas manifestés ! »

Le changement de civilisation annoncé par Christiane Taubira se joue maintenant, spécialement dans le cadre de la Loi « Familles ». Elle ne parlera ni de GPA, ni de PMA mais on sait que, chassées par la porte officielle, ces questions rentreront par la fenêtre des amendements. On dit aussi que le gouvernement attend l’avis du Comité consultatif national d’éthique, mais on a pris soin d’écarter des voix discordantes.

Si l’accès à la PMA et la GPA est ouvert, c’est toute la filiation qui se trouvera bouleversée et désorientée. Pour la première fois, verra le jour une génération d’enfants privés intentionnellement de l’un de leurs parents. Qu’on pense simplement aux arbres généalogiques, tels qu’ils sont symbolisés jusqu’à ce jour, et tels qu’ils pourraient l’être demain : « Seules les fleurs artificielles n’ont pas besoin de racines » prévenait le philosophe.

Au fond, ces mesures consacreraient le droit de l’adulte sur le droit de l’enfant, le droit du plus fort sur celui du plus faible… déjà terriblement mis à mal par la loi sur l’avortement, qui se présentait comme une loi d’exception pour répondre à des situations de détresse, et que nous voyons dériver à vive allure depuis quelques décennies. Faudra-t-il supporter une nouvelle fois l’injustice revêtue des habits de la loi ? Chacun d’entre nous peut, aujourd’hui, reconnaître son existence comme le fruit de l’union d’un homme et d’une femme, quels qu’aient été les frasques ou les accidents de la vie de nos ancêtres, de nos parents... Qu’en sera-t-il demain ? Que dirons-nous aux enfants qui nous demanderont comment nous avons laissé faire cela ?

Heureusement, une parole traverse les siècles et les cultures, c’est celle de la conscience, inscrite dans le cœur et l’esprit des hommes. La Parole de Dieu l’éclaire et la rappelle. Il faut remercier tous les veilleurs : ils ne s’endorment pas et nous aident à rester vigilants. Pour les enfants sans naissance, sans parents, sans voix, pour les personnes sans âge, sans avenir, pour les sans-papiers, sans-pays, sans-domicile-fixe… Et pour tous les « sans » qui sont nos prochains d’aujourd’hui, la parabole du Bon Samaritain m’interpelle : moi, Philippe, prêtre, je ne peux pas « passer mon chemin » !

Le 2 février, à Lyon, ce sera le sens de ma présence à La Manif pour Tous.



 


Les élections municipales : déclaration des évêques de France

 

17 avril 2014 2014

Déclaration du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France

Les élections municipales : une chance pour le bien commun

Paris, le 11 décembre 2013

Mgr Georges PONTIER, Archevêque de Marseille, Président
Mgr Pierre-Marie CARRÉ, Archevêque de Montpellier, Vice-président
Mgr Pascal DELANNOY, Évêque de Saint-Denis, Vice-président
Cardinal André VINGT-TROIS, Archevêque de Paris
Mgr Jean-Claude BOULANGER, Évêque de Bayeux et Lisieux
Mgr François FONLUPT, Évêque de Rodez et Vabres
Mgr Jean-Paul JAMES, Évêque de Nantes
Mgr Hubert HERBRETEAU, Évêque d’Agen
Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise
Mgr Benoît RIVIÈRE, Évêque d’Autun, Chalon et Mâcon



 


Communiqué de l’AFC sur l’euthanasie

 

19 décembre 2013 2013

Communiqué de presse
16 décembre 2013

Euthanasie : le Gouvernement pourrait bien avoir obtenu ce qu’il cherchait !

Aujourd’hui, lundi 16 décembre, la « conférence citoyenne » organisée par le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) à la demande du président de la République s’est prononcée en faveur de la reconnaissance légale d’une « exception d’euthanasie ».

Pour les AFC, cette conclusion est inacceptable pour deux raisons majeures.

Sur la forme d’abord, un avis avait déjà été rendu l’été dernier par le CCNE, suite à une consultation publique des Français – professionnels, experts ou simples citoyens – sous la conduite du Professeur Sicard. Le CCNE avait alors estimé qu’une « légalisation » de l’euthanasie « n’était pas souhaitable ». Ses membres avaient exprimé « des réserves majeures et recommandent de ne pas modifier la loi actuelle ». Peut-on faire croire qu’une consultation de 20 personnes peut tenir lieu d’Etats généraux ? Le Gouvernement va-t-il organiser des consultations jusqu’à ce qu’elles disent ce qu’il veut entendre ? La brèche ouverte par la « conférence citoyenne » pourrait permettre au Gouvernement de satisfaire la partie la plus transgressive de son électorat. La « conférence citoyenne » a-t-elle été organisée dans ce seul but ?

Sur le fond ensuite, que signifie une « exception d’euthanasie » ? A partir de quand peut-on décider ou juger qu’il est préférable pour une personne de mourir plutôt que de vivre ? Peut-on accepter que certaines vies puissent être accompagnées jusqu’à la fin et que, pour d’autres, seule la mort soit la solution envisagée ? Il est impossible d’en préciser des critères objectifs et des limites claires, ouvrant ainsi la porte à une banalisation de l’euthanasie. Car au nom de quoi, alors, pourrait-on la refuser ? Les questions et les drames auxquels la Belgique doit faire face, confrontée même à des demandes d’euthanasie de la part de mineurs, doivent être intégrés dans le champ de réflexion.

Plutôt que d’ouvrir la porte à la légalisation de l’euthanasie, il est urgent et nécessaire de mieux former les soignants et les Français à la loi Léonetti afin qu’elle soit réellement appliquée pour éviter des situations complexes – et douloureuses – qui soulèvent à chaque fois la question de l’euthanasie.

Pour les AFC, enfin, ce sujet interpelle personnellement chacun et la question de la fin de vie ne peut être tranchée au seul motif de maintenir une promesse électorale. La portée et la gravité des questions soulevées interrogent chaque citoyen sur la manière d’humaniser ses relations et d’envisager la solidarité.

Contact presse :
Aude Ducros
01 48 78 81 08
a.ducros@
afc-france.org

Les Associations Familiales Catholiques (AFC) sont un cadre d’engagement et d’entraide offert à tous ceux qui veulent agir dans la cité au service de la famille à la lumière de l’enseignement de l’Eglise Catholique. Elles représentent 35 000 familles et ont fêté leurs Cent Ans en 2005.
Pour en savoir plus : www.afc-france.org

28 place Saint-Georges
75009 Paris
email : cnafc chez afc-france.org
tél : 01 48 78 81 61
fax : 01 48 78 07 35
www.afc-france.org



 


Dîner de paroissiens

 

12 septembre 2019

Connaissez-vous la personne
qui est assise à côté de vous à la messe ?

Nous vous proposons de nous rencontrer autour d’un
dîner convivial et intergénérationnel, par groupes de 6
à 8 personnes, chez une personne qui sera tirée au
sort.

Comment cela va-t-il se passer ?

Certains acceptent de recevoir 4 à 6 personnes au
maximum et préparent uniquement le plat principal.
Les autres inscrits apportent soit l’entrée/pain, soit le
fromage/vin, soit le dessert.

Le rendez-vous est fixé samedi 25 janvier 2014 à la messe de 18h à l’église ND du Rosaire :

  • 19h : apéritif au fond de l’église et distribution des adresses des hôtes ;
  • départ dans les familles ;
  • 22h : retour à ND du Rosaire pour les complies d’1/4 d’heure.

Inscriptions et organisation début janvier



 


Appel de la Société de Saint Vincent de Paul

 

25 août 2013 2013

Tous les mois, nous vous annonçons la date de la collecte le 1er samedi du mois, mais notre activité de recyclage
solidaire ne s’arrête pas là ! Afin de collecter plus de 12 tonnes de papier par mois, et de trier et classer 300 tonnes
de livres par an, c’est 15 à 20 caisses de livres
par semaine de chez Approche, deux après-midis par
semaine de tri
de livres et de papiers, plusieurs collectes à domicile ou auprès des écoles, et c’est surtout
de très nombreux
bénévoles qui viennent nous aider.

Appel pour la confection des confitures

Vous êtes nombreux à apprécier les confitures fabriquées tous les ans par une de nos consœurs. Alors si vous
avez des
fruits dans votre jardin en trop grand nombre,
et que vous avez besoin d’aide pour les ramasser,
merci de nous contacter au 01 42 83 76 76.



 


La fraternité n’est pas une option, c’est une nécessité

 

17 mai 2013 2013

Les participants du rassemblement DIACONA appellent tous les baptisés et tous les hommes et femmes de bonne volonté qui se retrouvent dans les valeurs de l’Evangile, à se mettre en route, ensemble, pour construire une société juste et fraternelle. Une société où l’attention aux pauvres guide toutes nos actions.



Vous trouverez des informations supplémentaires sur le site web de Diacona2013 : http://diaconia2013.fr/



 


Conférence de Philippe Arino : "L’homosexualité en vérité"

 

21 avril 2013 2013

Cette conférence aura lieu le 26 avril à 20h30 au 11 avenue Joffre



 


La vocation, un acte de foi

 

12 janvier 2013 2013

A l’occasion de l’Année de la Foi, découvrez ou re-découvrez le dossier consacré à “La vocation, un acte de foi !” du magazine Vocations : 20 pages d’éclairages, de témoignages et de pistes de réflexion pour comprendre, discerner et répondre à l’appel du Christ dans nos vies.

Vous pouvez consulter en direct et feuilleter ce dossier en cliquant ici.

Si vous souhaitez diffuser ce numéro, commandez-le à :
l’Œuvre des Vocations, 15 rue des Ursins 75004 Paris
Tél. 01 46 33 30 18

Site d’où sont extraits ces documents : http://www.paris.catholique.fr/La-v...



 


La Bible est-elle la Parole de Dieu ? L’authenticité des Ecritures

 

5 février 2013 2013 par Daniel

Dans le cadre de l’année de la foi, il y aura à la Maison des Arts et de la Culture à Créteil une exposition sur la Bible (Expo-Bible).

Michael Langlois, qui est venu récemment nous présenter un exposé sur les manuscrits de la Mer morte, répond à des questions sur la Bible lors de l’émission MaCasbah.net sur le thème de l’authenticité des Ecritures. Dans le film de Dailymotion, vous pouvez aller directement à 9.50 si vous souhaitez sauter la partie musicale.

Michael Langlois est docteur ès Sciences historiques et philologiques de l’EPHE–Sorbonne, maître de conférences HDR à l’université de Strasbourg et chercheur associé au CNRS / Collège de France (UMR7192).
Spécialiste de littérature hébraïque et araméenne, ses recherches portent actuellement sur l’écriture de la Bible, les civilisations du Proche-Orient antique, le judaïsme ancien, et le christianisme naissant

Un fragment des manuscrits de la Mer morte



 


Communiqué du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France publié le 16 janvier 2013

 

17 janvier 2013 2013



"Depuis de longs mois, nous avons alerté le gouvernement et l’opinion publique sur le risque de clivage profond que représentait, au sein de la société française, le projet de loi permettant le mariage et l’adoption pour les personnes de même sexe. Ce clivage est d’autant plus malvenu que notre pays connaît une période de fortes difficultés économiques et sociales qui devrait, au contraire, amener les responsables politiques à rassembler le pays.

"L’ampleur exceptionnelle de la manifestation du dimanche 13 janvier montre, s’il en était besoin, que cette alerte était fondée. Dans les trois cortèges convergeant vers le Champ de Mars, des gens de toutes les régions de France, jeunes ou plus âgés, en famille, avec leurs enfants ou seuls, de toutes opinions, de toutes religions ou sans religion, ont défilé avec conviction, dans la bonne humeur et sans agressivité à l’égard de quiconque. Dans cette grande diversité, la caractéristique commune était la reconnaissance de la famille, l’intérêt supérieur des enfants et le respect de la filiation.

"Une majorité politique ne peut, sans dommage pour le bon fonctionnement démocratique, ignorer les réactions que suscite chez tant de nos compatriotes le projet d’une telle « réforme de civilisation ». La mission du politique est d’offrir le cadre d’une authentique réflexion sociale sur ces questions majeures que sont la transmission de la vie et la nature des liens humains. C’est pourquoi nous souhaitons, qu’à l’occasion du débat parlementaire, les élus et les politiques proposent des solutions et des formulations qui soient respectueuses du caractère hétérosexuel du mariage, de la filiation et des personnes homosexuelles.

"Pour notre part, comme évêques, nous invitons les communautés catholiques, à poursuivre la réflexion sur ces enjeux fondamentaux".


Les membres du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France :

Cardinal André VINGT-TROIS, archevêque de Paris, président de la CEF
Mgr Hippolyte SIMON, archevêque de Clermont, vice-président de la CEF
Mgr Laurent ULRICH, archevêque de Lille, vice-président de la CEF

Mgr Jacques BLAQUART, évêque d’Orléans
Mgr Jean-Claude BOULANGER, évêque de Bayeux et Lisieux Mgr Jean-Pierre GRALLET, archevêque de Strasbourg
Mgr Hubert HERBRETEAU, évêque d’Agen
Mgr Jean-Paul JAEGER, évêque d’Arras
Mgr Jean-Paul JAMES, évêque de Nantes.

Site web de la Conférence des évêques de France



 


Discours du Cardinal André VINGT-TROIS

 

5 novembre 2012 2012

Dans le contexte sociétal que nous savons, le Cardinal André Vingt-Trois a ouvert ce samedi 3 novembre 2012 l’Assemblée Plénière des évêques de France. Il exprime à nouveau avec vigueur la motivation qui ne peut laisser indifférents devant les enjeux du « mariage pour tous » et du respect de la vie de son début à sa fin.

Les enjeux du « mariage pour tous » et le respect de la vie de son début à sa fin.

ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE DES ÉVÊQUES
DISCOURS D’OUVERTURE

par le Cardinal André VINGT-TROIS
Archevêque de Paris, président de la Conférence des évêques de France
Lourdes – Samedi 3 novembre 2012


Chers Frères et Amis,


L’assemblée plénière que nous ouvrons aujourd’hui ne manquera pas de sujets d’actualité pour nourrir nos débats et nos conversations privées. Vous comprendrez sans doute que, revenant juste de la session ordinaire du synode des évêques, les sept évêques français qui y ont participé soient encore sous l’impression très vive de ce grand moment de la vie de notre Église et que nous tentions de vous en rendre compte. Non seulement le thème choisi : « La nouvelle évangélisation et la transmission de la foi chrétienne », en vaut la peine, mais aussi la conjoncture du calendrier qui correspond au cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II.

1. Le concile : un printemps pour l’Église.

Le Pape Benoît XVI a voulu célébrer solennellement cet anniversaire en
ouvrant l’Année de la foi. La célébration eucharistique, à laquelle assistaient
le Patriarche Bartoloméos et l’Archevêque de Cantorbéry, rassemblait les
présidents des conférences épiscopales du monde et les participants au
synode. Nous avions tous conscience de la portée actuelle de cette
commémoration. C’était une belle et forte affirmation de l’attachement de
l’Église aux résultats du concile et de son engagement à en poursuivre la mise en œuvre. Par l’universalité des participants nous pouvions mesurer combien ce concile a marqué l’Église à travers le monde.

Le concile Vatican II ¬pas plus qu’aucun des vingt autres conciles œcuméniques qui l’ont précédé¬n’est pas derrière nous, il est devant nous ! Il est derrière nous pour les travaux qui ont été accomplis en leur temps, il est derrière nous pour les débats qui l’ont animé. Mais le concile Vatican II est encore largement devant nous pour ses fruits. Il est devant nous pour sa fécondité. Il est devant nous pour le développement des dynamismes qu’il a suscités dans l’Église, par l’intérêt qu’il a soulevé dans le monde.

Depuis notre rassemblement national du mois de mars dernier, par lequel nous avons lancé les manifestations françaises de l’anniversaire du concile, chacun de nos diocèses a pris sa part du travail nécessaire pour remettre en mémoire les fruits de ce concile et les actualiser dans la mission de nos églises particulières. Nous ne l’avons pas fait comme les historiens d’un âge d’or qui aurait eu lieu il y a cinquante ans et dont on ne saurait plus rien. Nous ne sommes pas les gardiens nostalgiques d’un esprit du concile qui serait partout sauf précisément dans les textes du concile. Nous ne sommes pas les survivants d’une espèce de vieille armée, blanchie sous le harnais, et qui veut à tout prix entretenir les souvenirs de sa jeunesse.

Nous sommes des héritiers, nous avons hérité un patrimoine du concile comme nous avons hérité un patrimoine de l’Église. Et l’acte conciliaire qui s’est ouvert il y a cinquante ans a été un formidable travail de fond pour actualiser ce patrimoine de l’Église, pour le rendre plus accessible non seulement aux érudits, non seulement aux exégètes, non seulement aux théologiens, non seulement aux clercs, mais à tous les membres de l’Église. C’est cette diffusion du patrimoine de la tradition chrétienne telle que nous la recevons de l’Écriture et telle que nous l’interprétons dans la communion de l’Église qui devient le ferment et le dynamisme d’un renouveau missionnaire. C’est le sens de la nouvelle évangélisation et de l’année de la foi.

Comment pourrions¬nous oublier les transformations profondes que le concile a provoquées dans la capacité des chrétiens à accueillir, à partager et à annoncer la Parole de Dieu ? L’établissement d’un lectionnaire liturgique qui suit de façon continue la lecture des épîtres et des évangiles, avec des lectures de l’Ancien Testament, l’ouverture d’une réflexion profonde et structurée sur le rapport de l’Écriture à la Tradition, une meilleure évaluation théologique du dynamisme de récapitulation que le Christ opère par sa Résurrection, tout cela ouvre nos yeux et nos esprits à une approche renouvelée du monde qui nous entoure, non pas comme le symbole de la perversion et de la damnation, mais comme le terrain où Dieu lui¬même est venu prendre chair, pour éveiller aux cœurs des hommes l’image divine qu’il y a déposée par son acte créateur.

Comment oublier le basculement des mentalités entraîné par
l’approche non seulement théologique, mais aussi pratique, des relations
avec les Églises et les communautés chrétiennes ? Comment oublier le
renouvellement de notre regard sur nos frères orthodoxes, sur nos frères
protestants ? Comment oublier le virage spectaculaire que Nostra Aetate a
fait prendre à nos relations avec les autres religions, notamment l’Islam et le
Judaïsme ? Comment oublier le discours de Jean-Paul II à Casablanca et ses
démarches prophétiques à la synagogue de Rome et au Mur des
Lamentations ? Mais aussi, comment ne pas souffrir de voir certains des
membres de notre Église se livrer au « libre examen » et s’instaurer
interprètes autorisés du concile à la place du Magistère, au mépris de la
véritable tradition ?

Célébré dans un moment de grandes mutations de nos sociétés, le
concile Vatican II ne doit pas être tenu pour responsable des ébranlements
qui ont marqué les années 1960-1980. Au contraire, nous avons des raisons
d’être fiers de ce grand événement qui préparait prophétiquement l’entrée
dans le troisième millénaire.

2. Le synode des évêques.

L’un des fruits du concile a été la mise en oeuvre progressive d’une
pratique concrète de la collégialité par les travaux du synode des évêques.
Cette XIII° assemblée générale a montré la fécondité de l’institution. À
travers les séances plénières et le travail des groupes linguistiques, nous
avons vu évoluer progressivement la manière de comprendre dans sa
dimension complète le thème initialement proposé. Partis d’une perspective
dominée par le souci de rejoindre les chrétiens européens éloignés de
l’Église, nous avons peu à peu mesuré que la nouvelle évangélisation
concerne aussi les jeunes Églises et nous avons approfondi une orientation
vers une évangélisation renouvelée qui pose finalement les questions
fondamentales de l’annonce de l’unique foi chrétienne dans l’extrême
diversité des situations à travers les cinq continents. Elle suppose une
véritable conversion spirituelle pour renouveler en nous la puissance du
témoignage. Plus que de stratégie et de moyens, c’est d’un recentrage sur le
Christ qu’il a été question : c’est lui qui est l’Évangile de Dieu. C’est son
Esprit qui nous envoie.

Nous avons entendu les difficultés, allant parfois jusqu’à l’agression
physique, auxquelles sont confrontés les chrétiens dans le monde : entraves
à la liberté de conscience, tentations d’un retour aux pratiques païennes,
séduction de certains nouveaux mouvements religieux à tendance sectaire,
développement d’un athéisme pratique dans la post modernité, nivellement
des références culturelles par la globalisation médiatique, etc. Nous avons
entendu le témoignage des Églises pour lesquelles l’annonce explicite de
l’évangile est impossible. Elles proposent chaque jour le témoignage
silencieux de l’évangile vécu et leur fidélité aboutit parfois au martyre.
Nous avons aussi évoqué le témoignage de foi vécu dans toutes les oeuvres
caritatives de l’Église. Nous avons éprouvé notre communion avec ces
frères et soeurs qui sont viscéralement attachés au Christ à travers le monde
entier.

Le message final du synode vous a sans doute permis de saisir
l’importance de ce que nous avons vécu pendant ces trois semaines.
Maintenant, en entrant dans l’Année de la foi, c’est à nous de tirer quelques
conséquences de cette expérience de l’Église universelle. Comment ce grand
élan de la nouvelle évangélisation va-t-il relancer un dynamisme nouveau
dans nos communautés particulières ? Comment les paroisses, les
mouvements, les groupes de toute sorte qui sont constitués au nom du
Christ vont-ils être renouvelés dans leur vocation missionnaire ? Comment
notre appel à la mission va-t-il en être revigoré ?

Nous savons bien que, chez nous, la situation du christianisme s’est
beaucoup transformée au cours des dernières décennies. Le passage d’un
christianisme sociologique à un christianisme de conviction s’est accéléré et
nous en retrouvons les traces dans l’éloignement pratique de beaucoup de
baptisés par rapport à la vie de leur Église. Moins que d’une hostilité, qui
est plutôt le fait de quelques militants, il s’agit plutôt d’une indifférence.
Mais ces chrétiens « indifférents » sont aussi nos fidèles et tous nos efforts
pastoraux sont mobilisés pour les rejoindre et raviver, s’il se peut, la mèche
qui fume encore. D’autres secteurs entiers de notre société sont
complètement ignorants du christianisme dont ils ne connaissent que les
caricatures médiatiques. D’autres encore sont croyants d’autres religions.

Cette grande diversité de notre environnement social appelle de
notre part, une révision constante de nos approches et de nos initiatives.
Nous mesurons que les modèles pastoraux qui fonctionnaient dans une
société culturellement chrétienne n’ont plus la même prise dans un
environnement culturel éclaté. C’est une nouvelle période de la mission qui
s’est ouverte devant nous et pour laquelle nous devons motiver et former
les hommes et les femmes qui ont à annoncer l’évangile à tous. Ce travail,
nous l’avons entrepris ensemble depuis plusieurs décennies pour susciter et
encourager la proposition de la foi. Nous le poursuivrons avec constance.

3. La loi républicaine.

La crise économique atteint de plus en plus l’ensemble de notre
société. Des entreprises ferment et la précarité s’étend. Des actes de violence
barbares heureusement isolés, montrent l’extrême fragilité de notre tissu
social et le désarroi de nombreuses familles qui ont besoin d’être soutenues
et confortées dans leur mission éducative.

C’est dans ce contexte préoccupant que le gouvernement fait passer
en urgence des mutations profondes de notre législation qui pourraient
transformer radicalement les modalités des relations fondatrices de notre
société. Des changements de cette ampleur imposaient un large débat
national qui ne se contente pas d’enregistrer des sondages aléatoires ou la
pression ostentatoire de quelques lobbies. Nous aurions été heureux,
comme dans d’autres occasions, notamment pour les lois de bio éthique,
d’apporter notre contribution à ce débat. L’élection présidentielle et les
élections législatives ne constituent pas un blanc-seing automatique, surtout
pour des réformes qui touchent très profondément les équilibres de notre
société. Puisque ce débat n’a pas encore été organisé, nous voulons du
moins exprimer un certain nombre de convictions et alerter nos concitoyens
sur la gravité de l’enjeu.

Contrairement à ce que l’on nous présente, le projet législatif
concernant le mariage n’est pas simplement une ouverture généreuse du
mariage à de nouvelles catégories de concitoyens, c’est une transformation
du mariage qui toucherait tout le monde. Ce ne serait pas le « mariage pour
tous » (étrange formule qu’il ne faut sans doute pas prendre au pied de la
lettre !). Ce serait le mariage de quelques-uns imposé à tous. Les
conséquences qui en découlent pour l’état civil en sont suffisamment
éloquentes : a-t-on demandé aux citoyens s’ils étaient d’accord pour ne plus
être le père ou la mère de leur enfant et ne devenir qu’un parent
indifférencié : parent A ou parent B ? La question fondamentale est celle du
respect de la réalité sexuée de l’existence humaine et de sa gestion par la
société. Alors que l’on prescrit la parité stricte dans de nombreux domaines
de la vie sociale, imposer, dans le mariage et la famille où la parité est
nécessaire et constitutive, une vision de l’être humain sans reconnaître la
différence sexuelle serait une supercherie qui ébranlerait un des
fondements de notre société et instaurerait une discrimination entre les
enfants.

Que pouvons-nous faire ? Face à ces mesures qui menacent notresociété, que pouvons-nous faire ? Que devons-nous faire ? Nous devons d’abord inviter à prier puisqu’il s’agit de provoquer et soutenir la liberté de conscience de chacun. Comme pasteurs de notre Église, il nous incombe d’éclairer les consciences, de dissiper les confusions, de formuler le plus clairement possible les enjeux. Comme évêques, nous nous efforçons d’être des interlocuteurs pour les responsables politiques et les parlementaires. Nous n’hésitons pas à faire appel à leur liberté de conscience pour des projets et des votes qui engagent plus qu’une simple alternance politique. Nous en appelons à leur sens du bien commun qui ne se réduit pas à la somme des intérêts particuliers.

Nous continuons d’appeler les chrétiens, et tous ceux qui partagent notre analyse et nos questions, à saisir leurs élus en leur écrivant des lettres personnelles, en les rencontrant et en leur exprimant leurs convictions. Comme citoyens, ils peuvent, et peut-être doivent, utiliser les moyens d’expression qui sont ceux d’une société démocratique, d’une « démocratie participative », pour faire connaître et entendre leur point de vue. Les sites de la conférence épiscopale et ceux de nos diocèses présentent toutes sortes d’arguments qui sont finalement assez connus. Une chose doit être claire : nous ne sommes pas dans une défense de je ne sais quels privilèges
confessionnels. Nous parlons pour ce que nous estimons le bien de tous. C’est pourquoi nous ne mettons pas en avant la question du sacrement de mariage qui est une vocation particulière, mais la fonction sociale du mariage qui ne dépend d’aucune religion.

Notre société est très sensible et vigilante sur le respect dû aux enfants. Elle attend de ses responsables qu’ils prennent la défense des plus faibles et qu’elle les protège. C’est pourquoi, dans cette période il est important de rappeler un certain nombre de droits fondamentaux, qui sont le fruit de la sagesse cumulée de notre civilisation et qui ont marqué sa sortie progressive de la barbarie. Chacun des droits et des impératifs éthiques qui en découle et que nous énonçons ici s’impose à la conscience morale des hommes, quelle que soit leur croyance religieuse ou leur incroyance. Aucune règle, et a fortiori aucune loi, ne pourra jamais nous décharger de notre responsabilité personnelle et des enjeux de notre liberté.

  1. Aucun être humain n’a le pouvoir de disposer de la vie de son semblable, à quelque stade que ce soit de son développement ou de son itinéraire et quels que soient les handicaps dont il peut être frappé ou la détérioration de son état de santé. Chacun de nous est responsable du respect de cet interdit absolu du meurtre et notre société doit s’employer àéliminer les manquements à cette obligation. Dès lors que le respect absolu de la vie humaine ne serait plus la règle défendue par la société, les individus entreraient dans une dynamique de suspicion et d’angoisse. Qui
    va décider si et jusqu’à quand je peux vivre, jusqu’à quel seuil de handicap, quel seuil de douleur, quel seuil de gêne pour les autres, quel coût pour la société ?
  2. Tout être humain conçu a le droit de vivre à quelque moment que ce soit de son développement. Celui et celle qui l’ont appelé à la vie en sont responsables et la société doit les soutenir et les aider dans l’exercice de cette responsabilité. Le respect de l’embryon participe de cette protection que la société doit aux plus faibles de ses membres. Alors que les recherches sur les cellules souches adultes donnent déjà lieu à des applications thérapeutiques et que le prix Nobel de médecine vient d’être attribué au Professeur Yamanaka et au Professeur Gurdon pour leurs travaux sur la reprogrammation des cellules différenciées en cellules pluripotentes, certains voudraient autoriser plus largement encore la recherche sur des cellules souches embryonnaires. De telles recherches restent moralement inacceptables et économiquement hasardeuses.
  3. Tout enfant venu au monde a droit à connaître ceux qui l’ont engendré et à être élevé par eux, conformément à la Convention Internationale relative aux droits de l’enfant ratifiée par la France en 1990 (article 7 /1 : « L’enfant est enregistré aussitôt sa naissance et a dès celle-ci le droit à un nom, le droit d’acquérir une nationalité et, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux. »). Ce droit impose de ne pas légaliser les procréations anonymes qui rendent cet impératif impossible à tenir. Dans certaines situations exceptionnelles des personnes peuvent, pour le bien de l’enfant, assumer généreusement la
    responsabilité parentale. Elles ne peuvent jamais se substituer totalement à l’homme et à la femme qui ont engendré l’enfant.
  4. Tout enfant a droit à être éduqué. Cette obligation repose d’abord sur les parents qui sont les premiers responsables de l’éducation de leurs enfants. La société doit les soutenir et les aider dans cette mission, aussi bien par les aides financières, qui reconnaissent leur apport pour un meilleur avenir de l’ensemble de notre société, que par des aides pédagogiques qui sont souvent très nécessaires. L’obligation de l’éducation repose ensuite sur l’institution scolaire qui a la charge de transmettre les savoirs nécessaires à l’exercice de la liberté personnelle, mais aussi le devoir de développer chez les jeunes la reconnaissance et le développement d’un certain nombre de qualités morales sur lesquelles reposent le consensus social et l’apprentissage de relations respectueuses et pacifiques entre les membres du corps social. Nommer le bien et le mal fait partie de cette responsabilité collective.
  5. Les enfants ou les jeunes délinquants, quels que soient leur statut juridique : français, étrangers, en situation régulière ou non, ne doivent pas être traités par la seule incarcération. Dans une démarche éducative, la punition peut être nécessaire. Elle doit toujours avoir pour objectif la transformation positive de celui qui l’a méritée. Elle ne doit pas éluder les responsabilités des adultes dans le déclenchement, l’organisation ou l’exploitation de la délinquance : réseaux organisés de mendicité, institution du trafic de drogues, prostitution, pornographie publique, etc.


Pour terminer, je voudrais évoquer un droit qui concerne directement l’exercice de notre religion et qui, à ce titre, fait partie des éléments constitutifs de la laïcité, comme l’avait très bien compris et institutionnalisé J. Ferry. Il s’agit du droit des enfants à recevoir une formation chrétienne librement choisie par leur famille comme le complément de leur formation scolaire. Il est trop clair que nous ne sommes plus dans la même situation qu’à la fin du XIX° siècle. Mais puisque le ministre de l’Éducation Nationale veut entreprendre un réaménagement de l’ensemble du temps scolaire et qu’il souhaite le faire dans une pratique de la concertation, il serait assez étrange que cette concertation exclue la consultation de l’Église qui catéchise plus du quart des enfants de France. À ce jour, nous suivons avec intérêt la liste des organisations consultées. Nous attendons toujours de savoir quand et comment nous le serons.

Pour nous, cette question est primordiale puisqu’elle touche plus particulièrement les enfants dont les familles ont le moins de possibilités concrètes d’organiser le temps libre de leurs enfants. Ce sont ces enfants qui ont aussi souvent le plus de difficultés à trouver les chemins d’une bonne insertion sociale. Ils n’y seront pas aidés si le temps de la catéchèse devient une sorte de créneau négligé dans l’organisation du temps scolaire. Les enfants catholiques, comme ceux des autres religions, ont le droit de disposer d’un temps convenable pour cette formation.

Bien d’autres sujets auraient mérité notre attention. Certains seront abordés au cours de nos travaux. Nous aurions pu aussi échanger sur les visites ad limina. Mais nous le ferons avec plus de profit quand les trois groupes d’évêques auront terminé le cycle de ces visites. Ce qui ne nous empêchera pas d’échanger nos premières impressions de manière informelle.

Bon travail.


****************************************

Vous trouverez ici le document publié et plus dinformations sur le site Eglise catholique en France

CONTACT-PRESSE : Vincent Fauvel, relations médias de la CEF
58, av. de Breteuil, 75007 Paris – www.eglise.catholique.fr
Tél. 01 72 36 68 48 Port. 06 42 42 26 98 - vincent.fauvel chez cef.fr



 


10ème pelerinage des pères de famille

 

4 juin 2018 2018

les 30 juin et 1er juillet 2018 (rdv le 29 juin au soir), sur les chemins de l’Ile de France,
avec la présence de Mgr Nahmias, évêque de Meaux.

Partir en pèlerinage, c’est s’offrir une vraie coupure au début de l’été, un temps privilégié de marche (entre 30 et 40 km), de partage, et de prière entre pères (et grands-pères).

Pour confier à Dieu nos familles et nos projets, dans une belle dynamique de pèlerinage. Pour mettre en lumière notre vocation de père, d’époux, et de serviteur de notre famille.

Renseignements et inscriptions : www.ppf-idf.fr et ppf-idf chez afc-melun.org

Contacts sur Saint-Maur :



 


90ème Journée missionnaire mondiale

 

12 octobre 2016 2016

"L’Eglise a pour mission d’annoncer la miséricorde de Dieu, coeur battant de l’Evangile"
- Pape François -

Depuis 1926, toute l’Église catholique fête en même temps la Journée Missionnaire Mondiale, l’avant dernier dimanche du mois d’octobre, cette année le 23 octobre 2016. La Semaine Missionnaire Mondiale répond a un triple objectif :

  • S’informer sur la vie des communautés chrétiennes à travers le monde ;
  • Prier pour la Mission ;
  • Faire un geste de partage en faveur du Fonds Missionnaire Mondiale.

En 2016, son animation s’appuie sur la dynamique de l’année jubilaire de la Miséricorde voulue par le pape François. En phase avec la mission universelle qui nous est confiée, le thème de la Semaine Missionnaire Mondiale 2016 est Annoncer la Miséricorde.

  • En période de fin de l’année du Jubilé de la Miséricorde, arrive le temps de la mise en oeuvre de ce que nous avons découvert.
  • Pendant le Jubilé nous avons eu l’occasion de cheminer, de vivre et de mieux comprendre ce qu’est la Miséricorde de Dieu.
  • Vient le temps de la mise en oeuvre. Le thème choisi nous y engage et nous appelle à témoigner de la Miséricorde de Dieu pour tous les peuples.

Cliquez ici pour lire le message du Pape François.

Pour plus de détails, consultez le site des Oeuvres pontificales missionnaires "Pour que vive l’Eglise, partout dans le monde"



 


2017, année électorale : quelques éléments de réflexion.

 

5 mars 2017 2017

Déclaration du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France

La France va vivre une année électorale importante avec l’élection présidentielle et les élections législatives. À la veille de ce qui doit être un authentique débat démocratique, nous souhaitons appeler nos concitoyens à tenir compte de certains enjeux qui nous paraissent engager notre avenir de façon déterminante. Nous le faisons à la lumière de nos convictions enracinées dans la tradition chrétienne et des textes publiés par le Pape François au cours des années écoulées.

1. Démocratie et société de violence

La pratique démocratique établit des règles de débat qui permettent de confronter des convictions et de choisir pacifiquement entre différents projets de société. Quand la vie démocratique tombe dans le discrédit ou l’impuissance, les intérêts particuliers et les groupes de pression s’habituent à user de leurs moyens de contrainte pour forcer les responsables politiques à satisfaire leurs demandes. L’excès de lois trop circonstancielles émousse la force de la loi et le respect qui lui est dû. On s’efforce de dénier les procédures démocratiques pour obtenir par la contrainte, ou même la violence, ce que l’on n’a pas obtenu dans les urnes.

Si nous voulons progresser dans les pratiques démocratiques, nous devons promouvoir l’exercice du droit de vote en développant dans la société un véritable débat qui échappe aux postures, aux « petites phrases » et aux ambitions personnelles.

Le jeu médiatique, établi sur la mise en valeur excessive de la polémique et de la dénonciation, focalise l’attention générale sur des conflits de personnes ou des ambitions particulières en négligeant les convictions et les propositions argumentées. Il fait apparaître les projets et les candidats comme un jeu de rôles dans lesquels les enjeux ne sont présentés que comme des prétextes. Il ne favorise pas la confrontation pacifique, mais en développant la violence verbale, il contribue à développer une sorte d’hystérie de la vie publique.

Pour favoriser un véritable débat national, la campagne électorale à venir devra éviter les risques de crispations identitaires tout en faisant droit au fait national : nos racines, notre culture, notre patrie avec son histoire, ses responsabilités et ses atouts, la place et l’importance du fait religieux et des religions.

2. Pour un projet de société

Le débat démocratique n’est pas une fin en soi. Il est au service de la confrontation entre des opinions et des projets. Il doit donc être une occasion d’expliciter quel projet de société nous voulons soutenir et promouvoir. Trop souvent les critères mis en avant se limitent à envisager et exprimer les données économiques, comme si l’économie était le seul facteur de construction de la qualité de la vie humaine, personnelle et collective.

L’être humain est plus qu’un élément du processus économique. Les progrès technologiques et économiques doivent être au service du bien de tous et non seulement du profit de quelques-uns. C’est donc vers une économie du partage que nous devons avancer, vers un partage plus équitable du travail et des fruits du travail.

La qualité humaine d’une société se juge aussi à la manière dont elle traite les plus faibles de ses membres : ceux qui sont laissés au bord du chemin de la prospérité, personnes âgées, malades, personnes handicapées… Nous ne pouvons être indifférents à aucune victime de notre société. Nous sommes responsables du respect de toute vie de son commencement à sa fin.

3. Vers un pacte éducatif

Ces progrès de la pratique démocratique vers une vie sociale paisible et plus fraternelle passent, nous le savons tous, par une meilleure qualité de l’éducation des jeunes. Cette amélioration toujours nécessaire repose sur la qualité de la scolarisation qui est trop souvent soumise à des réformes auxquelles on ne donne pas le temps de porter leurs fruits et sur lesquelles on ne fait que trop rarement une véritable évaluation. Mais surtout elle passe par une confiance à rétablir entre les familles et l’école.

Pour le bien des enfants, c’est un véritable pacte éducatif qui doit unir les familles et l’école, non une concurrence, moins encore une méfiance. Toutes les dispositions législatives ou réglementaires qui affaiblissent la stabilité des familles et les moyens d’exercer leurs responsabilités ne peuvent jamais être compensées par une exigence incantatoire envers l’école. La marginalisation d’un nombre croissant de familles, les mesures qui brouillent la filiation, celles qui favorisent les divorces et l’éclatement des familles sont payées très cher par leurs premières victimes : les enfants.

On ne peut pas espérer faire progresser la cohésion sociale en négligeant son tissu nourricier qui est la cohésion familiale. Les liens entre l’éclatement des familles, l’échec scolaire, la marginalisation des jeunes, parfois jusqu’à la délinquance, sont avérés, même si nous ne souhaitons pas le reconnaître. Les travaux du synode des évêques sur la famille, repris par le Pape François dans l’Exhortation Apostolique Amoris laetitia (La joie de l’amour), rappellent combien une famille unie est une ressource pour l’avenir et une espérance pour le bien de tous.

4. Solidarité

Une société vivante ne peut pas être la simple addition d’intérêts ou d’accords particuliers. Elle repose nécessairement sur la recherche du bien commun et la mise en oeuvre de moyens de solidarité efficace. C’est une des grandes responsabilités de l’État d’organiser cette solidarité, surtout dans les périodes de grandes difficultés économiques. Partager dans les périodes d’opulence peut paraître relativement indolore : il ne s’agit que de distribuer le superflu. Dans les périodes de restriction, il s’agit de partager en prenant sur le nécessaire.

Dans notre société, l’écart entre ceux qui peuvent compter sur la sécurité et ceux qui sont plongés dans la précarité ne cesse de s’accroître. De plus en plus de nos concitoyens ne peuvent plus bénéficier du droit au travail. Il est illusoire de penser que des indemnités financières peuvent compenser cette carence. La fragilité de l’emploi suscite des crispations de la part de ceux qui jouissent d’un emploi garanti et d’avantages sociaux assurés. La défense des droits acquis se substitue à la volonté de partager et d’intégrer de nouveaux bénéficiaires. Les plus jeunes sont les premières victimes d’un système inégalitaire. Pourtant beaucoup d’entre eux attendent d’être appelés pour prendre leur place dans notre société.

Alors que le dynamisme économique suppose des encouragements durables à l’initiative et à la prise de risque, l’État doit gérer positivement la tension entre un libéralisme sans contrôle et la sauvegarde des mécanismes de protection sociale (assurance maladie, retraite, chômage, etc.). Cet objectif doit nécessairement ressortir des projets soumis au vote des citoyens.

5. Migrants

Dans une époque où les distances et les frontières s’effacent devant la mondialisation économique et culturelle, notre volonté de solidarité ne peut pas s’enfermer dans le cadre restreint de notre pays. Les événements dramatiques qui frappent les populations du Moyen-Orient ou d’Afrique jettent sur les routes et sur la mer des centaines de milliers de réfugiés, véritables naufragés humains. Quand la Jordanie et le Liban reçoivent des millions de réfugiés, comment notre pays pourrait-il reculer devant la perspective d’accueillir et d’intégrer quelques dizaines de milliers de ces victimes ?

Mais plus largement que l’accueil des réfugiés, nous devons nous interroger sur la manière dont nous traitons des migrants arrivés dans notre pays depuis plusieurs années. Est-il aujourd’hui tolérable que des milliers d’hommes de femmes et d’enfants vivent sur notre territoire dans des conditions trop souvent inhumaines ?
Une volonté d’intégration ne peut se réaliser sans accompagnement des ruptures culturelles. La seule recherche de solutions économiques est vouée à l’échec si rien n’est entrepris pour la promotion culturelle, promotion d’une culture enracinée, qui donne ou redonne le sens d’une vie collective nationale.

6. Europe

Nous sommes bien conscients que la France, à elle seule, ne peut solutionner ces situations dramatiques. Nous ne pouvons contribuer à les soulager que dans le cadre de la solidarité européenne. D’une certaine façon, notre vieille Europe joue son avenir dans la manière dont elle réagit. Soit elle nourrit l’illusion de pouvoir barrer la route à toutes les misères pour protéger sa relative prospérité, soit elle s’engage courageusement dans des politiques d’accueil.

L’accueil serait aussi une illusion s’il ne s’accompagnait pas de véritables programmes de soutien dans les pays d’origine des migrations : soutien économique et soutien politique pour lutter contre la misère endémique et les procédés antidémocratiques de certains gouvernants. Cette lutte doit suivre les engagements internationaux pris pour l’aide au développement et peut conduire à des interventions dans différents pays, comme la France l’a fait au cours des années écoulées.
Mais le projet européen ne peut se poursuivre ni se développer sans une véritable adhésion des peuples d’Europe. Cette adhésion suppose de respecter davantage le fait historique et culturel des nations qui composent le continent. Une véritable pratique de la subsidiarité, telle qu’elle est inscrite dans ses textes fondateurs, serait une nouvelle chance pour l’Europe.

7. Ecologie

Il y a à peine un an, la tenue en France de la Cop21, nous sensibilisait à notre responsabilité commune envers l’humanité. Le Pape François nous a rappelé gravement cette responsabilité dans l’encyclique Laudato si. L’enjeu écologique n’est pas simplement une vision naturaliste du monde, c’est une prise de conscience morale des risques de déséquilibre climatique et économique que court la planète.
Responsables de la « maison commune », il nous faut mieux tenir compte des dégâts que provoque une société tout entière fondée sur l’augmentation de la consommation. Nous avons la charge d’un monde qui a ses limites et nous ne pouvons pas l’épuiser comme s’il était sans limites. La sagesse nous invite à revoir nos modèles de consommation et à inventer un monde moins destructeur et plus juste.

Devant les défis auxquels notre société est confrontée, le risque principal serait de renoncer à lutter pour l’avenir et de céder à la tentation du fatalisme. Trop de nos concitoyens en sont arrivés à croire que la situation est bloquée et que personne n’est capable de la débloquer. Les ressources de notre pays, ressources économiques, humaines, culturelles et spirituelles nous permettent de rejeter ce fatalisme. Elles engagent chacun et chacune à exercer son discernement et sa responsabilité pour le bien de tous.

Pour celles et ceux qui ont foi en Dieu et qui vivent dans la communion au Christ, les difficultés que nous rencontrons ne sont pas un appel au renoncement. Au contraire, elles nous acculent à investir toutes nos capacités pour construire une société plus juste et plus respectueuse de chacun. Cela s’appelle l’espérance.

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France
Mgr Georges PONTIER, Archevêque de Marseille, président de la CEF
Mgr Pierre-Marie CARRÉ, Archevêque de Montpellier, vice-président de la CEF
Mgr Pascal DELANNOY, Évêque de Saint-Denis, vice-président de la CEF
Cardinal André VINGT-TROIS, Archevêque de Paris
Mgr Jean-Claude BOULANGER, Évêque de Bayeux et Lisieux
Mgr François FONLUPT, Évêque de Rodez
Mgr Hubert HERBRETEAU, Évêque d’Agen
Mgr Jean-Paul JAMES, Évêque de Nantes
Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise
Mgr Benoit RIVIÈRE, Évêque d’Autun, Chalon et Mâcon



 


Antenne "consommateurs’ de l’AFC de Saint Maur des fossés

 

12 septembre 2019

L ‘AFC de Saint-Maur-des-Fossés (Val de Marne) vous accueille dans son antenne consommateurs :

Vous êtes un particulier et vous avez un désaccord à formuler à l’encontre d’un fournisseur ou d’un prestataire de service (fournisseur d’énergie, opérateur téléphonique, commerçant, agence de voyage, toute entreprise du secteur marchand).
Vous souhaitez un conseil dans vos démarches ou une aide personnalisée.

Une antenne de défense des consommateurs vous accueille au 105 boulevard de la Marne (bureau 19 au rez-de-chaussée du bâtiment, côté rue, annexe de l’église Saint-Hilaire )

- A compter du 1er septembre 2019 l’accueil sera assuré uniquement sur rendez-vous les premiers et troisièmes mercredis de chaque mois de 17h à 19h (hors vacances scolaires). Il n’y aura plus de permanence assurée en dehors de ces rendez-vous .

Pour prendre rendez-vous téléphoner au 07 69 74 69 87.
L’ASSOCIATION FAMILIALE CATHOLIQUE DE SAINT MAUR, est membre de la CNAFC, association agréée de défense des consommateurs depuis 1987.

Les rendez-vous peuvent être pris, hors vacances scolaires, jusqu’au 31/12/2019 aux dates suivantes :

- Mercredis :
- 18 septembre 2019
- 2 octobre 2019
- 16 octobre 2019
- 6 novembre 2019
- 20 novembre 2019
- 4 décembre 2019
- 18 décembre 2019



 


Les mouvements et services dans la paroisse

 

31 août 2016 2016 par Paroisse Notre-Dame du Rosaire

  • Amicale franco-portugaise
  • Animation musicale de la messe
  • Art floral au service de la liturgie
  • Association Familiale Educative
  • Equipes liturgiques
  • Equipes Notre Dame Jeunes
  • Mouvement Spirituel des Veuves


 


Secours Catholique

 

13 novembre 2017 2017

Ces derniers temps, le Secours catholique a répondu à un nombre croissant de demandes d’aide sur St Maur. Plus que jamais, il a besoin de votre aide.

L’Equipe du Secours catholique de St Maur, forte d’une trentaine de bénévoles, est organisée de la façon suivante :

- Tous les matins de 9 à 12 heures sauf mercredi et dimanche : Accueil de jour avec petit déjeuner, douche possible, changement et lavage du linge si nécessaire.

- Les lundi et jeudi après midi de 14 à 16 heures : Accueil démarches, à savoir entretiens particuliers avec personnes seules ou familles en difficulté pour aide éventuelle soit financière, soit alimentaire, soit vestimentaire .

Parallèlement, accès ces 2 après midi à la boutique de solidarité où sont vendus des vêtements à des prix modiques.

La collecte du papier ou Activité de tri solidaire

Depuis plus de 50 ans, la Conférence Saint Vincent de Paul de St Maur puise une partie de ses ressources dans la revente de papiers préalablement triés afin qu’ils soient recyclés. À cette activité, nous avons ajouté la vente de livres d’occasions qui nous sont donnés. Ces activités sont en constante augmentation et nous sommes passés à 2 ramassages mensuels au 68 avenue Joffre (les premiers et troisièmes samedis de chaque mois) avec une activité de tri, deux après-midis par semaine et une vente de livres d’occasion tout au long de l’année.

N’hésitez pas à nous signaler toute volonté d’initiative car nous souhaitons associer de plus en plus de paroissiens à nos activités, jeunes et moins jeunes, sous forme de quelques heures par an ou plus si les personnes le souhaitent.



 


Conférence Saint Vincent de Paul

 

23 septembre 2012 2012

La Conférence Saint Vincent de Paul vient en aide aux plus démunis. A Saint-Maur, 4 équipes travaillent en coopération avec les organismes sociaux.

« Aimer, Partager, Servir »

Fondée il y a 175 ans par Frédéric Ozanam, notre association totalise 700 000 membres en 48 000 « Conférences » (ou équipes) dans 140 pays.

En France 16 000 bénévoles dans 1 100 conférences s’efforcent de pratiquer une charité de proximité.

A Saint-Maur 4 équipes travaillent en coopération avec tous organismes sociaux. Deux réunions par mois le soir permettent de prier ensemble et de réfléchir aux difficultés rencontrées.

Nos actions : visites à domicile à personnes isolées, nombreux dépannages ponctuels (EDF, loyers, etc..), distribution de colis alimentaires.

Nos ressources : quêtes en paroisse, dons, vente de vieux journaux, de confitures, ...

Pour mieux partager les tâches et répondre aux besoins grandissants, nous avons besoin de nouveaux bénévoles.

.

Vous trouverez, en cliquant ici, un extrait de l’allocution prononcée pour les 80 ans de la Conférence Notre-Dame du Rosaire.
.



 


C.C.F.D.

 

24 mai 2012 2012

Mouvement d’Église qui a reçu mission des évêques de France de faire vivre la solidarité entre les peuples.

Comité Catholique Contre la Faim et le Développement

le CCFD est un acteur de développement travaillant dans l’espace international. pour aider à faire changer les mentalités et les comportements en luttant contre les causes structurelles de la pauvreté.

Deux missions lui ont été confiées :
- appuyer des projets de développement
- sensibiliser l’opinion publique à la situation des pays pauvres

Animation de la campagne de carême : collecte de Carême et animation de messe pendant ce temps fort.

L’événement « Bouge ta planète » est aussi un moment important pour informer les jeunes sur les problèmes de la solidarité à travers une animation spécifique.



 


Groupe Inter-religieux

 

22 mai 2012 2012

Ce groupe dit « de liaison » entre les chrétiens catholiques et protestants (de l’Église réformée de France, les juifs de la synagogue de la Varenne et les musulmans du centre communautaire de Bonneuil existe depuis 1992.

Des rencontres régulières permettent aux responsables religieux d’échanger, d’apprendre à se connaître et à s’estimer, de préparer une conférence annuelle.
En 2009 cette conférence se tiendra à la Mairie de Saint-Maur.

Dans l’esprit du Concile Vatican 2, les catholiques participent à ces rencontres estimant que cette connaissance mutuelle est précieuse pour nous enrichir et ébattre de nos traditions spirituelles respectives



 


Invitation aux Personnes Séparées

 

31 août 2008 2008

Peut-être avez-vous vécu une séparation ?
Peut-être que le repas du dimanche est un moment où vous souhaiteriez vous retrouver avec d’autres ?
Nous vous invitons à partager le repas du dimanche midi, une fois par mois, avec d’autres ami(e)s de nos paroisses et vos enfants sont invités, bien sûr !
Cela peut aussi être l’occasion de partager nos joies et nos difficultés…

Comment faire ? Un dimanche chaque mois de 12h30 à 15h00. Chacun apporte un plat pour partager un grand buffet que nous pourrons dresser pour tout mettre en commun (les cuisiniers et cuisinières peuvent nous faire goûter leurs spécialités préférées...)
Les dates et lieux sont précisés sur un tract disponible dans nos 5 paroisses. Apéritif et café offerts

Le Seigneur cherche tous ses enfants : c’est ce que notre Église veut manifester en vous invitant vous qui vivez une séparation après avoir vécu en couple..



 


Amicale Franco-Portugaise

 

31 août 2008 2008

Ce groupe regroupe plusieurs activités sur la paroisse à savoir :
- la chorale franco-portugaise le deuxième vendredi de chaque mois à l’oratoire de l’église
- la préparation de la fête de Notre Dame du Rosaire (patronne de notre paroisse) qui est apparue à Fatima en 1917 et qui est vénérée à l’église chaque année autour du 13 octobre depuis 1994. Un chapelet franco-portugais avec une procession aux "chandelles" a lieu le samedi soir après la messe autour de 19h15. La messe du dimanche le lendemain à 11 heures est aussi dédiée à cette fête de Notre Dame. Elle est généralement suivie d’un apéritif avec d’excellentes spécialités portugaises.



 


Groupe des 25/45 ans

 

31 août 2008 2008

Les week-end « 25-45 ans » rassemblent chaque année 30 adultes des paroisses de Saint Maur.

A travers des petits groupes de discussion, en écoutant des témoignages, en découvrant la vie d’une communauté de religieux, ces week-ends à 2 heures de Paris sont une invitation à la détente, à la réflexion et à la prière.

Les thèmes varient chaque année : « A l’écoute de soi, des autres, de Dieu », « la paix soit avec vous », « Heureux, celui qui... »

Une équipe de laïcs, un diacre et sa femme, les différents prêtres de Saint-Maur nous accompagnent

Célibataires, couples ou personnes séparées, paroissiens engagés ou plus loin de l’Église, chacun trouve sa place.



 


A.C.I.

 

22 novembre 2008 2008

Action Catholique des milieux Indépendants

L’ACI, est comme son nom l’indique, un mouvement d’action catholique orienté vers les milieux indépendants c’est-à-dire ceux qui ne se réclament ni du monde rural, ni du monde ouvrier.

La démarche d’action catholique est une démarche de révision de vie, c’est à dire de relecture de notre vie, qui se résume en trois mots : Regarder, Discerner, Transformer.

Ceci dans un cadre où Évangile et Société est un défi à vivre ensemble.

Le mouvement est national : Il compte plusieurs milliers de membres . Sur le diocèse il y a une vingtaine d’équipes dont 3 à Saint Maur.

Elles se réunissent en général une fois par mois chez l’un des membres d’équipes.

Le mouvement propose chaque année un axe de réflexion ainsi qu’un parcours de méditation. Cette année ce fut « Job, compagnon d’humanité et le lien social ».



 


Association Familiale Catholique

 

22 juin 2018 2018

Association Familiale Catholique

« L’avenir de l’humanité passe par la famille. » Jean-Paul II

L’AFC est un cadre d’engagement et d’entraide offert à tous ceux qui veulent agir au service de la famille à la lumière de l’enseignement de l’Église catholique.

Nos actions :
- promouvoir la vie de la conception à la mort naturelle,
- apporter un angle familial à toutes questions de société,
- conforter les parents dans leur rôle de « premiers éducateurs »,
- aider les personnes qui en ont besoin dans la résolution de leurs litiges.

35 000 familles sont représentées par les AFC. Et votre famille ?

- Prochaines activités :

JEUDI 26 MAI GRANDE VEILLEE POUR LA VIE

Prière, témoignage, Adoration.
en présence des évêques des huit diocèse d’Ile de France

Rendez-vous à Notre Dame de Paris à 20h30 avec Monseigneur Santier et notre conseiller religieux le père Stéphane Aulard.

MARDI 31 MAI CONFERENCE

Mairie de Saint Maur
Place Charles de Gaulle

LES CHRETIENS D’ORIENT
Les chrétiens persécutés dans un Moyen-Orient à la croisée des chemins

PDF

Avec le Père Pascal Gollnisch, directeur général de l’Oeuvre d’Orient.



 


M.C.C.

 

22 novembre 2008 2008

Mouvement des Cadres Chrétiens

Le MCC a pour objectif d’humaniser la vie autour de soi dans l’entreprise, de voir comment on peut y vivre de façon chrétienne. Cela commence par un texte d’évangile, qui est discuté et médité, puis il y a un débat sur un sujet en rapport avec l’entreprise en général.

Public concerné : Cadres et dirigeants d’entreprises

Il y a environ 3 équipes de 6 couples ou célibataires, qui se réunissent 1 fois par mois. On se reçoit les uns chez les autres.

1 fois par an, les 3 équipes se retrouvent pour un week-end de réflexion sur un thème avec en général un intervenant.

Puis en fin d’année il y a une dernière soirée compte rendu.



 


Œcuménisme

 

31 août 2008 2008

"Que tous soient un.Comme toi, Père, tu es en moi et que je suis en toi, qu’ils soient un en nous, afin que le monde croie que tu m’as envoyé" Jn17,21

A Saint-Maur les paroisses catholiques vivent depuis longtemps des relations fraternelles avec les autres communautés chrétiennes implantées sur notre ville.

Autour de l’Expo Bible en 1996, ces relations œcuméniques se sont intensifiées. En 2007, nous avons de nouveau vécu une « Année de la Bible ».

Chaque année a lieu du 18 au 25 janvier la semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Souvent, nous prenons un temps de prière commune au cours de cette semaine.

Sur notre quartier du Parc Saint-Maur est implantée l’Église réformée de France (Avenue Joffre). D’autres Églises existent : l’Eglise Évangélique, l’Église luthérienne libre, l’Église Évangélique chinoise (quai de la Pie).

Cette année, les jeunes catholiques de l’aumônerie des lycées publics ont passé une soirée ave leurs homologues protestants.

Nous cherchons à multiplier les occasions de rencontres fraternelles en toute simplicité.



 


M.S.V.

 

22 novembre 2008 2008

Mouvement Spirituel des Veuves

MSV est un mouvement pour aider les veuves du diocèse dans leur épreuve à vivre autrement, à témoigner de leur espérance, de leur foi en la Résurrection, à être au service de leur famille, de l’Église, du monde.

Au moment de la Toussaint et du Carême, 2 rencontres diocésaines.

Réunion des équipes chaque mois.



 


M.C.R.

 

22 novembre 2008 2008

Mouvement Chrétien des Retraités / Vie Montante

Retraités et pré-retraités, Vous disposez d’un peu plus de temps et de liberté. Consacrer quelques heures chaque mois, pour le Seigneur et pour les autres, est-ce trop demander ?

Si vous désirez rencontrer des amis, partager avec eux un moment, découvrir avec eux de nouvelles raisons d’aimer, d’agir et d’espérer, Si vous désirez approfondir votre foi par une réflexion communautaire pour mieux porter aux autres la bonne nouvelle de Jésus-Christ, pour mieux faire rayonner autour de vous la joie de vivre et l’espérance qui vous animent,

le Mouvement Chrétien des Retraités vous attend le 4ème vendredi du mois, d’octobre à juin, de 14 h 30 à 16 h, à l’oratoire de l’église pour une réunion spirituelle sur un thème prévu à l’avance.



 


Equipe Notre Dame (E.N.D.)

 

2 janvier 2009 2009

Les Equipes Notre-Dame

Les E.N.D., mouvement d’Église, proposent aux couples chrétiens unis par le sacrement de mariage :
- un lieu privilégié pour vivre l’Évangile
- un moyen pour être heureux en couple et en famille
- un cheminement et une entraide entre couples.

Chaque équipe, constituée de 4 à 5 couples chrétiens accompagnés d’un prêtre, se réunit une fois par mois. Sous le regard de Dieu, les membres de l’équipe : prient, partagent un repas, mettent en commun les événements les plus marquants du mois et leurs efforts de progression sur 4 points, à savoir l’écoute de la Parole de Dieu, la prière personnelle, la prière conjugale (et si possible familiale) et le dialogue conjugal, échangent sur un thème religieux sur lequel ils ont réfléchi pendant le mois.



 


Les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (Les E.D.C.)

 

23 novembre 2008 2008

Les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens

Le mouvement des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (Les EDC) propose mensuellement à ses membres, de chercher comment répondre à l’appel de l’Évangile dans l’exercice actif de leurs responsabilités d’entrepreneur et dirigeant chrétien.

Les membres s’attachent tout particulièrement à :
* Apporter un soutien humain et spirituel au dirigeant,
* Proposer un lieu d’échange professionnel et personnel entre pairs,
* Mettre la foi chrétienne au cœur de la vie des dirigeants,
* Favoriser l’approfondissement de la mission des dirigeants à la lumière de l’Évangile,
* Poursuivre la réflexion chrétienne en matière économique et sociale,
* Transformer les mentalités individuelles et collectives pour reconnaître en chacun la présence du Christ et l’action de l’Esprit Saint.



 


C.V.X.

 

23 novembre 2008 2008

Communauté Vie Chrétienne

Objectif : Ensemble, cheminer avec le Christ et les hommes, servir le monde et l’église selon la spiritualié de St Ignace de Loyola.

Que proposons-nous ? Des rencontres toutes les 3 semaines de 2h en petites équipes, permettent de vivre un temps fort de partage.

Chaque rencontre se déroule en 4 temps principaux : Prière à partir de la Parole, Partage de vie dans le respect de la parole de chacun, Échange pour approfondir, s’éclairer mutuellement, soutenir chacun dans ses responsabilités, Évaluation pour faire mémoire de ce qui nous a touché au cours de la réunion.

Au-delà des rencontres, la CVX invite à participer à des rassemblements régionaux, à des congrès nationaux (tous les 4 ans), à des formations, etc.

Présente dans 61 pays sur les 5 continents, la CVX regroupe 6000 membres en France répartis dans 25 Régions.



 


Chantiers Education

 

12 juin 2014 2014

Service d’entraide de l’AFC, les Chantiers éducation nous permettent, à nous parents dans un environnement en perpétuelle mutation, de nous conforter, de cheminer et construire ensemble sur des sujets concrets, de retrouver le sens de notre mission de père et de mère.

Chaque « chantier » regroupe 8 à 10 mères, encadrées par une responsable et une animatrice, qui se réunissent, tout au long de l’année, une fois par mois pendant 2 heures.

Chaque réunion associe, selon une méthodologie spécifique, l’échange d’expérience et un travail de réflexion mené ensemble, autour d’un thème concret d’éducation. Les pères sont associés à ces réunions au niveau de la préparation et par les repères éducatifs que la mère rapportera de la réunion.

Sur St Maur, 7 "chantiers éducation" fonctionnent actuellement et peuvent accueillir des nouvelles participantes.

http://www.afc-france.org/education...


Responsable :
Géraldine CHEBROU



 


LE PARCOURS ALPHA COUPLE : un beau cadeau !...

 

23 novembre 2014 2014

LE PARCOURS ALPHA COUPLE : un beau cadeau !

Nous avons eu la chance de participer aux 7 dîners du parcours Alpha couple, et nous en sommes heureux.
En effet, à travers ces soirées aux chandelles, et dans l’intimité d’un tête à tête, nous avons revisité notre couple, nos attentes, nos difficultés, nos pardons, nos projets et nos rêves.
Les différents thèmes proposés par un couple témoin (par exemple les langages de l’amour, comment gérer les conflits,…) nous ont permis de passer du temps ensemble, de nous écouter et d’avancer.

Vous allez dire : a-t-on besoin d’un parcours Alpha couple pour se parler ?!
Non, bien sûr ! Mais c’est quand même l’occasion de se poser durant 8 soirées, et d’offrir ce temps à notre couple pour en prendre soin.
Merci à toute l’équipe, dont les cuisiniers et les serveurs qui ont régalé nos papilles !

Un nouveau parcours démarre le mardi 13 janvier 2015. Les inscriptions sont ouvertes : vous pouvez déjà réserver l’une des 15 tables auprès de Virginie au 06 74 20 79 70 ou par e-mail : alphacouple94100 chez gmail.com

Agnès & Didier Vincens

Les dates ? Les mardis 13 et 27 janvier, 10 février, 03, 10 et 24 mars, et les 07 et 14 avril 2015
Les horaires ? de 20h15 à 22h30
Le lieu ? à la Maison Paroissiale 11 avenue Joffre à Saint-Maur
Des questions ? contacter Virginie :



 


Témoignages : douze hommes pour Dieu

 

7 septembre 2012 2012

Ordinations sacerdotales 2012

qui ont eu lieu samedi 30 juin à la cathédrale Notre-Dame de Paris

Prier avec les ordinés :

Emmanuel
« Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; et tout homme qui vit et qui croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » (Jn 11, 25-26)
L’affirmation forte de la destinée éternelle de tout homme, grâce à la résurrection du Christ, m’a toujours marqué, dans ce passage. Sans doute la force de la question adressée à Marthe par le Christ ("Crois-tu cela ?"), question directe, presque provoquante, y est-elle pour beaucoup. Souvent, les personnes non croyantes se demandent quel sens cela a que de donner sa vie pour devenir prêtre. Comme dit saint Paul, si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est vaine. S’il n’est pas là pour nous sauver du mal, du péché, de la mort, tout ce que nous faisons comme pasteur n’a pas de sens. Notre mission, c’est de conduire les personnes vers le salut, vers le ciel. Les libérer de la mort, en leur donnant le Christ, qui est la résurrection et la vie. Ce verset est le kérygme en réalité.

Laurent
« Je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance. » (Jn 10, 10)
Le Fils de Dieu est venu dans notre monde pour nous faire partager l’intimité qu’Il entretient de toute éternité avec le Père. Le prêtre est choisi et ordonné pour offrir à l’humanité rachetée ce salut, spécialement à travers les sacrements, à travers l’Eucharistie.

Grégoire
« Si je n’ai pas la charité, je ne suis rien » (1 Cor 13, 2)
Ces mots de saint Paul disent à quelle profondeur se joue le ministère sacerdotal : non pas dans le brillant des paroles, mais dans l’épaisseur de la charité portée par le sacrifice du Christ. Un prêtre enseigne d’abord et surtout par ses actes.

Nicolas
« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis pour que vous alliez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. » (Jn 16,16)
Je fais partie de la congrégation des augustins de l’Assomption, dans laquelle j’ai prononcé mes vœux perpétuels il y a deux ans. L’ordination est pour moi un déploiement de cet engagement. Ce que j’aime dans cette citation biblique, c’est l’insistance qui est faite sur l’appel de Dieu. C’est lui qui nous choisit et nous appelle pour la mission, avec une promesse de fruits très évangélique.

Étienne
« Et le Verbe s’est fait chair, il a planté sa tente parmi nous » (Jean 1, 14)
Ce verset est en rapport avec mon sujet d’étude, la christologie. C’est très théologique, très beau.

Nicodème
« Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra aller et venir, et il trouvera un pâturage » (Jean 10, 9) « Je suis le bon pasteur. Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis » (Jean 10, 11)
J’ai fait le choix de ces deux phrases car ce sont les deux piliers du chapitre 6 de l’évangile de saint Jean. Le Christ y explique ce qu’est son sacerdoce, et c’est à ce sacerdoce que je participerai. Ce sacerdoce est une méditation et un sacrifice. Le prêtre, au nom du Christ, nourrit les brebis et pardonne les péchés. Le prêtre, en donnant sa vie, mène les brebis vers les bons pâturages divins.

Édouard
« L’espérance ne déçoit jamais ! C’est pourquoi libre à l’égard de tous, je me fais tout à tous » (Rm 5,5 ; 1 Co 9, 22)
C’est une phrase profondément liée à mon histoire et à mon appel. Car c’était un acte d’espérance que de m’engager vers le sacerdoce sans y être particulièrement encouragé par mes proches. Aujourd’hui, en devenant prêtre, je renouvelle cet acte d’espérance, posé en pleine liberté, dans le Christ et dans l’Église, notamment par notre archevêque qui m’a fait confiance en m’appelant.

Arnaud
« Le sacerdoce, c’est l’amour du cœur de Jésus » : curé d’Ars
Le curé d’Ars, à travers ces propos, montre une image exigeante et belle du sacerdoce : une image qui allie l’humilité personnelle à la conscience d’une vocation qui le dépasse. Qui insiste également sur le fait qu’aimer le Christ pour aimer les autres et le laisser les aimer à travers nous est à l’origine de toute vocation sacerdotale. Cette grande figure qu’est le curé d’Ars est également un de mes modèles, puisque durant toute sa vie, celui-ci a montré que le prêtre n’est pas tant un grand frère à qui l’on se confie, mais la personne qui donne les sacrements. Se montrant en soutane trouée en semaine, il était capable de tout mettre en œuvre pour avoir une belle chasuble digne de célébrer l’Eucharistie : le curé d’Ars est un de ceux qui ont qui ont réussi à être homme et prêtre à la fois.

Paul-Marie
« Me voici, ô Dieu, je suis venu pour faire ta volonté » Hébreux 10, 7
Il s’agit du fiat de Jésus que j’ai choisi en écho au fiat de Marie, « Me voici Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole » Lc 1,38, qui était ma phrase d’ordination diaconale. Tout comme la Vierge Marie a mis neuf mois pour mettre au monde Jésus-Emmanuel, ainsi l’année du diaconat aura été pour moi comme une année d’enfantement au sacerdoce. Le fiat de Jésus, uni à celui de Marie, m’habite depuis plusieurs années. Ces deux versets font partie de ceux qui m’ont le plus marqué. Je me sens un peu comme Jean, au pied de la croix, qui reçoit le sacerdoce du cœur de Jésus et qui en même temps, reçoit Marie pour mère.

Jérémy Rigaux
« Avec le Christ, je suis fixé à la croix : je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi. » Galates, 2, 19-20
J’aime beaucoup cette phrase car elle définit bien la manière dont je vois mon ministère. Je reste pleinement moi-même, bien dans ma peau et avec mon histoire personnelle, mais je deviens un canal de transmission au service de Jésus.

Louis Bardon
« Ma vie, nul ne la prend, mais c’est moi qui la donne : faites ceci en mémoire de moi. » Jn, 10, 18 et Lc, 22, 19
La vocation ultime de tout homme est de se donner aux autres, de se donner à Dieu : c’est ainsi qu’il trouve le bonheur. Le cœur du cœur du sacerdoce, la joie immense du prêtre, c’est de servir cette offrande de soi, c’est de communiquer la vie divine dans les sacrements et la proclamation de la Parole de Dieu.

Tanneguy Viellard
« Ton amour vaut mieux que la vie » (Ps 63)
Cette phrase correspond à l’expérience forte de l’amour de Dieu que j’ai faite en entendant un ami dire à l’assemblée le jour de son ordination : « Aujourd’hui je donne ma vie à Jésus et ma joie est immense ». J’ai alors ressenti de manière subite et radicale, la puissance de cet amour qui illumine toutes nos misères. Je donnerais tout pour revivre ne serait-ce qu’une microseconde cette expérience qui nous attend dans l’Éternité.


http://www.paris.catholique.fr/Prier-avec-les-ordinands.html



 


Didier Vincens, ordonné Diacre permanent

 

8 mai 2012 2012

En 2003, le Père Michel Roger, notre ancien curé, est venu à la maison. A la fin
du repas, il nous a dit qu’il était missionné par notre Eglise pour m’interpeller en vue du diaconat permanent.
Avec Agnès, nous avons pris le temps d’y réfléchir...
Le 7 mai, c’est au creux de notre amour que nous recevrons le don de mon ordination. Le « Oui, je l’accepte » d’Agnès et mon « Oui, je le veux » s’enracineront dans le « Oui » de notre mariage.

Rosaire-Info a rencontré Didier qui sera ordonné diacre permanent le samedi 7 mai.

Rosaire-Info : Didier, quelles sont les étapes qui t’ont mené jusqu’au diaconat ?


Didier Vincens : En 2003, le Père Michel Roger, notre ancien curé, est venu à la maison. A la fin du repas, il nous a dit qu’il était missionné par notre Eglise pour m’interpeller en vue du diaconat permanent.
Avec Agnès, nous avons pris le temps d’y réfléchir, de laisser cet appel descendre tranquillement en nous. Il faut dire que nous avions d’autres projets, surtout celui d’accueillir un nouvel enfant. Au bout de deux ans, nous avons rejoint deux autres couples et un célibataire qui avaient été aussi interpelés dans le diocèse de Créteil, ce qui a permis une année supplémentaire de discernement, mais en équipe cette fois.
En 2006, la petite Zélie est venue rejoindre ses frère et soeurs Lucie, Pierre et Mathilde. La même année nous avons été admis à suivre un cycle de 4 années de formation au diaconat (+ 2 années complémentaires que nous sommes en train d’effectuer avec Agnès). Nous en avons informé nos enfants, et plus tard nos parents et l’équipe fraternelle de foyers avec qui nous partageons notre foi et notre vie de famille chaque mois.
L’Eglise a souhaité que nous soyons libres jusqu’au bout d’accepter ou de renoncer. C’est pourquoi la plus grande discrétion nous a été conseillée. Il ne s’agissait pas de garder pour nous ce don venu du Ciel, mais il nous était demandé de nous assurer que nous étions capables de l’accueillir, et d’attendre que l’évêque prenne la décision l’été dernier de m’appeler au diaconat permanent, après consultation de l’Eglise.

R-I : Comment as-tu vécu ce temps de préparation ?

D. V. : Comme un pèlerinage ! Avec des étapes (discernement, formation, admission, institutions, ordination), avec des sentiers pleins de lumière mais aussi quelques cols à passer, avec des doutes sur l’itinéraire, des découvertes,
des amis pour la route, et avec le Christ. D’ailleurs, l’Evangile qui sera proclamé lors de la messe d’ordination est celui du 3e dimanche de Pâques : les pèlerins d’Emmaüs.

- Ce texte me parle du Christ (sa pédagogie, sa proximité, la profondeur de sa Parole et de ses gestes).

- Il me parle de la diaconie (le service du prochain), que je serai appelé à vivre et à faire vivre autour de moi :
rejoindre, marcher avec, donner la parole et proposer la Parole, relire, partager, célébrer, témoigner.

- Ce texte me parle encore du chemin de Saint-Jacques que nous parcourons chaque été avec Agnès, les enfants et des anciens de la colonie de Petit-Villard (partis du Puy il y a quatre ans, nous arriverons au pays basque au mois d’août prochain).

- Ce texte me parle d’Agnès, mon épouse, ma compagne de route, dont l’amour m’aide à découvrir l’amour de Dieu.

- Et puis, il me parle aussi de moi : comment, chemin faisant, le Christ me rejoint dans ma vie d’homme, de mari, de père, de salarié, de chrétien. Comment l’approfondissement de sa Parole, au Centre Sèvres avec les
jésuites et à la formation interdiocésaine au diaconat, a éclairé le sacrement de l’Eucharistie et mes engagements paroissiaux.

R-I :Justement dans une vie bien remplie, y a-t-il la place pour le diaconat ?

D. V. : Au départ, cette question et bien d’autres se percutent : pourquoi moi ? C’est le « complexe de Zachée », commun à pas mal de ceux qui sont interpellés en vue du diaconat. Diacre, c’est faire quoi ? Nous avons la chance d’avoir déjà plusieurs diacres sur notre paroisse (Alain, Daniel, Gérard, Thierry). Ils témoignent que leur ministère tient autant à ce qu’ils font qu’à ce
qu’ils sont, grâce au sacrement reçu le jour de l’ordination, grâce à la prière de l’Eglise qu’ils partagent, grâce à la Parole qu’ils sont appelés à annoncer et à vivre, et aussi grâce aux personnes vers qui ils sont envoyés.
La question de l’emploi du temps, nous en avons souvent parlé avec Agnès, avec les enfants et avec l’équipe qui nous accompagne depuis bientôt trois ans. Aurai-je le temps ? Ma mission de diacre est de rendre le Christ serviteur présent dans ce qui fait déjà ma vie, au travail, en famille, dans mes engagements, et bien sûr en Eglise. La vocation à laquelle m’appelle l’Eglise n’est pas de me sortir de ma famille ou de me couper de mes amis. Mais de remplir de Dieu mon quotidien et d’accomplir la mission que je recevrai de l’évêque pour le service de la Parole, de la liturgie et de la charité.
Quel programme ! Je ne pourrai pas y arriver avec mes propres forces, mais avec la grâce de Dieu et avec l’aide de mes frères et soeurs en Christ. Alors je confie à votre prière cette ordination et le chemin d’Espérance qui suivra.

R-I : Et Agnès dans tout cela ?

D. V. : C’est bien au sein de la vocation au mariage que l’Eglise est venue m’appeler au diaconat permanent. C’est essentiel. Cette marche vers le sacrement que je vais recevoir nous a transformée, Agnès et moi. Un
chemin de conversion, de l’un par l’autre et par la grâce divine qui bouscule et qui agit discrètement.
Avec Agnès, nous comprenons que mon ordination diaconale sera à la fois un don de Dieu, un fruit de notre amour (et cet amour nous le recevons du Christ), et une chance de partager avec les autres la vie du Christ, la charité du Christ, la fraternité en Christ.
Je la remercie du fond du coeur pour sa confiance, pour son espérance. Qu’est-ce qui rime avec « espérance » ? Ah oui, merci pour sa patience !
Avec elle, je suis heureux. Avec elle à mes côtés, je suis heureux de suivre Jésus-Christ.

R-I : Vous vous êtes connus sur la paroisse...

D. V. : Oui, j’ai rencontré Agnès à la messe du dimanche soir animée par les 15-18 ans, à la colonie de Petit-Villard, au FRAT, à la gare de Champigny … mais je ne vais pas tout vous raconter quand même ! Il y a 23 ans, nous nous sommes promis de nous aimer tout au long de notre vie. On était loin d’imaginer la suite. On savait juste, grâce au Père Tiger qui nous avait préparés au mariage, que nous fondions notre vie sur un don de Dieu.
Le 7 mai, c’est au creux de notre amour que nous recevrons le don de mon ordination. Le « Oui, je l’accepte » d’Agnès et mon « Oui, je le veux » s’enracineront dans le « Oui » de notre mariage.
Puisque vous me faites évoquer Petit-Villard et les 15-18, je voudrais remercier la paroisse Notre- Dame du Rosaire. Je remercie tous les paroissiens rencontrés depuis l’enfance dans ce quartier de Saint-Maur, les mamans catéchistes, les scouts et leurs chefs, les colons et leurs moniteurs, les équipiers et les invités du parcours Alpha, les enseignants et les parents d’élèves de l’école le Rosaire,
les personnes rencontrées dans mes engagements, les amis anciens et nouveaux, les animateurs et les cuisiniers de la kermesse, les prêtres d’hier et
d’aujourd’hui, ma famille et mes enfants, mes parents et ceux d’Agnès.
La Foi, transmise du profond de ma famille, a germé au milieu de vous, grâce à vous. Ma vocation diaconale a grandi à votre contact. Vous avez éveillé en moi le désir de servir l’Eglise et les hommes par le diaconat.
Alors OUI, MERCI



 


Une vie de prêtre, par le Père Grandjean

 

2 septembre 2011 2011

Découvrez le témoignage du père Grandjean sur sa vocation et sa vie de prêtre.

Comment ne pas exprimer à 14 ans le désir de se mettre au "service des plus pauvres pour les rendre riches",
lorsqu’on a vécu – en famille – un esprit de don de soi, d’écoute et d’espérance ? N’est-ce pas vivre l’Évangile sans
le savoir ?

C’est dans cet esprit familial – déiste – qu’est née ma vocation, exprimée à 16 ans au milieu d’une famille étonnée et de camarades surpris !

Dieu m’appelle au service de TOUS et de TOUTES : spontanément, c’est un "OUI" heureux, sans hésitation puisque l’Esprit avait déjà soufflé dans mon plus jeune âge. Ce que je retiens de cette période de l’enfance – sévère, mais aimante – c’est la facilité avec laquelle j’ai répondu au Seigneur sans poser d’autre question que de se donner.

Après un séminaire douloureux en raison de la guerre (1939-1943), ordonné "PRÊTRE AU SERVICE DES PAROISSES", et ainsi depuis 1946 (66 ans de ministère), trois points essentiels ont ravi mon cœur :

1.- CÉLÉBRER la présence du Christ nous révélant le Père dans l’intimité de l’Esprit : sens de la messe, amoureusement vécue depuis le 5 juillet 1943. Quelle grâce et quelle humilité pour ainsi communiquer l’amour du Dieu-Trinité.

2.- LA MISSION : révéler la présence de Jésus, compagnon de route à ceux et celles que j’ai rencontrés. Les jeunes pour lesquels j’ai donné plus de 30 ans d’activités, richesse de l’humanité, terriblement fragiles, mais capables d’un
dépassement de soi. "Tenir le Christ par la main, Il vous aidera à voir, à écouter, à grandir." : ce fut ma route avec Lui.

3.- LES ENTRETIENS QUOTIDIENS AVEC LE PÈRE. C’est ainsi que j’ai obtenu d’être "oblat bénédictin" de l’Abbaye d’En-Calcat depuis 1944. Ceci m’aide à faire de ma prière quotidienne (bréviaire, oraison, lecture) une immense prière universelle qui me fait présenter à Dieu par Jésus tous les hommes, toutes les femmes, tous les jeunes du monde entier (cathos), reprenant ainsi la belle formule de la messe : "Tu es béni, Dieu de l’univers, Toi qui nous donnes ce pain et cette parole, fruits de la terre et du "travail" (onus) des hommes.

Enfin, à quelques jours de mes 90 ans d’âge et 66 ans de sacerdoce – et en cette année consacrée au Saint Curé d’Ars – je vous invite – jeunes, garçons et filles – à vous demander si le Seigneur ne vous veut pas à Son service : ayez le courage d’une réponse loyale.

"Le monde, l’Église ont besoin de vous ; vous avez besoin du monde et de l’Église."
"Écoutez la voix du Seigneur."
Ne craignez pas de vous engager là où Dieu vous fait signe. Ayez le courage de répondre à tout appel.

C’est dès le plus jeune âge que se développent le don du service, la joie de vivre ensemble, de se donner sans compter.

Certaines heures sont difficiles ; elles le sont pour tous les humains, dans toutes les situations. La croix du Seigneur n’épargne personne puisqu’elle est "signe d’amour".

En terminant ce trop rapide parcours de nonagénaire, je crie une fois encore :
"Merci Seigneur, pour tant de grâces ! Pardon Seigneur, pour mes lâchetés."
Et cependant, je sais que, par la grâce de Dieu, je vivrai éternellement en Lui.

Ad multos Annos !

Je vous bénis.
Père André GRANDJEAN

Samedi 17 octobre 2009 : la messe de 19h sera célébrée en action de grâce pour les 90 ans du père Grandjean. Elle sera suivie d’un apéritif au 11, avenue Joffre.



 


Le père Masselin témoigne

 

2 septembre 2011 2011

Après le Père Grandjean, le Père Masselin nous parle de la naissance de sa vocation et des premières années de sa vie de prêtre.

“Là où Dieu nous a semés, il faut savoir fleurir”

J’avais dix huit mois, quand mes parents sont venus s’installer dans le quartier de Saint Maur Créteil. J’y ai vécu mon enfance et mon adolescence. C’est à la paroisse Saint-Nicolas que j’ai fait mon catéchisme et commencé à participer à certaines activités de jeunes autorisées durant l’occupation, en particulier le patronage.

Après la libération, la colonie de vacances a pu reprendre près de Grenoble. Je suis entré au lycée d’Arsonval en 1942, et nous nous retrouvions chaque semaine pour l’aumônerie à la chapelle Sainte-Marie aux Fleurs.

En 1946, le prêtre qui était chargé des jeunes à la paroisse Saint-Nicolas, proposa de nous inscrire au pèlerinage du Fraternel à Lourdes, qui venait de reprendre après la guerre et concernait uniquement les garçons ; Il avait lieu tous les deux ans.

A Lourdes : "Pourquoi ne serais-je pas prêtre ?"

C’est au cours de ce pèlerinage que la grâce du Seigneur me toucha et contribua à orienter ma vie. Le deuxième jour du pèlerinage, à la procession du Saint-Sacrement, lors de la bénédiction des malades, j’ai vu un jeune de 15 ans, derrière lequel nous nous trouvions, descendre de son brancard et faire quelques pas, alors qu’il n’avait jamais marché. Nous ne l’avons vu que quelques minutes, car très rapidement il a été conduit au bureau des
constatations.

Si durant mon adolescence, j’aimais m’occuper des autres, et avais une certaine admiration pour le prêtre qui s’occupait de nous, jamais l’idée de la vocation sacerdotale ne m’avait effleuré. Mais ce jour-là, le soir à la prière à la Grotte, certainement encore bousculé par l’événement de l’après-midi et sous
l’inspiration du Seigneur, je me suis dit : « Pourquoi ne serais-je pas prêtre ? »

La réponse ne se fit pas attendre, je ne voyais pas d’autre sens à ma vie. J’en ai parlé le soir même au prêtre qui nous accompagnait, il ne fut pas surpris
et me dit tout simplement : “Prie”. Nous en sommes restés là jusqu’à la fin du pèlerinage, sans en reparler. Pour moi, dans mon cœur, c’était clair.

"Si c’est ce que tu veux, si c’est là ton bonheur, fais-le."

Au retour du pèlerinage, comme si cela allait de soi, j’annonçai la nouvelle à mes parents, je n’avais pas compté sur leur étonnement. La réaction de mon père fut simple : « si c’est ce que tu veux, et que c’est là ton bonheur, fais-le. »
Ma mère, loin d’y mettre un veto, n’a pas vu les choses de la même façon. Elle pensait qu’un tel changement en cinq jours avait pu être provoqué par l’ambiance de prière du pèlerinage.

Aussi trouvait-elle plus sage d’attendre un an pour réfléchir. Pour la faire fléchir, j’ai demandé à un autre prêtre de la paroisse de venir soutenir mon désir, mais malheureusement c’est avec ma mère qu’il s’est mis d’accord, il me fallut faire encore un an au lycée d’Arsonval. Au bout d’un an mon désir n’avait pas changé, je suis donc entré au petit séminaire de Paris à Conflans pour y faire des études classiques.

Puis ce fut le grand séminaire d’Issy-les-Moulineaux, le service militaire avec deux rappels, et enfin l’ordination en juin 1958.

Deux évènements marquants

Cinquante deux ans d’ordination, quatre ministères dans les paroisses du diocèse, et durant tout ce temps j’ai eu beaucoup de joies, mais j’aimerais relater deux événements qui m’ont comblé.

Deux jours après mon ordination, le curé de la paroisse de Fontenay-sous-Bois où je venais d’être nommé, m’a demandé de conduire le pèlerinage paroissial à Lourdes au début de juillet, alors qu’il ignorait totalement l’origine de ma vocation. J’y ai vu un signe du Seigneur.

Ensuite, alors que j’étais curé à la paroisse du Perreux, le groupe scout de la paroisse participa à un rassemblement au diocèse. Le soir en rentrant, un des scouts me dit que le prêtre animateur de cette journée me connaissait, et que
son désir d’être prêtre lui était venu pendant les colonies qu’il avait faites avec moi avec la paroisse de Saint Mandé. L’ayant perdu de vue après ces colonies, j’ignorais totalement ce détail. J’ai été très heureux d’avoir été un maillon dans la chaîne de sa vocation.

Ma participation aux mouvements de jeunes, et les rencontres d’aumônerie avaient incontestablement préparé le terrain pour me permettre d’entendre l’appel du Seigneur. Comme le disait Saint-François-de-Sales : « Là où Dieu nous a semés, il faut savoir fleurir. »

Père Georges Masselin



 


Thierry Wion, diacre permanent (photos de la messe)

 

4 juin 2012 2012

Thierry Wion, un paroissien bien connu du Rosaire a été ordonné diacre le 11 janvier. Lisez son témoignage publié dans le Rosaire-Info de janvier et revoyez les photos de la cérémonie.

Rosaire Info. Le Père Michel SANTIER,
évêque de Créteil, vous ordonnera diacre
permanent le 11 Janvier 2009 à 15h30 en
l’église Notre-Dame du Rosaire. Pouvez vous
vous présenter succinctement ?

Thierry Wion. Je m’appelle Thierry WION,
j’ai 46 ans, je suis marié depuis vingt deux
ans avec Virginie et nous avons quatre enfants.
La plus grande Juliette à 20 ans, Benjamin
17, Aloys 14 et la petite dernière Madeleine
a 7 ans.

Virginie et moi-même travaillons dans l’enseignement
catholique, elle à Saint André où
elle est conseillère d’éducation et moi après
15 années à Teilhard de Chardin en tant que
directeur adjoint, j’ai pris la direction du
collège Notre-Dame de Lourdes à Paris dans le vingtième
arrondissement.

Je travaille aussi à la direction
diocésaine de Créteil pour l’animation pastorale des
établissements catholiques du diocèse.

R.I. Comment avez-vous été interpellé en vue du diaconat
 ?

T.W. En Juin 2002, à quelques jours de l’ouverture de la
colonie de Petit-Villard, il manquait pour le mois de
Juillet toujours une équipe pour faire la cuisine. Le Père
Michel ROGER alors Curé de Notre-Dame du Rosaire
passait désespérément des annonces à la fin de chaque
messe dans tout le secteur , mais personne ne répondait.
Un soir, coup de fil du Père Michel, il s’invite à dîner
pour la semaine suivante avec le Père MESANA. Nous
étions très proches Michel Roger, Virginie et moi et
nous n’étions pas spécialement étonnés mais plutôt ravis
de cet appel téléphonique. Nous commencions à nous
faire à l’idée d’être les futurs intérimaires cuisiniers de
la colonie.

Mais au dessert il nous demanda de réfléchir au diaconat.
Il en faut beaucoup pour me déstabiliser, mais au début
je me suis demandé si j’avais bien compris.
Surpris, ému, de savoir qu’une fois de plus le Seigneur
s’intéressait à ma vie.

Je me suis retrouvé comme lorsque je marche sur le
chemin de Saint Jacques à choisir entre deux chemins.
Le premier est bien balisé, c’est la sécurité, le deuxième
indiqué sur aucune carte, c’est l’aventure.

J’ai choisi, mais je devrais dire nous avons Virginie et
moi choisi d’aller plus loin dans notre engagement et il
est important que cette décision soit prise en couple.

R.I. Votre formation a duré quatre années, vous a-t-elle
paru difficile ?

T.W. Bizarrement ce n’est pas la formation qui m’a paru
le plus difficile. Elle se déroulait du vendredi soir au
dimanche après-midi, le contenu des formations était
varié et allait du passionnant au soporifique avec sur
moi effet garanti surtout le vendredi après une semaine
professionnellement bien remplie.

L’année la plus difficile fut celle du discernement, et ce
“maudit” questionnement qui hantait une partie de mes
nuits : pourquoi moi ?

Après une première partie de la nuit dans mon lit je
passais invariablement la deuxième sur mon
canapé dans le salon à essayer de trouver des
réponses.

Discerner est plus facile à dire qu’à faire.
Je voulais que Dieu me fasse un grand
signe, du genre sémaphore, pour me guider.
J’ai eu la chance de ne voir que des petites
lucioles pour baliser mon chemin. Une fois
de plus Dieu me respectait, me laissait libre,
ne s’imposait pas, ce chemin c’était celui de
la patience, de l’humilité et de l’amour.

Pendant cette année avec notre équipe de
discernement nous nous rencontrions, deux
fois par trimestre. Une fois, j’ai pensé que
j’allais dire à toute l’équipe que j’arrêtais,
même si, chaque fois que j’en parlais à Virginie,
j’avais toujours eu une écoute attentive et encourageante.
Je ne voyais que des obstacles : enfants trop
jeunes, trop bougon pour devenir un bon diacre, etc.…

Toujours est-il que j’étais motivé pour dire que j’arrêtais,
mais je me suis entendu dire tout le contraire.
J’ai rendu les armes, j’ai lâché prise, j’étais hyper ému,
éreinté de six mois de lutte.
J’ai retrouvé mon lit, j’ai essayé, en priant le matin et le
soir, de retrouver la paix, retrouver ma joie et surtout
rester moi-même.

Pendant cette année, la relecture de vie à la lumière de
l’Evangile a été un moment très fort, l’équipe a été un
support magnifiquement fraternel, on ne vit plus de la
même façon ensuite. On se rend compte de la présence
de Dieu dans notre vie. On le savait mais on ne le
réalisait pas à ce point, ce fut bouleversant de se rendre
compte de cette proximité

Pour revenir plus précisément sur les années de formation,
il est bon de signaler que pendant ce temps nous
devions former une équipe d’accompagnement pour
nous aider à réfléchir, continuer le discernement.
L’évêché nomme un prêtre accompagnateur et le couple
interpellé doit former une équipe.

Nous voulions, Virginie et moi, une équipe dynamique
prête à nous questionner, nous faire réfléchir sur le
diaconat et comment il serait vécu pour et par l’Eglise
mais aussi par ma famille. Toutes questions qu‘il vaut
mieux se poser avant qu‘après. Il fallait de la franchise
de part et d’autre, de l’humilité car il fallait de mon côté
accepter d’être poussé dans mes retranchements. Cette
équipe a été formidable, il y a eu une réelle discussion
parfois très animée et toujours très respectueuse.

Là encore, un grand merci pour la patience de notre
équipe d’accompagnement et leur fidèle amitié, les
excellentes recettes culinaires ou les connaissances oenologiques
de chacun ont succédé aux séances de travail
et ce furent de réels moments de convivialité et de
fraternité.

R.I. Vous avez des projets, connaissez-vous votre future
mission ?

T.W. Ma première mission et nous en avons parlé en
famille avec le Père évêque sera ma famille. Heureux en
famille, je reste incapable de donner les dates de naissance
de mes enfants sans me tromper mais je suis très
papa poule. Ils sont mon carburant et je crois que le Père
Santier l’a bien compris.

Ma seconde mission semble s’orienter vers celle que le
Père évêque à bien voulu me confier à la direction
diocésaine depuis le début de l‘année scolaire.

Maintenant je fais entièrement confiance à mon évêque
pour savoir où je serai le plus utile ce qu’il pense être
bon pour mes frères, pour moi et pour notre église en
Val de Marne. Et puis une mission évolue, il y a tant de
choses à faire pour notre diocèse !

En résumé, je veux bien me laisser guider, devenir
serviteur de tous et rester pèlerin toute ma vie, me
laisser guider par les étoiles tout en gardant bien les
pieds sur terre.

R.I. Autre chose ?

T.W. Oui, un grand merci à tous et je vous confie cette
ordination, car le diacre n’est pas ordonné pour lui mais
pour l’Eglise et l’Eglise, c’est vous !

Thierry reçoit l’imposition des mains


 


Témoignage d’un séminariste

 

2 septembre 2011 2011

Christophe-Alexandre Senizergues est un séminariste "détaché" sur la paroisse du Rosaire. Il raconte son itinéraire spirituel.

Depuis la Toussaint 2008, Mgr Santier m’a envoyé comme séminariste à Saint-Maur pendant les week-ends (la semaine, j’étudie et je vis au Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux).
Depuis ces 7 mois, j’ai beaucoup reçu de Dieu et des paroisses locales. Aussi je souhaiterais commencer par rendre grâce au Seigneur et remercier chacune et chacun pour votre sollicitude et surtout pour vos prières pour les vocations. Je remercie spécialement les jeunes de Petit Villard, de l’Aumônerie, du scoutisme, du groupe de la confirmation avec qui j’ai eu davantage d’échanges. Echanges très riches en amour fraternel et sur la foi.
Le Père Stéphane Aulard m’a proposé de vous écrire quelques lignes pour vous témoigner un peu de ma vocation.

Pour être transparent avec vous, je n’ai pas toujours été croyant... J’ai rencontré des doutes sur la religion. Et je les ai eus très tôt dès 6 ans. Mes parents étant chrétiens, j’étais inscrit au catéchisme. Mais la première communion a été pour moi un cas de conscience car je n’étais pas sûr que Dieu existait. Je ne souhaitais pas avoir une fête à laquelle je n’étais pas sûr de croire. J’aspirais à une cohérence de vie. Bref, j’hésitais à faire ma première
communion. Finalement, j’ai tellement hésité... que j’ai hésité jusqu’au jour même ! Mais malgré ces doutes, j’ai quand même choisi d’essayer.
Plutôt que de ne rien faire, j’ai préféré tenter le "saut de la Foi"... Et lorsque j’ai communié, j’ai expérimenté une paix intérieure comme jamais auparavant.
Tous mes doutes se sont arrêtés. A partir de ce moment, j’ai commencé à être fervent, à ne plus rater la messe dominicale qui est devenue le centre de ma
semaine. J’ai réalisé que Jésus est réellement présent dans l’Eucharistie. Et qu’Il m’aime, qu’Il t’aime (oui, toi qui lis cet article !) jusqu’à donner sa vie pour nous
assurer le bonheur, nous délivrer du malheur, du mal, du péché !!! La Parole de Dieu nous en témoigne en Romains 5,7 : "C’est à peine si quelqu’un voudrait mourir pour un juste ; peut-être pour un homme de bien accepterait-on de mourir. Mais en ceci Dieu prouve son amour envers nous : Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs".

A 11 ans, j’ai essayé de témoigner de ma Foi. En commençant par mes neveux, qui ont ensuite demandé le baptême et qui m’ont demandé d’être leur parrain.
Aujourd’hui, j’essaye de dégager du temps pour évangéliser les skateboardeurs. Je fais moi-même du skate et je connais un peu ce milieu sportif notamment par mon frère qui a été champion du monde en freestyle et
qui dirige aujourd’hui 5 marques de sportwear et 450 collaborateurs à Los Angeles).

A 17 ans, j’ai intégré un groupe d’étudiants sur ma paroisse Saint Léonard de l’Haÿ les Roses. L’été, nous organisions des pèlerinages (Rome, Assise, Terre
Sainte, chemins de Saint-Jacques de Compostelle, Bretagne, JMJ). Durant l’année, nous avions des messes et des réunions de discussion sur un thème une fois par mois. Ce groupe m’a permis d’approfondir ma foi, la
Bible, le Concile Vatican II, l’Eucharistie, la Vierge Marie... Au niveau humain, ce groupe a aussi été l’occasion de nouer des amitiés solides. Je crois que ce point
est très important pour des jeunes croyants car, comme disait le Saint-Père Jean-Paul II, "un chrétien isolé est un chrétien en danger". Dans "Entrez dans l’Espérance", Jean-Paul II nous écrit que « l’essentiel se joue souvent à la fin de
l’adolescence ». « Le problème essentiel qu’affronte la jeunesse reste fondamentalement celui de la personne.
La jeunesse est le temps de la personnalisation de la vie humaine ». En effet, lors de l’enfance, les jeunes suivent généralement leurs parents. A l’adolescence, c’est un peu le contraire. Ils les contestent, ils s’affirment. Enfin
à la fin de l’adolescence, les jeunes construisent leur propre personnalité. Sur certains points, ils feront des choix similaires à ceux de leurs familles. Sur d’autres, ils se démarqueront. Cette personnalité marquera ensuite
toute leur vie.
En ce sens, ce groupe d’étudiants chrétiens a été une grâce pour moi. A la fin de mon adolescence, au moment où je construisais ma propre personnalité, cela m’a permis de développer ma propre Foi, ma Foi d’adulte.
En terme d’études, j’ai fait un Bac S suivi d’une Maîtrise des Sciences et Techniques Comptables et Financières. J’ai ensuite rejoint le Cabinet d’affaires Arthur Andersen en Audit, puis les marchés des changes chez BNP PARIBAS.
C’était une expérience riche où j’avais des contacts en fonction des décalages horaires (le matin avec Hong Kong et Singapour et l’après-midi avec New
York). Passionné d’aéronautique, j’ai également passé le Brevet de Pilote d’Avion. Et je m’étais engagé dans le conseil d’administration de mon aéro-club avec qui je suis allé en Corse et au Maroc. Ce furent également de bons moments très agréables. Durant toute cette période, ma vocation s’est affermie progressivement. Comme beaucoup de jeunes, j’ai eu des petites amies. Et petit à petit, j’ai réalisé que j’étais d’abord amoureux de Dieu, que je pouvais passer 8 heures dans une journée en prière avec Jésus parce que je l’aime !!!
Cependant une objection m’a longtemps retenu. Je ne me sentais pas à la hauteur pour devenir prêtre.
J’avais peur d’être un contre témoignage... Mais la Providence a mis sur ma route un groupe de prière : Resucito, qui rayonne largement sur l’Ile de France. Chaque dimanche soir, ce groupe comprend environ 400 jeunes pour 2 heures de louange, de témoignages, de prière. Ce groupe de prière m’a permis de faire l’expérience que Dieu a besoin de notre faiblesse pour manifester sa puissance.
Si les chrétiens étaient des "supermen", les non chrétiens pourraient se dire que Dieu ne manifeste pas sa puissance en eux. Ce seraient ces "supermen" qui seraient extraordinaires.
A contrario, si malgré nos faiblesses, nos péchés nous portons des fruits positifs, alors cela démontre aux yeux du monde que Dieu n’est pas une abstraction intellectuelle, une idée. L’Esprit Saint nous aide concrètement.
Un peu comme en électricité, nous sommes appelés à ne pas faire obstacle à la puissance de Dieu et être simplement de "bons conducteurs".

Bref, j’ai réalisé que se sentir faible est normal ! Mais que cela est loin d’être un obstacle pour Dieu. Au contraire, c’est ainsi que le Seigneur peut passer par nous pour témoigner de sa puissance et de son amour. La parole de Dieu
nous l’assure en Actes 4,13 : "Se rendant compte qu’il s’agissait d’hommes sans instruction et de gens quelconques, ils en étaient étonnés" et en 2 corinthiens 4,7 : "Ce trésor, nous le portons dans des vases d’argile, pour que cette
incomparable puissance soit de Dieu et non de nous" et bien sûr en 2 corinthiens 12,10 : "Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort"
Bref si vous-même, vous vous sentez faible, n’ayez pas peur !!! Quel que soit l’engagement que vous prenez (faire une lecture ou donner votre vie dans le mariage ou dans une vocation religieuse), Dieu passera par vous !!!

Christophe-Alexandre SENIZERGUES



 


Connaissez-vous le Collège des Bernardins ?

 

12 septembre 2019

Le Collège des Bernardins est un lieu dédié aux espoirs et aux questions de notre société et à leur rencontre avec la sagesse chrétienne.

Véritable trait d’union entre l’Eglise et la société contemporaine, il propose une démarche pluridisciplinaire unique où se croisent toutes les sciences de l’homme, la théologie, la philosophie, les sciences et l’art.

En permettant le dialogue entre universitaires, artistes et acteurs de la vie économique et sociale, le Collège des Bernardins explore les interrogations et potentialités de notre époque et les transforme en message d’espérance pour l’avenir de l’Homme.

Comment cela se traduit-il ?

Le Collège des Bernardins propose un large éventail d’activités dans les domaines intellectuel, culturel et spirituel. Tout au long de l’année, formations, débats, séminaires de recherche et création artistique se répondent :

L’École Cathédrale est l’institut de Formation du diocèse de Paris. Sous son égide, la Faculté Notre-Dame permet à des laïcs et des clercs d’acquérir les diplômes canoniques de théologie, la Formation des responsables accompagne les laïcs engagés dans leur communauté (paroisse, aumônerie, enseignement catholique), les Cours publics (/formation/cours-publics) s’adressent à tous ceux qui veulent découvrir ou approfondir les chemins de la foi.

Le Pôle de Recherche est organisé en six départements couvrant les diverses dimensions de l’activité humaine. Universitaires, théologiens et acteurs de terrain, de tous horizons qui s’attachent à apporter des réponses concrètes à des problématiques contemporaines. Des questions de fond sont soumises à l’éclairage conjugué de la raison, de la révélation chrétienne et de la sensibilité comme par exemple :

  • Quelle éthique face au progrès des biotechnologies ? Comment endiguer la montée des fondamentalismes ?
  • Comment l’école peut-elle contribuer efficacement à l’égalité des chances ? Comment rester maître des étonnantes possibilités des technologies numériques ?
  • ...

Les activités artistiques et culturelles sont éclectiques et permettent de découvrir des œuvres d’artistes reconnus et de jeunes talents issus d’horizons très différents qui expriment leur vision du monde, de son évolution, de sa complexité.
Arts plastiques , arts vivants , musique sacrée ou profane sont les propositions du Collège qui s’adressent à tous, avec un programme spécifique pour le jeune public .

Des rencontres et débats portent sur un grand nombre de questions qui touchent le monde contemporain et invitent à un dialogue dans un esprit de liberté et d’ouverture. C’est l’occasion d’échanger sur les travaux de recherche ou de confronter des réflexions sur les questions actuelles.
Les Mardis des Bernardins* , Les Jeudis Théologie , l’Observatoire de la modernité, Une Heure une Œuvre sont quelques-unes des propositions qui permettent de réfléchir, de se former et de se fortifier afin de mieux aborder les questions contemporaines et d’agir avec tous ceux qui veulent croire en l’avenir de l’homme.

*Au cœur des grands enjeux contemporains, les Mardis des Bernardins sont des rendez-vous réguliers du Collège des Bernardins pour porter un regard neuf sur de grands thèmes collectifs, penser autrement la place de l’homme dans la société et interpréter les grandes transformations de nos civilisations à la lumière de la sagesse chrétienne.
Fondés sur l’écoute du monde et la multiplicité des points de vue, ces débats n’ont qu’un seul parti pris : s’interroger sur les espoirs et les questions de notre société pour construire, ensemble, l’avenir de l’humanité.

Quelques thèmes abordés en 2019 :
Dialoguer pour prévenir la violence
Qui veut encore de l’Europe ?
L’Europe entre héritage chrétien et pluralisme religieux
L’écologie, nouveau ferment pour la paix
Populismes européens : retour du refoulé
Les mobilités : une chance pour l’Europe
Saints patrons, que nous dites-vous de l’Europe ?
La transmission, reprenons le relais
Filiation : peut-on transmettre la foi ?
Celui qui a l’autorité détient-il le pouvoir ?
Réhumaniser la transmission
et le prochain (17 sept) : Procréation : faut-il repousser toutes les limites ?

Ces rencontres peuvent être regardées en replay sur le site des Mardis des Bernardins ; elles sont souvent diffusées par Radio Notre-Dame.



 


Parcours alpha couple : le mode d’emploi

 

5 décembre 2014 2014

..

PRENDRE SOIN DE SON COUPLE


Les 5 paroisses de Saint-Maur vous invitent avec joie au parcours Alpha couple qui débute en Janvier 2015.

Alpha Couple…. Qu’est-ce que c’est ?
C’est un parcours de 8 dîners, fondé sur une vision chrétienne de l’amour humain. Il offre aux couples des moyens concrets de renforcer leur lien et de faire grandir leur amour.

Comment ça se passe ?
Le parcours se compose de 7 dîners en tête à tête, aux chandelles.
Un exposé thématique est présenté par soirée ; il n’y a aucun échange en groupe, mais des partages et des exercices pratiques au sein du couple, en toute intimité. Le tout dans une ambiance chaleureuse et musicale !

C’est pour qui ?
Pour tous les couples vivant ensemble depuis au moins deux ans : mariés ou non, chrétiens ou non, ceux qui vont bien et ceux qui rencontrent des difficultés…

Combien ça coûte ?
Il est demandé une participation aux frais des repas de 8 à 12 euros par personne, selon les possibilités.

Réservez votre premier dîner avec votre conjoint :
le mardi 13 janvier 2015 à 20 h 15
à la Maison paroissiale - 11 avenue Joffre à Saint-Maur

Des chrétiens de Saint-Maur se préparent à vous recevoir, à vous mijoter des petits plats, à vous présenter des exposés vivants sur le thème de chacune des 7 soirées Alpha couple.

Des questions ? Comment s’inscrire ?
C’est très simple : contactez Eric & Virginie Caverne : 06 74 20 79 70 ou par e-mail : alphacouple94100 chez gmail.com
Site national : www.parcoursalpha.fr/couple
Des invitations sont disponibles dans chaque paroisse.

Afin qu’aucun obstacle d’ordre financier ne prive les couples avec enfant(s) de cette chance de participer au parcours, nous recherchons des bénévoles pour garder les enfants. Si vous avez du temps libre en soirée le mardi et que vous souhaitez proposer votre aide pour ces "baby sitting", merci de tout cœur de contacter alphacouple94100 chez gmail.com



 


Groupe de lecture biblique

 

1er octobre 2014 2014

Notre groupe de lecture biblique reprendra le :

vendredi 10 octobre à 15h.

Nous nous réunirons pour la lecture des “Actes des Apôtres” chez Michèle et Henry BRILLOIT, 56 avenue du général Leclerc à Saint-Maur.

Nous serons heureux d’accueillir chaque mois tous ceux qui sont intéressés.



Pour mémoire, il existe un deuxième groupe de lecture biblique où on continuera de lire cette année la passionnante épopée des premiers rois messianiques d’Israël avec le deuxième Livre de Samuel : DAVID, roi.

Réunions mensuelles dans la salle paroissiale de la chapelle Saint-Joseph, 1 rue Marignan à La Varenne (Champignol), les lundis de 14h15 à 16h.

Premières réunions :
les lundis 13 octobre et 17 novembre



 


Parcours Alpha

 

5 novembre 2013 2013

Le Parcours Alpha se veut un lieu d’écoute et de discussion pour des personnes en recherche spirituelle. C’est aussi un moyen de mieux accueillir dans notre communauté des personnes sur le seuil de l’Église.

Quoi ?

Le parcours alpha se veut un lieu d’écoute et de discussion pour des personnes en recherche spirituelle. C’est aussi un moyen de mieux accueillir dans notre communauté des personnes sur le seuil de l’Église.

Pour qui ?

Ouvert à tous, le parcours Alpha s’adresse :
- à ceux qui s’interrogent sur le sens de leur vie,
- à ceux qui désirent en savoir plus sur la foi chrétienne,
- et à ceux qui souhaitent reprendre les bases de leur foi.

Comment ?

10 rencontres et un week-end sont proposés. Chaque réunion se déroule en 3 temps :
- un repas
- un exposé sur l’une des grandes questions de la foi chrétienne (le christianisme : faux, ennuyeux, dépassé ? qui est Jésus ? Pourquoi la souffrance si Dieu existe ? ...)
- un temps d’échange entre participants.

Aucune question n’est taboue.
La participation est gratuite et libre.



 


Catéchuménat

 

21 mai 2012 2012

Public concerné : tout adulte désirant découvrir ou redécouvrir la Foi Chrétienne ou recevoir un des sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, confirmation ou Eucharistie).

Catéchuménat : mot dont la racine grecque signifie « faire résonner une parole ( en l’occurrence la Parole de Dieu) à l’oreille d’une personne ( appelée catéchumène).

Ces dernières années, sur St-Maur on comptait une vingtaine de catéchumènes.

L’accompagnement est à la fois individuel (la fréquence des rencontres est à la convenance du binôme catéchumène/accompagnateur) et en groupe ( il y a 6 rencontres du groupe par an).



 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://lerosairesaintmaur.org/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=68



HORAIRES D’ÉTÉ
A Notre-Dame du Rosaire :
le dimanche : 9h (messe tridentine) et 11h
en semaine : 9h du mardi au vendredi
A la chapelle Saint Joseph :
le samedi à 18h

Reprise des horaires habituels à partir du 2 septembre 2019


- A Notre-Dame du Rosaire le dimanche : 9h messe tridentine, 11h, 18h messe des jeunes, samedi : 18h

- En semaine

  • lundi, mercredi : 19h
  • mardi, jeudi, vendredi, samedi : 8h30

- A la Chapelle St-Joseph le dimanche 9h30

septembre 2019 :

Rien pour ce mois

août 2019 | octobre 2019

newsletter